La Grand’ Anse à genoux !

0
464
Que font les ministères concernés ? Que font les députés et sénateurs ? Que fait le président ? Que fait la société civile ? La Grand'Anse se meurt messieurs et dames à petit feu sous les yeux de ses dirigeants!

L’insécurité alimentaire s’aggrave dans la Grand’ Anse. C’est ce qu’ont constaté la Direction Départementale Agricole de la Grand’Anse (DDAGA) et la Coordination Nationale de Sécurité Alimentaire (CNSA). La situation s’est tellement détériorée que le département a été classé en Phase 3 sur l’échelle 5 de l’IPC ( (Integrated Food security ) d’après un rapport de ces deux organismes.

La Phase 3 est caractérisée par des déficits alimentaires considérables et des taux élevés de malnutrition aiguë ou de l’incapacité des ménages à couvrir le minimum de leurs besoins alimentaires sans épuiser leurs avoirs relatifs aux moyens d’existence.  Cette situation de risque de famine a été constatée 5 mois après le passage de l’ouragan Matthew qui avait totalement détruit ce département. Il nous faut également signaler que la Grand’Anse a connu 3 mois de sécheresse (décembre à février) et depuis lors rien n’a été fait pour venir au secours de la population. Les communes qui sont les plus touchées sont Anse d’Hainault, Chambellan, Corail, Moron, Pestel, Irois, Dame Marie, et Jérémie.

La Grand’Anse toujours à genoux ne sait encore quel saint à appeler pour son secours

Depuis la fin de la campagne électorale les candidats ont mis fin à leurs tentative d’apporter de la nourriture à certains endroits. Des habitants se plaignent que depuis le 4 octobre que commence leur calvaire, ils n’ont jamais vu aucune aide venir d’aucune instance de L’Etat haïtien. Le candidat Jovenel Moise se vantait lors des élections de l’aide qu’il a apportée aux victimes ; alors maintenant qu’il est le chef de l’Etat, lors de sa toute dernière visite à la Grand Anse, il n’a fait que tout bonnement et simplement annoncer la mise en place de restaurants communautaires pour combattre la famine. Où sont passées les bateaux, les hélicoptères qui transportaient de l’aide aux victimes de Matthew ? Pourquoi Jovenel ne pouvait-il pas continuer à faire les mêmes gestes avec les paysans ; quand plus de 180,000 personnes, soit près de 43% de la population totale du Département se trouvent  dans cette situation d’urgence.

La grotte servant d’abri à une centaine de personnes vivant à Fond Rouge, près de Jérémie

La Grand’Anse toujours à genoux ne sait encore quel saint à appeler pour son secours « Je vais essayer d’aller acheter du riz à crédit et trouver du travail, n’importe quoi pour le payer demain», explique sans conviction un jeune homme de 26 ans Fanfan Édouard. Il explique  que « depuis que l’ouragan Matthew a détruit leurs deux petites maisons en octobre, la famille Édouard ne survit que dans quelques mètres carrés, avec des tôles trouées qui ne protègent en rien les deux lits qu’ils partagent. Quand il pleut, ils passent leurs nuits dans la grotte située à quelques mètres »

«On n’est pas à l’aise, on s’y empile. Mais quand même, c’est une chance pour nous d’avoir cet espace pour être au sec», raconte Marguerite, la mère. N’avoir qu’une grotte comme abri n’est pas la première préoccupation de la centaine de personnes qui vivent à Fond Rouge, près de Jérémie, chef-lieu du département de la Grande Anse.

Le candidat Jovenel Moise se vantait lors des élections de l’aide qu’il a apportée aux victimes ; alors maintenant qu’il est le chef de l’Etat, lors de sa toute dernière visite à la Grand Anse, il n’a fait que tout bonnement et simplement annoncer la mise en place de restaurants communautaires pour combattre la famine

Que font les ministères concernés ? Que font les députés et sénateurs ? Que fait le président ? Que fait la société civile ? La Grand’Anse se meurt messieurs et dames à petit feu sous les yeux de ses dirigeants!

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY