La situation actuelle dans le pays est critique

0
486
Laurenel Louis

Le dirigeant de la Confédération des travailleurs des secteurs public et privé (CTSP) d’Haïti, organisation membre du CLATE, a évoqué la nouvelle vague de protestations dans le pays, après la décision du gouvernement d’augmenter les prix du carburant. La population réclame la démission du Premier ministre Ariel Henry.

La crise politique, sociale et économique en Haïti s’est intensifiée la semaine dernière lorsque le gouvernement, dirigé par le Premier ministre Ariel Henry, a doublé le prix de l’essence et augmenté le prix du diesel de près de 90 %, déclenchant des manifestations massives dans tout le pays. « Le gouvernement haïtien, sous la pression du Fonds monétaire international, a supprimé la subvention de l’État à l’essence, un produit stratégique et transversal, et a augmenté son prix deux fois en un an », a expliqué Laurenel Louis.

« La première fois, c’était en décembre 2021, lorsque le gallon d’essence est monté à 250 gourdes (environ 2 dollars). Depuis près de trois mois, la situation est encore plus critique. Le gouvernement a provoqué une pénurie de ce produit essentiel, afin d’éliminer la subvention et de vendre un gallon d’essence jusqu’à 570 gourdes (environ 4,85 $) et un gallon de diesel jusqu’à 630 gourdes (environ 5,30 $). », a informé le syndicaliste.

Louis a déclaré que « la population n’accepte pas cette décision officielle du gouvernement et demande sa démission sans condition ». Il a ajouté : « Il y a un soulèvement général de la population dans tout le pays. Il y a des scènes de pillage. Il y a la répression policière. Il y a beaucoup de morts. La population est dans la rue tous les jours ».

Enfin, il a précisé que « ce n’est plus une question d’essence : la seule demande est la démission d’Ariel Henry, chef du gouvernement ».


Clate Press / Résumé latino-américain, 26 septembre 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here