Le Parti communiste du Kenya (PCK) condamne l’occupation d’Haïti !

0
212
Le Parti communiste du Kenya (PCK) condamne fermement l’implication de son pays dans l’occupation imminente d’Haïti.

Le 25 septembre 2023 à Nairobi, le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a signé un accord de cinq ans avec le ministre kenyan de la Défense, Aden Duale, dans le cadre duquel Washington fournira de l’argent, des armes et une formation à ce pays d’Afrique de l’Est pour qu’il serve de mandataire en Afrique et en Afrique. L’Amérique latine. « La signature aujourd’hui du cadre de coopération en matière de défense entre nos deux pays renforce l’importance de notre partenariat stratégique avec le Kenya et contribuera à orienter nos relations bilatérales en matière de défense pour les cinq prochaines années », a déclaré Austin après la signature.

Selon le rapport de presse du Pentagone sur la réunion, « Austin a spécifiquement souligné le partenariat du Kenya avec les États-Unis dans la lutte contre al-Shabab, un groupe militant islamiste basé en Somalie voisine ». Duale a souligné que l’accord apportera « l’interopérabilité et ouvrira des voies pour une coopération renforcée en matière de technologie et d’innovation de défense », selon le communiqué du Pentagone et il a claironné « le partenariat solide et durable entre le Kenya et les États-Unis ».

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin, le président kenyan William Ruto et le secrétaire kenyan à la Défense Aden Duale posent à la Maison d’État du Kenya à Nairobi le 25 septembre 2023. Photo : Alexander Kubitza

L’accord intervient alors que le Kenya se prépare à mener une intervention militaire étrangère en Haïti, avant même que le Conseil de sécurité de l’ONU ait voté sur l’approbation ou non d’une telle force. Le CSNU débat vigoureusement de la question depuis octobre dernier. L’administration Biden s’est engagée à lever 100 millions de dollars pour cette force en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York la semaine dernière.

Pendant ce temps, le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a exhorté le Conseil de sécurité de l’ONU à bénir la force – même si elle ne serait pas sous le contrôle et la surveillance du corps – affirmant qu’elle serait prête à se déployer « dans quelques mois » et que Washington fournirait « une aide financière et logistique solide ». .»

La police kenyane est notoirement corrompue et brutale. En juillet dernier, l’ONU elle-même s’est déclarée « très préoccupée » par les violences policières extrêmes et meurtrières contre les manifestants protestant contre les hausses d’impôts. Le 26 septembre, The Armed Conflict Location & Event Data Project (ACLED) a publié un rapport intitulé « Kenya : la police utilise une force excessive en réponse aux manifestations antigouvernementales », dans lequel il rapporte : « Les manifestations de juillet ont été violemment réprimées par les forces de l’ordre la police et les forces de l’État ont déclaré les manifestations illégales et constituaient une menace pour la sécurité nationale. Ces incidents comprennent des arrestations massives de manifestants, l’incarcération de dirigeants d’Azimio, la destruction de biens, l’utilisation de gaz lacrymogènes, de matraques, d’eau et de canons, ainsi que des balles réelles qui ont causé des blessés et des morts. »

Dans son dernier paragraphe, le chercheur de l’ACLED, Caleb Wafula, écrit : « Le Kenya a récemment signé un accord avec Haïti, qui verra le déploiement de 1 000 policiers qui dirigeront une force de police multinationale pour lutter contre la violence des gangs dans ce pays des Caraïbes. Cependant, la brutalité policière croissante au Kenya nécessite une réévaluation approfondie des mesures et des tactiques utilisées par les agents de sécurité. »

Le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin (à gauche) et le secrétaire kenyan à la Défense Aden Duale signant un accord militaire de cinq ans à Nairobi le 25 septembre 2023.

Les autres pays qui ont accepté de fournir des troupes à l’intervention proposée en Haïti sont la Jamaïque, les Bahamas, la Mongolie, le Sénégal, le Belize, le Guatemala, le Pérou, l’Italie, Antigua-et-Barbuda, le Suriname et l’Espagne.

Pendant ce temps, le Parti communiste du Kenya a publié une déclaration brûlante sur la participation de son pays à l’intervention organisée par Washington. Nous reproduisons le texte intégral ci-dessous :

Le Parti communiste du Kenya (PCK) condamne fermement l’implication de son pays dans l’occupation imminente d’Haïti.

Le Parti communiste du Kenya exige que le gouvernement Kenya Kwanza annule sa proposition d’envoyer 1 000 policiers en Haïti, tout en appelant le peuple kenyan à se joindre aux masses haïtiennes et aux forces populaires progressistes du monde entier pour s’opposer à l’intervention, à l’occupation continue et à la gouvernance néocoloniale de Haïti par le Core Group et l’ONU.

Le Comité central d’organisation du Parti communiste du Kenya exprime sa profonde préoccupation concernant l’accord proposé entre les États-Unis et le gouvernement kenyan. C’est avec un grand mécontentement et une extrême frustration que nous sommes obligés de voir le Kenya se laisser recruter dans les activités impérialistes des États-Unis, du Groupe central et des Nations Unies. Le projet annoncé d’impliquer la police kenyane pour mener des actions au nom du gouvernement américain en Haïti soulève de sérieuses questions éthiques et morales. Dans ses efforts pour se faire aimer des systèmes de pouvoir qui soutiennent l’hégémonie occidentale, le Kenya donne une légitimité à une série d’interventions de longue date en Haïti qui cherchent à saper les aspirations du peuple haïtien.

La police kenyane a réprimé les manifestations à Nairobi en juillet 2023. L’ONU s’est déclarée « très préoccupée » par les brutalités policières meurtrières dans ce pays. Photo : Thomas Mukoya/Reuters

La raison pour laquelle le Kenya envoie un petit contingent de policiers en Haïti n’est pas pour résoudre les soi-disant problèmes d’insécurité qui assaillent Haïti. Tout comme cela a été fait dans le passé en recrutant des pays des Caraïbes et d’Afrique, il s’agit d’empêcher les accusations de racisme et d’emprise oppressive des puissances étrangères occidentales en faisant en sorte que les pays du tiers monde apportent leur soutien à l’exploitation d’Haïti. « En cas de crise humanitaire, la réponse ne peut pas consister à envoyer des troupes étrangères. Les pays qui sont aujourd’hui les premiers à déplorer le contrôle d’Haïti par les différents gangs sont les premiers à avoir parrainé ces mêmes caïds à d’autres époques, comme en Afghanistan à l’époque des Moudjahiddines ou en Irak de Saddam Hussein contre l’Iran.»

Le Parti communiste du Kenya rejette fermement toute forme de néocolonialisme et condamne les tentatives d’utiliser un visage noir pour brutaliser Haïti ou toute autre nation par les membres du Core Group, notamment les représentants des Nations Unies, du Canada, de la France, de l’Allemagne, de l’Espagne, du Union européenne, États-Unis et Organisation des États américains. Le parti reconnaît les systèmes de maintien d’un agenda néocolonial en Haïti, ou comme on l’appelle dans la langue populaire haïtienne, « Sistèm nan » (Le système).

Nous soutenons avec véhémence la population haïtienne exploitée et nous opposons à toute intervention ou implication occidentale en Haïti. En acceptant d’envoyer des troupes en Haïti, le gouvernement kenyan porte atteinte à la souveraineté et à l’autodétermination du peuple haïtien, tout en préservant les intérêts néocoloniaux des États-Unis, du Core Group et des Nations Unies. L’impérialisme, historiquement enraciné dans l’exploitation et l’assujettissement, a causé d’immenses souffrances sur tous les continents. De même, la montée en puissance des États-Unis a été largement alimentée par l’esclavage de millions d’Africains, dont le travail a jeté les bases de leur prospérité économique. Les échos de ce sombre passé continuent de résonner dans diverses formes d’inégalités raciales et sociales systémiques qui persistent aujourd’hui aux États-Unis.

Le Parti communiste du Kenya soutient avec véhémence la population haïtienne exploitée et nous opposons à toute intervention ou implication occidentale en Haïti

En tant que Comité central d’organisation du Parti communiste du Kenya, nous nous attaquons aux injustices historiques perpétrées à la fois par l’Europe et les États-Unis. La richesse et le développement de l’Europe reposent en grande partie sur le vol des ressources et l’exploitation des pays du Sud à l’époque coloniale. En tant que défenseurs de l’anti-impérialisme, nous devons reconnaître et condamner les actions historiques de l’Europe et des États-Unis qui ont contribué aux inégalités mondiales auxquelles nous sommes confrontés. Notre engagement en faveur d’un monde juste et équitable exige que nous affrontions et remettions en question l’héritage oppressif de ces pratiques coloniales et esclavagistes.

Le parti dénonce et exhorte le Parlement à intervenir dans les actions entreprises par l’administration actuelle. Exploiter les Kenyans vulnérables à quelque fin que ce soit est inacceptable. Les actions du président Ruto à cet égard doivent être rejetées, et le gouvernement devrait se concentrer sur l’autonomisation de ses citoyens, et non sur les vendre aux enchères à des acheteurs volontaires. Notre engagement consiste à plaider en faveur de politiques qui élèvent les marginalisés et créent une société juste et prospère, en s’attaquant aux causes profondes des problèmes sociétaux, notamment les problèmes fonciers et la nécessité d’investir dans les industries pour créer des emplois et améliorer la vie. En outre, il doit y avoir un discours rigoureux dans la sphère publique, avec le parlement engageant les masses avant que de telles actions unilatérales ne soient entreprises. Bien sûr, nous reconnaissons que cela a été fait spécifiquement sans la participation du public, car les masses reconnaîtraient facilement ces actions pour ce qu’elles sont, des efforts visant à saboter la souveraineté d’Haïti, l’utilisation des instruments de l’État dans l’assujettissement continu du peuple haïtien opprimé et la perturbation du système panafricanisme haïtien. Solidarité africaniste. Nous devons donc intensifier la lutte depuis la base, en mettant l’accent sur les mouvements populaires et l’action collective pour provoquer un changement transformateur.

À l’avenir, nous restons résolus dans notre quête de justice et de démantèlement des structures impérialistes qui perpétuent l’exploitation et l’assujettissement mondiaux. Nous appelons toutes les forces révolutionnaires, mouvements populaires et organisations du monde entier à s’unir dans la lutte pour un avenir qui respecte la souveraineté des nations, défend les droits de l’homme et garantit le bien-être de tous, quelle que soit leur situation géographique. Le Parti communiste du Kenya réaffirme notre engagement inébranlable envers les principes de paix, de justice et de souveraineté en Haïti.

Vive les luttes du peuple haïtien !

Vive Haïti libre et libérée !

Vive la lutte pour la justice et la libération !

En solidarité avec les peuples opprimés du monde !

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here