Le sens d’une révolte électorale

0
490

L’avenir est dans la résistance et le combat. On l’attendait et c’est fait au Venezuela. Le bon sens populaire rejoint les enseignements de l’histoire! Une fois de plus les masses populaires Bolivariennes et Chavistes, après le vote de l’Assemblée Constituante  viennent de se renforcer en élisant Nicolas Maduro pour un  second mandat de six ans allant jusqu’en 2025.

C’est un mouvement de révolte de la jeunesse et des travailleurs qui est à l’origine d’un tel bouleversement électoral à majorité écrasante de voix. Il a sanctionné les forces réactionnaires putschistes et interventionnistes de l’empire américain couronnant ainsi la légitimité révolutionnaire par la légitimité constitutionnelle. Au sens sociologique, Maduro représente aux yeux des masses exploitées de ce pays, le véritable héritier de leur leader charismatique, l’honorable Hugo Chavez qui est et demeure l’incarnation de la dignité révolutionnaire du peuple vénézuélien.

L’avènement de la révolution Bolivarienne est dû, essentiellement au besoin qu’ont tous les peuples de se libérer des dictatures qui les oppriment, de l’injustice qui les étreint et de la misère qui les ronge.

Cependant, à l’heure où les flambeaux de cette victoire s’allument, les forces obscures internationales n’ont pas tardé à faire feu de tout bois pour essayer de l’éteindre. Ainsi, la cohésion des forces réactionnaires des 14 pays du groupe de Lima avec les Etats-Unis en tête de liste pleine   d’arrogance démesurée se réfugie dans la colère de nouvelles sanctions aussi absurdes que ridicules pour masquer leur honte et leur défaite morale et politique.

En ce sens, les conspirateurs contre la cause vénézuélienne sont de deux sortes : il y a les complices évidents et ceux qui par leur silence apportent de l’eau au moulin de Washington dans sa stratégie de liquider la révolution Bolivarienne. Tous les prétextes utilisés par Washington, sont futiles et infondés puisqu’ils sont à l’encontre de cette révolte électorale qui n’est autre qu’une manifestation du peuple vénézuélien à exprimer librement sa volonté dans son pays.

N’est-il pas nécessaire à cette étape que les forces progressistes internationales se rallient pour se dresser comme un seul homme, une seule femme, pour défendre la cause sacrée du peuple Vénézuélien qui est également celle de tous les peuples en lutte à savoir : droit à être un pays souverain, démocratique, révolutionnaire réellement engagé dans la voie du progrès social et économique ?

L’impérialisme international veut empêcher que le Venezuela devienne un pays réellement indépendant et souverain

Assurément, le régime au pouvoir en Haïti, sous les ordres de Washington, n’a pas jugé nécessaire de féliciter Maduro, comme l’ont fait tant d’autres présidents tels que Vladimir Poutine, Miguel Díaz-Canel Bermúdez et Raul Castro, Evo Morales et  notamment, la Chine, le Nicaragua, le Salvador, l’Iran et le Mozambique pour ne citer que ceux-là ; sauf que le peuple haïtien lui dans sa majorité applaudit cette victoire historique du peuple frère du Venezuela et de son gouvernement. Bravo le Venezuela!

L’impérialisme international veut empêcher que le Venezuela devienne un pays réellement indépendant et souverain qui puisse accomplir entièrement son programme économique et social dans le contexte de ses options socialistes et révolutionnaires qui devraient aboutir à la création d’une société ou règnent la paix et la justice sociale pour une meilleure répartition des richesses du pays dans l’intérêt de chaque citoyen et de chaque travailleur.

C’est ce projet de société, de soutien vigoureux et de solidarité agissante avec les pays appauvris qui fait peur à l’impérialisme, et qu’il considère comme une menace! C’est en raison de cette politique progressiste entamée par le président Hugo Chavez que le Venezuela n’est plus un instrument au service du néo-colonialisme. C’est ce qui explique qu’il est maintenant victime de toutes ces attaques des forces exploiteuses occidentales.

Nous espérons que ce nouvel épisode d’agression déclenche un large mouvement de solidarité internationale de sorte que rien ne soit plus comme avant. Que le Venezuela change définitivement son fusil d’épaule, de sorte qu’il devient à l’instar de Cuba un pays libéré, une société socialiste tournée vers la résolution des problèmes des masses travailleuses.

Il est indispensable que nous mobilisions nos forces et nos voix pour combattre et dénoncer  les sanctions annoncées pour saboter et asphyxier le Venezuela de façon à infliger un cuisant échec total aux déstabilisateurs.

Pleine et agissante solidarité avec le Venezuela ! Vive la révolution bolivarienne !

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY