Le terrorisme raciste fait une victime mortelle quelques heures après la marche du 6 août

0
62
La marche du samedi 6 août qualifiait l'immigration haïtienne d'« occupation » et soutenait la politique du gouvernement d’Abinader
La marche du 6 août, avait pour centre le discours de haine contre la communauté immigrée haïtienne

Samedi 6 août, 17 h A bord d’un bus de l’OMSA, l’ultra-nationaliste Rodolfo Ramón Lorenzo poignarde à mort un homme sans défense, car il se croit haïtien. La victime, Pascual Salas, dominicain de 46 ans père de cinq enfants, avait pris le bus de Santo Domingo Oeste à San José de Mendoza, à Santo Domingo Este, pour rendre visite à des proches. La République dominicaine est un pays à majorité d’ascendance africaine, mais Pascual Salas a été assassiné à cause de la couleur de sa peau.

Quelques heures auparavant et à quelques kilomètres du lieu du crime, une mobilisation fasciste s’était rendue au Parque Independencia, menée par l’Institut Duartiano, une institution étatique. Le manifeste lu à la fin de la marche qualifiait l’immigration haïtienne d’« occupation » et soutenait la politique du gouvernement Abinader, notamment ses déportations massives, la construction d’un mur frontalier et sa revendication d’une plus grande intervention impérialiste en Haïti. La marche avait quant à elle été précédée de l’assassinat du jeune haïtien Georges Clairinor, à Pedernales par un agent de la Direction générale des douanes.

Le racisme armé est du terrorisme

Un crime raciste que les autorités ont tenté de cacher

Malgré la gravité du crime, dans le contexte d’une intensification de l’agitation fasciste, quelques heures après une marche qui réclamait le nettoyage ethnique dans le pays, non seulement expulsant les immigrants haïtiens mais avançant davantage dans la dénationalisation du peuple dominicain d’origine haïtienne, les autorités ont tenté de dissimuler le caractère terroriste de l’attentat. La famille de la victime a publié un communiqué de presse exigeant une réponse officielle au crime et dénonçant qu’elle s’était vu refuser l’accès à la vidéo de sécurité où l’attaque avait été enregistrée ; Ce n’est qu’alors que l’OMSA a publié une étrange déclaration, quatre jours après les événements. Cachant le contenu raciste du crime, le communiqué assure que le meurtrier “a tiré un couteau de sa taille alors qu’ils se disputaient soi-disant sur une question liée aux Haïtiens”. La direction de l’OMSA conclut sa note en appelant “à rester calme et sain d’esprit, et à éviter la violence verbale ou physique quelles que soient les circonstances, car toute situation peut être gérée par le dialogue”. La plupart des médias ont reproduit la version officielle d’un crime causé par une discussion sur « les Haïtiens ».

Cette version a été rejetée par le témoignage d’Elida Martínez, sœur de Pascual Salas. Martínez dénonce que le meurtrier est un militaire à la retraite, dont le fils est un militaire actif, et qu’il aurait auparavant assassiné plusieurs personnes de nationalité haïtienne, en toute impunité. « Je ne peux pas croire que les autorités sortent un tel animal dans la rue », a déclaré Martínez à propos de l’impunité qui a favorisé le meurtrier. « Mon frère a la peau foncée (…) Il [Rodolfo Ramón Lorenzo] a je ne sais quoi contre les Haïtiens et peut-être pensait-il que mon frère était un Haïtien (…) [Rodolfo Ramón Lorenzo a dit] : ces maudits Haïtiens. »

Pascual Salas a été poignardé dans un bus de l’OMSA

Les proches de la victime exigent que l’OMSA remette la vidéo de sécurité du bus pour vérifier la véracité des versions circulant parmi les témoins selon lesquelles le meurtrier aurait été piétiné par Salas ; qu’aucun passager du bus n’a aidé Pascual Salas et que le chauffeur a fermé les portes de l’unité lors d’un arrêt d’urgence pour appeler la police, moment auquel le meurtrier a achevé la victime. Les proches affirment que l’OMSA leur a promis de livrer la vidéo sous plusieurs mois, un délai qu’ils jugent inacceptable.

Lors de la veillée funèbre de Pascual Salas, il y a eu de grandes expressions de solidarité de la part de la communauté, où il était très apprécié. Le meurtrier, pour sa part, a été détenu à Los Mina et a ensuite été transféré à Monte Plata, où il purgera trois mois de détention préventive, dictée par le Bureau d’attention permanente de la province de Saint-Domingue.

La propagande fasciste encourage le terrorisme individuel

Le gouvernement de droite de Luis Abinader est le plus grand promoteur des théories du complot néo-Trujillo en exhortant avec insistance les États-Unis et l’Union européenne à intervenir dans les affaires intérieures d’Haïti et en avertissant d’une prétendue intention de « la communauté internationale » d’imposer une « Solution dominicaine à la crise haïtienne. En outre, il décrit la communauté immigrée comme un “fardeau” et procède à des déportations massives et à des arrestations arbitraires, dans le cadre desquelles tortures et exécutions sont pratiquées. Ces politiques affectent également les Dominicains noirs, qui sont fréquemment victimes de détentions arbitraires par la Direction générale des migrations.

La victime est M. Pascual Salas qui habite le secteur de Las Caobas, à l’ouest de Saint-Domingue, dominicain de 46 ans père de cinq enfants

La presse nationale diffuse également quotidiennement des théories complotistes fascistes, comme celle d’une prétendue promotion par les États-Unis et d’autres pays industrialisés d’un « remplacement de la population » qui menacerait l’existence même de la nation dominicaine. Juste un jour avant la marche fasciste et l’assassinat de Pascual Salas, un journal national a publié un article invoquant un “mouvement patriotique qui mènera le dernier combat pour nous libérer des hôtes d’Haïti, même s’il doit verser son sang généreux”. ” pour défendre notre patrie blessée par quelque trois millions d’intrus.

Les fascistes dans la pratique préfèrent verser le sang des autres, et quand le gouvernement et les principaux médias réaffirment leurs convictions terroristes, en plus de jouir de l’impunité que leur accorde une justice indépendante autoproclamée, toutes les conditions sont données pour des crimes comme celui-là du 6 août, dont l’intention est de terroriser la communauté immigrée haïtienne et les dominicains noirs.

Il faut aussi tenir compte de l’agitation fasciste menée dans la marche elle-même du 6 août, qui avait pour centre le discours de haine contre la communauté immigrée haïtienne. Les axes du discours raciste et fasciste dans l’appel à la marche et dans son manifeste sont les mêmes qui ont inspiré les actes terroristes aux États-Unis, où le terrorisme d’extrême droite est celui qui a fait le plus de victimes ces vingt dernières années, ainsi qu’en Norvège, en Nouvelle-Zélande, en Allemagne et dans d’autres pays. En République dominicaine, le gouvernement lui-même promeut ces arguments et le bureau du procureur général, à la fois sous la direction de Jean Alain Rodríguez et de Miriam Germán, a assuré l’impunité à l’extrême droite. Un mélange dangereux qui encourage le terrorisme raciste.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine 12 Août 2022

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here