Le devoir de mettre fin à l’apartheid

0
50
Bethléem, Cisjordanie occupée, 14 avril 2019 - Des travailleurs palestiniens traversent le point de contrôle de Bethléem, géré par des Israéliens, pour se rendre à leur travail dans les villes israéliennes. Le point de contrôle a été rénové début avril avec de nouvelles voies, des tourniquets supplémentaires et des "barrières rapides" électroniques qui s'ouvrent en glissant une carte magnétique pré-approuvée que les Palestiniens doivent solliciter. Dès les premières heures du matin, des milliers de Palestiniens du sud de la Cisjordanie arrivent au point de contrôle de Bethléem, attendant son ouverture pour passer le plus rapidement possible - Photo : Anne Paq/ActiveStills

Cette semaine, j’ai tenté d’expliquer ici que la poursuite de l’occupation et sa transformation d’une situation soi-disant temporaire en une situation permanente, avec l’effacement de la ligne verte (pour les Juifs), a créé une nouvelle situation : il n’est à présent plus possible de parler d’ « apartheid dans les territoires ».

 

Le sort de plus de 6 millions de Palestiniens – arabes israéliens, résidents de Jérusalem Est, de Cisjordanie et de Gaza – est décidé par le gouvernement juif à Jérusalem et l’état-major général juif de l’armée à Tel-Aviv.

Le système auquel les Palestiniens sont soumis est sans conteste un système de discrimination, d’oppression, de dépossession et de séparation sur la base de la nationalité, et constitue donc un système d’apartheid.

La démocratie pour les seuls juifs est bien sûr une plaisanterie de la démocratie. Par conséquent, si Israël est tyrannique dans une partie de son territoire à l’égard de certains de ses sujets, alors tout Israël est tyrannique. Si l’apartheid existe sur une portion de son territoire pour certains de ses résidents, alors c’est un État d’apartheid.

Aucune démocratie ne peut contenir une tyrannie régionale ou un apartheid régional. Lorsque j’étais dans le village de Ras Kurkar cette semaine, entouré de toutes parts par des colonies, il était impossible de ne pas penser à l’apartheid. Depuis le balcon de la maison que j’ai visitée, par temps clair, on peut voir la mer. Mais seuls les Juifs peuvent y aller.

Aucun autre État n’a reçu autant de ressources et de soutien depuis des décennies, tout en jouissant d’une tolérance incroyable.

Les prochaines élections à la Knesset, qui affecteront également le sort de ce village, sont réservées aux Juifs.

Une communauté est vaccinée, et celle d’à côté ne l’est pas, sur la base de la nationalité… N’est-ce pas l’apartheid ? Le développement, la construction, l’eau et la terre – tout cela fonctionne sur la base de la suprématie juive.

Le système judiciaire est différent et les lois sont différentes, la sanction est différente pour les mêmes actions, pour les Juifs et les Arabes. Qu’est-ce que c’est sinon de l’apartheid ?

Cet apartheid est façonné par les Israéliens juifs. Ils sont les seuls à l’avoir décidé, de façon non démocratique, bien sûr. C’est pourquoi leur État, notre État, est un État d’apartheid, même si Zvi Bar’el* n’est pas d’accord.

Ce n’est pas un simple jeu de mots. Cette définition sévère donne lieu à des conclusions pratiques qui sont tout aussi sévères et douloureuses. Si c’est un État d’apartheid, alors la communauté internationale est obligée de le traiter comme son prédécesseur.

Israël, qui se plaint souvent d’être soumis à un traitement discriminatoire, d’être jugé à l’aune de deux poids deux mesures, sans parler de l’antisémitisme, est apparemment le pays le plus gâté du monde. Aucun autre État n’a reçu autant de ressources et de soutien depuis des décennies, tout en jouissant d’une tolérance incroyable.

Cet État d’apartheid est comme le chouchou de l’Occident, son enfant gâté, à qui on ne demande jamais d’assumer la véritable responsabilité de ses actes et de payer pour ses crimes.

Sa nouvelle définition d’un État d’apartheid pourrait forcer le monde à changer d’attitude. Pour qu’il cesse d’être aussi indulgent et qu’il cesse de fermer les yeux. Il ne peut pas continuer à croire que l’occupation est transitoire, qu’il y a un « processus de paix » qui est juste « gelé » en ce moment, attendant un « partenaire » palestinien, et qu’une solution est en attente au coin de la rue.

Cela n’arrivera jamais. Les Israéliens ne se réveilleront jamais un matin en reconnaissant que l’occupation n’est pas bonne et pas juste et qu’il faut y mettre fin. Cela n’arrivera tout simplement pas.

Cela ne s’est pas produit depuis 53 ans et il n’y a aucune raison que cela se produise soudainement maintenant. La raison ne peut survenir que par le biais de la communauté internationale – si celle-ci exige qu’Israël reconnaisse sa responsabilité et soit soumis à des mesures punitives. C’est le droit et le devoir de la communauté internationale.

Voyons ce qui se passera quand les Israéliens commenceront à payer pour les graves fautes de leur État.

Ce devoir est d’autant plus impérieux qu’il ne s’agit plus de violations temporaires du droit international, de crimes de guerre éphémères ou d’une occupation militaire comme les autres. Lorsque l’occupation devient un apartheid et détermine l’identité de l’État, une action internationale est nécessaire – oui, comme cela s’est produit avec l’Afrique du Sud.

Ce qui a fonctionné là-bas pourrait fonctionner ici aussi. Voyons ce qui se passera quand les Israéliens commenceront à payer pour les graves fautes de leur État. Un vrai patriote devrait espérer ce jour. C’est pourquoi la discussion sur Israël en tant qu’État d’apartheid est si importante.

Ndlr.

*Zvi Bar’el.  Homme politique israélien et actuel maire de la ville israélienne de Ramat Gan. Ancien commandant du bataillon de parachutistes 202 au cours de la guerre des Six Jours ; plus tard, il a commandé l’école de formation des officiers des Forces de défense israéliennes. Il est ensuite devenu le commandant de la police des frontières d’Israël.

 

Haaretz Haaretz 20 janvier 2021
Traduction : Chronique de Palestine 24 janvier 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY