Le militant bien-aimé de la Floride du Sud Jack Lieberman est mort du Covid-19 à 70 ans

0
97
Jack Lieberman s'exprimant lors d'une conférence de presse pour soutenir le TPS pour les Haïtiens, parrainé par l'organisation FANM de Miami, au conseil d'administration duquel il siégeait.

(English)

Après avoir subi les ravages du Covid-19 pendant deux semaines, puis avoir été plongé dans un coma sous respirateur pendant environ un mois, l’éminent activiste socialiste Jack Lieberman est décédé le dimanche 30 août 2020 à Miami à l’âge de 70 ans.

Jack était mon copain de lycée à Miami. Il est né le 11 juillet 1950 à Philadelphie, en Pennsylvanie. Quand j’ai rencontré Jack pour la première fois en 1966, il soutenait la guerre au Vietnam, mais était fermement contre le racisme. Mais Jack a été rapidement transformé en militant anti-guerre en 1967 et a été plus tard connu sous le nom de «Radical Jack» à la Florida State University à Tallahassee à la fin des années 1960.

En tant que membre de la Young Socialist Alliance (YSA), il a enseigné un cours sur le campus qui lui a valu une grande notoriété: «Comment faire une révolution aux États-Unis». Il a ensuite été militant du YSA / Socialist Workers Party (SWP) au City College de New York au début des années 1970, où il s’est joint à la lutte pour maintenir la gratuité des frais de scolarité dans les écoles de la City University of New York (CUNY).

Jack Lieberman sur une ligne de piquet contre Michel «Sweet Micky» Martelly à Miami. «Il y avait toujours une voix sur laquelle on pouvait compter, c’était Jack», a déclaré Tony Jean-Thénor, un leader de Veye Yo.

En 1968, à l’âge de 18 ans, il a participé à la “campagne des pauvres” de Martin Luther King, Jr. et a aidé à construire «Resurrection City», une communauté temporaire de squatters de 3000 tentes en bois, à Washington, DC.

Au milieu des années 1970, Jack est retourné à Miami où il a repris son activisme général. Bien qu’il ait soutenu les forces révolutionnaires au El Salvador, au Nicaragua, au Venezuela et à Cuba (il a reçu des menaces de mort de la part de terroristes contre-révolutionnaires cubains), le plus mémorable a été sa défense inlassable des droits des réfugiés haïtiens et la lutte contre une politique d’immigration bipartisane et raciste. La lutte à Miami a été menée par des militants haïtiens du Centre haïtien pour les réfugiés (HRC) de Miami, dirigé par feu le père Gérard Jean-Juste. Jack a été l’un des premiers membres du conseil d’administration du CRH, un poste où il avait été élu.

Le problème était le traitement préférentiel ouvertement raciste accordé aux exilés cubains, pour la plupart blancs, qui recevaient carte blanche pour entrer aux États-Unis. En revanche, les «Boat People» noirs d’Haïti, généralement capturés en haute mer par les garde-côtes étatsuniens et remis au service de l’immigration et de la naturalisation (INS), subissaient une détention prolongée et / ou une déportation vers la dictature soutenue par les États-Unis de Jean-Claude «Baby Doc» Duvalier. L’obtention de l’asile politique était extrêmement rare pour les Haïtiens, mais assez courante pour les exilés cubains. Au fil du temps, sous la direction du célèbre avocat spécialisé en droit de l’immigration, Ira Kurzban, plusieurs victoires importantes contre ces injustices ont été remportées devant les tribunaux, mais ces triomphes ont toujours été accompagnés par des mobilisations de masse du CDH.

Jack Lieberman en tant que jeune homme.

N’étant plus membre de la YSA ou de son parent SWP après la fin des années 1970, le soutien de Jack aux droits des Haïtiens est resté inébranlable pendant de nombreuses décennies, le plus récemment dans la lutte pour les droits du statut de protection temporaire (TPS) des Haïtiens. En plus des problèmes d’immigration et du soutien d’Haïti, Jack participait à des activités anti-guerre et anti-brutalité policière dans le sud de la Floride. Plus récemment, Jack a participé à des manifestations de masse militantes qui occupaient les principales artères de Miami contre le meurtre de George Floyd le 25 mai à Minneapolis, au Minnesota, par des flics racistes. Il était également partisan du candidat à la présidentielle du Parti démocrate Bernie Sanders, une position sur laquelle nous nous sommes parfois disputés tout en restant les meilleurs amis.

Dans les années 1990, Jack a dirigé une entreprise informatique très réussie, Compubargains, qui lui procurait suffisamment de revenus pour soutenir généreusement les manifestations, conférences et autres actions de la communauté haïtienne.

Mais à la fin de 2005, il s’est associé à l’activiste de la jeunesse bolivarienne Michael Martinez pour fonder Progressive Rags, un centre d’échange pour attirail d’action politique libérale-radicale, allant de boutons, autocollants pour pare-chocs et bannières à des chapeaux, t-shirts et dépliants de campagne.

“Il m’a demandé si cela ne me dérangerait pas de démarrer l’entreprise depuis son domicile”, se souvient Martinez. «Alors je suis allé chez lui un matin, et il m’a montré un bureau dans son salon où il avait un ordinateur. Il m’a donné sa carte de crédit et m’a dit d’ouvrir un Yahoo Web Store… J’ai appelé le site RadicalJack.com. Quand j’ai terminé, je lui ai montré ma conception du site avec des images de Huey P. Newton, Malcolm X et Che Guevara, et il a adoré. Il était si heureux. Je pensais que nous devions encore penser la création du site Web pendant quelques semaines. Mais il a dit: ‘Non, mets-le en direct maintenant’».

Alors Martinez a publié le site avec un inventaire de seulement quatre ou cinq t-shirts disponibles, a envoyé un lien à Jack, et Jack a envoyé un e-mail «tout comme il le faisait pour les manifestations, et nous avons immédiatement commencé à recevoir des commandes», dit Martinez. “Sensationnel! Cela a été un succès dès le début”.

Jack Lieberman dans Little Haiti avec son partenaire commercial et camarade politique, Michael Martinez.

En plein essor, en particulier lors de la première campagne de Barack Obama, Progressive Rags a rapidement ouvert un bureau dans un immeuble de la 163rd Street à North Miami. Mais lorsque la pandémie de Covid-19 a frappé en mars 2020, l’immeuble de bureaux a commencé à perdre des locataires qui ne pouvaient pas suivre avec le loyer. Dans un effort pour garder le bâtiment rempli, le propriétaire a loué à un médecin qui n’avait qu’une seule offre: les tests Covid-19 pour 150 dollars. Le bureau était sur le même étage que Progressive Rags.

«Alors maintenant, les personnes présentant des symptômes de Covid-19 affluaient vers notre bâtiment, utilisant l’ascenseur, la salle de bain, les machines à soda, frappant aux portes», a expliqué Martinez, qui a également contracté Covid-19. «Ils frappaient à notre porte pour demander si c’était le cabinet du médecin…. je pense que c’est là que nous avons tous attrapé le Covid».

Pleurant sa mort, Martinez a conclu que «Jack était une personne exceptionnelle… Il était comme un père pour moi”.

Après avoir appris le décès de Jack, l’activiste haïtien du HRC Abel Simon m’a appelé pour me dire: «Il n’y a pas de communauté haïtienne sans Jack Lieberman».

Bien que peut-être exagéré dans un moment de deuil, un sentiment similaire a été exprimé par Tony Jean-Thénor, l’un des dirigeants les plus connus de l’organisation populaire haïtienne Veye Yo, qui a été fondée par Jean-Juste et ses camarades en 1985 et se réunit chaque semaine depuis lors.

«Jack injectait de l’oxygène de vie dans la communauté haïtienne», a déclaré Tony à Haïti Liberté. «Il est irremplaçable. Il y a un tel vide maintenant. Depuis que je suis arrivé en Floride en 1980, il était à l’avant-garde de la lutte. Il ne s’est jamais arrêté. Jamais, jamais arrêté, jour et nuit. Il a voyagé en Haïti à plusieurs reprises. Il a assisté aux funérailles du Père Jean-Juste en Haïti en 2009, voyageant jusqu’à Cavaillon, où Jean-Juste a été enterré”.

Tony a rencontré Jack pour la première fois au début des années 1980 lors d’une manifestation devant la maison de Coral Gables d’Alexandre Paul, le consul de Baby Doc à Miami, «que nous avions l’habitude de dépeindre comme un vampire», se souvient-il. «Jack a été arrêté ce jour-là parce que les flics ne voulaient pas que nous ayons ce piquet de grève dans ce quartier riche et chic».

Jack Lieberman lors d’une manifestation pour protester contre le meurtre de l’adolescent noir Trayvon Martin par le justicier George Zimmerman à Sanford, en Floride, en 2012.

L’année dernière, lorsque le musicien et ancien président haïtien de droite Michel «Sweet Micky» Martelly a donné un concert dans le sud de la Floride, Veye Yo a appelé à une manifestation. «Environ 16 ou 17 Haïtiens se sont rendus au piquet de grève, mais il y avait aussi Jack», a déclaré Jean-Thénor. «Il y avait toujours une voix sur laquelle on pouvait compter, c’était Jack. En fait, nous avons deux haut-parleurs qui sont toujours dans la voiture de Jack».

«Savoir, s’organiser, lutter pour les droits humains avec Jack Lieberman depuis 38 ans, c’est comprendre que Dieu, dans son infinie sagesse, a nommé et stratégiquement placé un nombre très limité d’êtres humains extraordinaires sur cette terre, à sacrifier toute leur vie pour le plus grand bien de l’humanité », a écrit, dans une note à Haïti Liberté, Marleine Bastien, directrice du Family Action Network Movement (FANM) de Miami, au conseil d’administration de laquelle Jack siégeait. «Jack était un mentor, un cher frère, un organisateur et un combattant pour tous nos droits. Partout, chaque fois qu’il y avait une cause pour laquelle se battre, une politique injuste / raciste à changer, une marche à organiser, un tort à redresser, de l’argent à collecter, du matériel à donner, Jack était toujours, toujours là. Il n’était jamais fatigué ni découragé. Il n’a pas seulement marché après le meurtre de George Floyd, il a également donné des dépliants et des pancartes à notre groupe et à plusieurs autres. Connaître Jack, c’était comprendre la vraie signification de l’altruisme et de l’amour inconditionnel pour l’humanité. Jack était un héros de héros. Une figure légendaire qui continuera de guider nos luttes, notre chemin vers l’inclusion, l’équité, la justice sociale et la paix».

Un autre ancien collègue du HRC, l’avocat bien connu Steve Forester, qui travaille maintenant avec l’Institut pour la justice et la démocratie en Haïti (IJDH), a déclaré ceci: «Jack Lieberman était un combattant par excellence pour la justice, dévoué à la cause des réfugiés haïtiens et de la démocratie en Haïti pendant les 41 années que je l’ai connu et avant. Il était un féroce champion et orateur et a participé à toutes les réunions, marches, manifestations et conférences de presse appelant à la justice pour les réfugiés haïtiens et condamnant les violations des droits humains des gouvernements étatsunien et haïtien. Je me souviens à quel point il a été dévasté lorsque le père Jean-Juste est mort si prématurément et horriblement. Comme Bernard Fils-Aimé, récemment décédé, également emporté par le COVID-19 et par les méfaits intentionnels, le racisme et l’incompétence de ce gouvernement pour y faire face, Jack était un fervent champion de la lutte. Sa mort inutile, comme celle de Bernard et de tant d’autres, est à la fois tragique et exaspérante”.

Jack Lieberman laisse dans le deuil son épouse, Marilyn, que Marleine Bastien a décrite comme «sa partenaire à part entière dans toutes les luttes communautaires», ses deux enfants, Marah et Matthew Lieberman, et sa sœur, Yvonne «Terry» Spector, tous vivant à Miami.

The Family Action Network Movement (FANM) planifie un veye patriyotik (un mémorial) en l’honneur de Jack le 11 septembre 2020.

Nous t’aimons tous, Jack!


The Celebration of Life of Jack Lieberman will be this Friday, September 11, 2020, at 6:00 p.m.
Join The Celebration of Life of Jack Lieberman
Meeting ID: 833 7495 5632
Passcode: 828711
One tap mobile
+19292056099,,83374955632#,,,,,,0#,,828711# US (New York)
+13017158592,,83374955632#,,,,,,0#,,828711# US (Germantown)
Find your local number: https://us02web.zoom.us/u/kcDApdPzK
FANM| 305-756-8050 | 100 NE 84th ST, Miami, FL 33138 | www.fanm.org

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY