Le rôle des États-Unis dans la fomentation de la violence en Haïti

0
1117
Un manifestant crie des slogans anti-gouvernementaux près d'une barricade en feu érigée pour protester contre la mauvaise gouvernance policière à Port-au-Prince, Haïti, le 26 janvier 2023. Crédit : Odelyn Joseph

María Isabel Salvador, l’auteur du rapport du 25 avril du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) au Conseil de Sécurité de l’ONU sur la situation actuelle en Haïti a souligné « l’urgente nécessité du déploiement, autorisé par le Conseil de Sécurité, d’une force spécialisée internationale. Basé sur les dernières décennies, il s’agit d’un discours de l’ONU promouvant une plus grande intervention impérialiste dans les affaires intérieures d’Haïti.

Au début du rapport de Salvador, le chef du BINUH a évoqué la «violence des gangs» et a ensuite parlé de «1 647 incidents criminels –– homicides, viols, enlèvements et lynchages» qui ont eu lieu à Port-au-Prince au premier trimestre de cette année. Il n’y a pas eu d’entrée haïtienne dans ce rapport et il n’y a pas eu de précipitation pour assumer la direction d’un tel projet, qui ne manquera pas de susciter une opposition tenace.

Les grands médias ont amplifié l’aspect violence de son discours pour expliquer la catastrophe qui se déroule en Haïti comme un résultat inévitable de la « violence criminelle ». Article après article, un incident a eu lieu dans le quartier Canapé-Vert de Port-au-Prince le 24 avril.

La police a remarqué qu’un petit bus en provenance de Pétionville, une banlieue de Port-au-Prince, transportait des jeunes hommes armés. Les policiers ont arrêté le bus et ont forcé les passagers à se désarmer et à se coucher par terre. Une foule s’est rapidement rassemblée, a pris les passagers des flics, les a lapidés à mort et a brûlé les corps.

Le lynchage des bandits armés dans le quartier Canapé-Vert de Port-au-Prince le 24 avril dernier.

Une vidéo de cet incident avait été visionnée 96 000 fois sur Twitter à 16 heures. 30 avril. Le chauffeur de bus Dessain Amoncite et son aide Jameson Fleurancieux sont indemnes mais détenus par les flics pour interrogatoire.

Le Miami Herald du 24 avril a rapporté plusieurs incidents antérieurs lorsque les masses haïtiennes, se méfiant de la police, se sont fait justice elles-mêmes. Ces reportages médiatiques ne donnent pas de contexte sur le rôle que les interventions impérialistes américaines et onusiennes ont joué pour rendre la vie misérable pour la grande majorité des Haïtiens, et ce qui a conduit à la méfiance envers le régime haïtien ou ses flics.

Par exemple, le choléra a fait un retour. En 2010, les forces de « sécurité » de l’ONU en provenance du Népal ont répandu du choléra dans l’approvisionnement en eau du pays. Selon le ministère de la Santé publique d’Haïti, quelque 800 000 Haïtiens ont été infectés et 9 000 sont morts, jusqu’à ce que l’épidémie soit maîtrisée en 2018.

Fin 2022, l’Organisation mondiale de la santé a signalé que le choléra était revenu. En février 2023, il y avait 33 000 cas suspects et le nombre d’infections augmentait de 2,5 % par semaine.

Il y a environ 11 millions de personnes vivant en Haïti, presque toutes pauvres, avec trop peu de revenus pour acheter de la nourriture pour trois repas par jour. Ils n’ont pas les moyens d’acheter de l’eau potable et l’eau des approvisionnements publics est inadéquate et souvent contaminée.

Selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies, « un nombre record de 4,9 millions de personnes devraient souffrir de faim aiguë. . . en Haïti. . . dont 1,8 million de personnes en phase ‘d’urgence’ (IPC4). Selon la Banque mondiale, “plus de la moitié de la population (6 millions) vit en dessous du seuil de pauvreté et 20% (2,5 millions) vit en dessous du seuil de pauvreté extrême”.

On ne saurait trop insister sur le fait que cet horrible appauvrissement est causé par la surexploitation des masses haïtiennes par les États-Unis et d’autres sociétés mondiales, soutenues par leurs gouvernements, qui s’emparent des ressources du pays et versent à ses travailleurs des salaires de famine.

Environ 22% du produit intérieur brut d’Haïti sont des envois de fonds envoyés par les 5 millions d’Haïtiens vivant à l’extérieur du pays.

Violence et situation politique

La pauvreté, la maladie et la faim sont étroitement liées à la situation politique et à la violence associée en Haïti. La classe dirigeante d’Haïti n’a pas organisé d’élections présidentielles depuis sept ans. Le Premier ministre/président par intérim Ariel Henry a été nommé par le CORE groupe – un comité non officiel composé des États-Unis, du Canada et de la France ainsi que d’autres puissances impérialistes. Depuis janvier dernier, il n’y a plus eu d’élus en Haïti.

En plus de devenir le principal centre de transbordement de drogues destinées aux États-Unis, principalement de la cocaïne et de la marijuana, des armes à feu et des munitions de plus en plus sophistiquées et de gros calibre font l’objet d’un trafic vers Haïti, parfois par le biais d’intermédiaires. Ces armes, qui sont évidemment des articles rentables, proviennent en grande partie de marchands d’armes en Floride, sur la base des quelques interceptions que les douanes américaines ont gérées. Sans ce commerce d’armes, la violence en Haïti s’estomperait.

Il y a un différend au sein du mouvement progressiste haïtien sur la façon de caractériser les groupes armés en Haïti. Une position est que tous ces groupes armés sont réactionnaires et devraient être démantelés. L’autre admet que certains groupes armés se livrent criminellement à des enlèvements, des extorsions, des viols et des vols, mais que d’autres sont essentiellement des groupes armés d’autodéfense de quartier.

Les États-Unis ont traditionnellement utilisé l’excuse de la «violence des gangs» comme justification de leur intervention en Haïti, ignorant le fait qu’ils n’ont pas mis en œuvre le boycott des armes que Washington a déclaré [et qui] empêcherait les armes d’atteindre Haïti.

La violence a chassé les gens de chez eux. Des dizaines de milliers d’Haïtiens ont été déplacés à l’intérieur du pays. Les écoles ont fermé et des institutions comme les hôpitaux ont eu du mal à fonctionner.

Le journal progressiste Haïti-Liberté a appelé tous les patriotes, jeunes et moins jeunes, à s’unir et à créer une force d’autodéfense pour toute la nation.

Workers World, 5 mai 2023

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here