La campagne raciste d’Abinader menace l’économie Dominicaine

1
633
En alliance avec les secteurs les plus réactionnaires, le président Abinader a manifesté son mépris total pour les traités internationaux signés par l'État dominicain dans le domaine des droits de l'homme et concernant le droit de refuge et d'asile.

Le gouvernement PRM a transformé l’agitation raciste et la persécution contre la communauté d’immigrants haïtiens et dominicains d’origine haïtienne en sa campagne principale avant les élections présidentielles de 2024, incapable de montrer des réalisations significatives dans les domaines de l’éducation, de la santé, du travail ou de la réduction de la pauvreté et des inégalités. En alliance avec les secteurs les plus réactionnaires et antidémocratiques de la politique nationale, le président Abinader a manifesté son mépris total pour les traités internationaux signés par l’État dominicain dans le domaine des droits de l’homme et particulièrement en ce qui concerne le droit de refuge et d’asile. Bien que la campagne raciste d’expulsions massives puisse lui apporter une certaine adhésion électorale, bien que contestée par les candidats présidentiels tout aussi racistes du PLD et du FP, il est indéniable que cette campagne a un coût très élevé pour la société dominicaine en termes de recul de la démocratie [et des] libertés. Elle a également un coût économique élevé.

Il ne s’agit plus seulement de détourner des milliards de pesos pour la répression raciste et la construction du mur frontalier qui pourraient être investis dans la santé publique, l’éducation, la construction de logements sociaux, ou garantir l’accès aux services publics comme l’électricité et l’électricité l’approvisionnement en eau de millions de personnes. Il s’agit de la destruction économique que la barbarie raciste provoque, et qui affectera négativement non seulement les capitalistes mais aussi la classe ouvrière dominicaine et immigrée elle-même.

Bien que le gouvernement dominicain affirme que la communauté immigrée haïtienne est un fardeau économique, la réalité est très différente. Ce sont plus de cinq cent mille immigrés dont le travail contribue énormément à l’économie dominicaine. La croissance économique est soutenue par la surexploitation de la main-d’œuvre haïtienne dans des secteurs tels que la construction, l’agriculture et le tourisme. Cette croissance génère des emplois qui profitent à toute la population dominicaine et génère des impôts qui financent les services publics, malgré les importants allégements fiscaux que le gouvernement accorde aux capitalistes.

La croissance économique est soutenue par la surexploitation de la main-d’œuvre haïtienne dans des secteurs tels que la construction, l’agriculture et le tourisme.

Actuellement, seulement 1,49% des travailleurs qui cotisent à la sécurité sociale sont haïtiens, avec un salaire moyen de 18 368 RD$. En d’autres termes, les employeurs excluent la majorité des salariés haïtiens de l’emploi formel et de la sécurité sociale. L’oppression et la surexploitation subies par la classe ouvrière d’origine haïtienne doivent être surmontées par la syndicalisation, la garantie du principe du salaire égal pour un travail égal et l’élimination de la précarité de l’emploi. En d’autres termes, permettre la liberté d’association en République dominicaine et l’égalité des droits pour tous les travailleurs sans discrimination fondée sur la race, le sexe, l’âge ou pour toute autre raison. Au contraire, l’augmentation des persécutions contre la classe ouvrière d’origine immigrée ne fait qu’augmenter sa précarité et sa surexploitation.

De toute évidence, l’expulsion massive de travailleurs haïtiens cause de graves dommages à l’économie. La détention arbitraire de centaines de travailleurs agricoles dans la province de Valverde au cours du mois de novembre, où est produit un tiers des bananes du pays, a généré un débrayage. “Tout le monde sait qu’ici, sans les Haïtiens il n’y a pas de production”, a expliqué un homme d’affaires dans des déclarations à la presse. D’autres hommes d’affaires ont souligné que des agents d’immigration sont installés aux abords des fermes les jours de paiement des salaires.

La pratique généralisée de l’extorsion par les agents migratoires, policiers et militaires contre les travailleurs immigrés haïtiens est largement connue, extorsion qui s’applique également aux entrepreneurs agricoles. Les hommes d’affaires bananiers ont dénoncé le fait que les agents de l’immigration détiennent généralement tous les travailleurs à la peau foncée, indépendamment de leur nationalité ou de leur statut d’immigration, mettant en danger les exportations agricoles.

La Confédération dominicaine des micro, petites et moyennes entreprises de construction (Copymecon) a également reconnu que « si nous n’avons pas de main-d’œuvre haïtienne, le secteur de la construction sera définitivement paralysé ». Ils ont appelé à régulariser les travailleurs haïtiens, ce que le gouvernement Abinader refuse. Bien qu’ils aient également soutenu les déportations massives et le décret 668-22, il est clair qu’au-delà de leur affinité idéologique avec la politique raciste d’Abinader, ces hommes d’affaires ne peuvent cacher qu’ils dépendent de la composante immigrée de la classe ouvrière. Des demandes de régularisation de travailleurs immigrés ont été faites dans le passé. Mais le gouvernement et le secteur privé embauchent des travailleurs immigrés dans des conditions de travail précaires et de bas salaires, profitant des obstacles officiels à la régularisation de l’immigration.

Il est nécessaire que tous les travailleurs dominicains répondent avec force à la campagne raciste d’Abinader avant qu’il ne soit trop tard.

La menace la plus sérieuse que la campagne raciste d’Abinader représente pour l’économie dominicaine est celle qui fait référence au tourisme. Dans le passé, il y a eu des attaques racistes par la police et les agents de l’immigration, ainsi que par des paramilitaires néo-fascistes soutenus par la police, contre des touristes américains et africains en supposant qu’ils étaient haïtiens. La situation s’est aggravée à un tel point que le gouvernement américain, un allié d’Abinader, a dû émettre un avis aux citoyens américains à la peau foncée par l’intermédiaire de son ambassade dans le pays pour qu’ils prennent des précautions. La déclaration indique que “ces derniers mois, les voyageurs en République dominicaine ont signalé avoir été soumis à des retards, des détentions ou des interrogatoires intensifiés aux points d’entrée dans le pays et lors d’autres rencontres avec des agents de l’immigration, en raison de la couleur de leur peau”. La déclaration prévient également que les opérations de détention massive contre des personnes soupçonnées d’être haïtiennes ont dans certains cas conduit à un manque de respect pour le statut juridique des détenus et que ces opérations impliquent un risque accru pour les Américains à la peau foncée d’être détenus arbitrairement dans des conditions de surpeuplement.

Cet avertissement officiel s’ajoute à la présence croissante dans les médias internationaux d’informations sur la brutalité raciste du gouvernement dominicain, dissuadant des milliers de touristes potentiels des États-Unis et d’autres pays de visiter le pays. Jusqu’où nous mènera la folie raciste du gouvernement et quel prix Abinader est-il prêt à imposer au peuple dominicain pour réaliser son délire anti-haïtien de nettoyage racial ? Il est nécessaire que tous les travailleurs dominicains répondent avec force à la campagne raciste d’Abinader avant qu’il ne soit trop tard.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
20 Novembre 2022

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here