Jovenel Moïse nomme Jean-Henry Céant Premier ministre !

0
213
Le dimanche 5 août, le président haïtien Jovenel Moïse a choisi le candidat à la présidence Jean Henry Céant, 61 ans, chef du parti Renmen Ayiti, pour être son prochain Premier ministre.

Le dimanche 5 août, le président haïtien Jovenel Moïse a choisi le candidat à la présidence Jean Henry Céant, 61 ans, chef du parti Renmen Ayiti, pour être son prochain Premier ministre.

S’il est approuvé par le Parlement, Céant remplacera Jack Guy Lafontant, démissionnaire le 14 juillet, Premier ministre de Moïse après un soulèvement de trois jours, du 6 au 8 juillet (puis une grève générale d’une journée) qui a causé une vingtaine de morts et des dizaines d’entreprises qui ont été brûlées ou endommagées. La rébellion contre la corruption, le gaspillage et l’austérité, qui continue de se répandre, a été déclenchée par la forte hausse des prix du carburant (38%), du diesel (47%) et du kérosène (51%).

De gauche à droite Joseph Lambert, Jean-Henry Céant, Jovenel Moise et Garry Bodeau

Moïse a annoncé son choix sur Twitter (comme il l’avait fait pour Lafontant) après deux jours de négociations prolongées avec les parlementaires.

Avocat de formation, Céant est une personne affable  mais il est largement perçu par le peuple haïtien comme un “voleur de terres” (volè tè) et il est vilipendé pour son comportement en tant que notaire, titre qui en Haïti tient à la fois du métier de comptable et d’avocat. qui protège les titres des terres de leurs clients. Presque tous les notaires sont accusés, à tort ou à raison, de s’enfuir avec des titres fonciers, souvent après la mort de leurs clients.

Mais Céant est également considéré comme un traître. Dans les années 1990 et 2000, Céant était le notaire de l’ancien président Jean-Bertrand Aristide. Il l’a aidé à acheter et à légaliser des terres dans la banlieue de Port-au-Prince à Tabarre pour sa résidence et la Fondation Aristide pour la démocratie et son université (UNIFA).

Mais lors de l’exil d’Aristide en 2004-2011 en Afrique du Sud, les choses se sont dégradées entre les deux hommes et Céant s’est présenté sans succès sous la bannière de Renmen Ayiti lors de l’élection de 2010.

Dans un câble confidentiel US du 10 novembre 2009 fourni par Wikileaks à Haïti Liberté, l’ambassadeur de l’époque, Kenneth Merten (qui dirige désormais le bureau du Département d’Etat traitant d’Haïti), décrivait « les perspectives de Fanmi Lavalas lors des élections de 2010 ». Il a classé Céant sous la rubrique de « Militants de Lavalas dans d’autres partis politiques », tout en  écrivant qu’il était « le notaire et ami personnel d’Aristide ».

De gauche à droite l’ex-Premier Ministre Enex Jean-Charles, Gregory Mayard-Paul, Michel Martelly et Jean-Henry Céant

Merten a également rapporté que « Céant était un des premiers partisans d’Aristide et qu’il aurait aidé Aristide à satisfaire aux exigences en matière de propriété immobilière afin qu’il puisse se porter candidat à la présidence. Le frère de Céant, Harry Céant, était à la tête de CONATEL (l’équivalent d’Haïti de la Federal Communications Commission) sous Aristide. La richesse de Céant (selon les normes haïtiennes), combinée à ses liens avec Aristide, suscite des soupçons quant à ses relations passées ».

Mais lorsque Michel Martelly a remporté une élection controversée en 2011, Céant s’est rapidement tourné vers le camp des néo-duvaliéristes, se pressant devant les caméras lors de la fête à l’occasion de la victoire du président élu qu’il avait tristement dénoncé pendant la campagne.

« Céant est un opportuniste accompli », expliquait Henriot Dorcent, un analyste politique haïtien qui s’exprimait à l’émission hebdomadaire dominical de Radio Panou intitulée Serum Vérité/ Haiti sur les ondes. « Sous la dictature du général Prosper Avril, il a travaillé en étroite collaboration avec l’avocat René Julien, qui était le mentor de Céant et le cousin d’Avril. Mais quand le vent politique a changé, il a rejoint Aristide et les Lavalas, agissant comme notaire d’Aristide et obtenant des emplois pour sa femme en tant que secrétaire privée d’Aristide et son frère à CONATEL. Ensuite, il a sauté dans le train de Martelly, où il a dirigé le projet de  déloger les gens de leurs maisons du centre-ville de Port-au-Prince après le séisme sans les indemniser. Lorsque Jovenel est arrivé au pouvoir, le groupe anti-corruption d’Haïti, UCREF, a publié un rapport cinglant détaillant les blanchiments d’argent de Jovenel dans le cadre de son entreprise, Agritrans. Qui a été le premier à voler à la défense de Jovenel, affirmant que le rapport était une fabrication? Jean-Henry Céant! » 

Le couple Céant à la fête d’investiture de Michel Martelly

Pour couronner le tout, lorsque l’ancien chef paramilitaire Guy Philippe a été arrêté par la police haïtienne et remis à la Drug Enforcement Agency (DEA) juste avant l’investiture de Jovenel Moïse, Céant a exhorté Jovenel à faire tout son possible pour défendre Philippe et gagner sa libération. Guy Philippe avait joué un rôle de premier plan dans le deuxième coup d’État contre Aristide en février 2004.

Jean-Henry Céant est né le 27 septembre 1956 à Croix-des-Missions, qui fait partie de Tabarre, et lors de la présidentielle de 2015-2016, comme candidat de Renmen Ayiti, il a eu la troisième campagne la mieux financée – avec les plus grands panneaux publicitaires et la plupart des tracts – après Jovenel Moïse et Jude Céléstin, le candidat du parti de l’ancien président René Préval. Néanmoins, il s’est classé cinquième avec seulement 0,75% des voix.

Farah Juste, la reine en titre de la chanson haïtienne engagée et militante de longue date du parti  Famille Lavalas, avait ainsi résumé les perspectives de Céant: “il meurt dans le film”, un slogan créole signifiant que le sort est jeté pour quelqu’un.

 Pour trois raisons“, a-t-elle poursuivi. “Premièrement, les gens le méprisent pour la façon avec laquelle il a réussi à les arracher de leurs maisons dans le centre-ville de Port-au-Prince sous Martelly et [son Premier ministre Laurent]Lamothe. Deuxièmement, l’opposition ne l’aime pas et ne lui fait pas confiance. Et troisièmement, Jovenel ne le laisserait jamais diriger les choses, de la même façon que Jovenel contrôlait Lafontant.

Cependant, Moïse a été grièvement blessé politiquement par le soulèvement de juillet. Historiquement, les premiers candidats présentés par le président sont éliminés au cours du processus de confirmation. En fait, Juste se demande si Céant n’est pas simplement de la «chair à canon». « Mes sources me disent que Céant n’est pas vraiment l’homme que veut Jovenel », a-t-elle conclu. “La vraie personne qu’il veut viendra après Céant.”

Interrogé sur qui est cette personne, elle a répondu: “Je ne sais vraiment pas.”

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY