Haïti s’est «exclue» du programme PetroCaribe qui sera relancé en 2020

0
2290
Le nouvel accord PetroCaribe ne sera pas étendu aux pays qui sont «en guerre» avec le Vénézuela, a annoncé Maduro. L’un de ces pays est Haïti sous la direction de Jovenel Moïse.

(English version)

Le samedi 14 décembre, le président vénézuélien Nicolas Maduro a annoncé que son pays relancerait au premier semestre 2020 le programme PetroCaribe, qui, de 2005 à 2018, a fourni du pétrole brut vénézuélien bon marché à 17 pays des Caraïbes et d’Amérique centrale, y compris Haïti, avec un généreux plan de paiement à long terme.

En raison des sanctions économiques et bancaires des États-Unis contre le Vénézuela, une tentative de coup d’État parrainée par Washington s’est intensifiée en 2017, et la surabondance de pétrole sur le marché mondial résultant de la fracturation écologiquement destructrice aux États-Unis, le flux de pétrole PetroCaribe a été suspendu en 2018 vers ses pays bénéficiaires, à l’exception de Cuba.

Cependant, le nouvel accord PetroCaribe ne sera pas étendu aux pays qui sont «en guerre» avec le Vénézuela, a annoncé Maduro. Un de ces pays est Haïti sous la direction du Président Jovenel Moïse.

Le président vénézuélien Nicolas Maduro s’exprimant le 14 décembre lors du 17e sommet de l’ALBA.

Maduro a fait cette déclaration dans un discours lors du 17e sommet de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique (ALBA), qui s’est tenu cette année à La Havane, Cuba, et à laquelle ont assisté d’autres chefs d’État, dont le président cubain Miguel Diaz-Canel, le président nicaraguayen Daniel Ortega et le premier ministre de Saint-Vincent-et-les Grenadines, Ralph Gonsalves.

« Haïti ne nous reconnaît pas, nous n’avons donc pas exclu Haïti », a déclaré une source gouvernementale vénézuélienne de haut rang. « Haïti s’est exclue elle-même ».

Au cours de 2019, le gouvernement de Moïse a été à l’avant-garde de l’attaque diplomatique contre le gouvernement élu du Vénézuela. Le 10 janvier, Haïti a retourné un vote à l’Organisation des États américains (OEA), se joignant à Washington, au Canada et à 16 autres États membres de l’OEA pour dire qu’il «ne reconnaissait pas la légitimité du nouveau mandat de Nicolas Maduro». Le président vénézuélien avait été élu avec 68% des voix lors d’une élection observée en mai 2018 à l’échelle internationale. En 2017, Haïti a soutenu le Vénézuela, et en 2018, elle s’est abstenue, dans des votes similaires de l’OEA visant le gouvernement de Maduro.

«Haïti s’est exclue elle-même» a déclaré une source gouvernementale vénézuélienne de haut rang.

Le 27 juin, Haïti a de nouveau voté avec Washington à l’OEA, cette fois pour reconnaître l’homme de paille de l’opposition, Juan Guaidó, comme président du Vénézuela. Haïti a également voté pour reconnaître l’ambassadeur de Guaido auprès de l’OEA le 9 avril.

Mais Haïti a intensifié son hostilité contre le Vénézuela le 11 septembre en se joignant à Washington et à neuf autres de ses alliés d’Amérique latine et des Caraïbes en qualifiant le Vénézuela de «menace claire pour la paix et la sécurité» dans l’hémisphère, en vertu du Traité interaméricain d’assistance mutuelle (connu sous le nom de TIAR ou «Traité de Rio»). Traité (à l’état dormant qui remonte à 1947, avant la formation de l’OEA. C’était la première réunion du TIAR depuis 18 ans.

Le TIAR est une sorte d’OTAN latino-américaine, formée pour couvrir l’agression étatsunienne dans l’hémisphère. L’article 6 du traité fournit la justification, en déclarant que si un «fait ou une situation pouvait mettre en danger la paix de l’Amérique», les 16 membres prendraient des mesures «pour la défense commune et pour le maintien de la paix et de la sécurité du continent».

De gauche à droite, les présidents nicaraguayen Daniel Ortega, cubain Miguel Diaz-Canel et vénézuélien Nicolas Maduro. Était également présent le premier ministre de Saint-Vincent-et-les Grenadines, Ralph Gonsalves.

Le voyant comme une organisation fantoche ne servant qu’à approuver l’intervention étatsunienne (qui plane actuellement sur le Vénézuela), la plupart des gouvernements progressistes d’Amérique latine – Cuba, Bolivie, Équateur, Nicaragua, Mexique, Uruguay et Vénézuela – ont quitté le TIAR au cours de la dernière décennie. Le pseudo-gouvernement de Juan Guaido, appuyé par l’Assemblée nationale du Vénézuela, l’a rejoint cette année, provoquant le vote du 11 septembre et devenant membre du TIAR 17, si l’on compte la présence croupion vénézuélienne.

Les 10 autres membres de TIAR qui ont voté avec Haïti étaient l’Argentine, le Brésil, le Chili, la Colombie, El Salvador, le Guatemala, le Honduras, le Paraguay, la République dominicaine et les États-Unis.

Le 3 décembre, Haïti, ainsi que 12 autres membres de TIAR, ont interdit au président Maduro et à 29 autres représentants du gouvernement vénézuélien et à leurs familles de voyager à l’intérieur de ses frontières. Maduro a qualifié l’assemblée de TIAR de «réunion de marionnettes, de clowns».

La plupart des Haïtiens sont dégoûtés de la position perfide du gouvernement de Jovenel Moïse contre le Vénézuela.

«Je rejette la tentative impérialiste et les tentatives de ces alliés nord-américains de venir s’immiscer dans les affaires internes du Vénézuela», a déclaré Diosdado Cabello, l’un des officiels sanctionnés en tant que vice-président du Parti socialiste au pouvoir au Vénézuela et membre de l’Assemblée nationale. “Le Vénézuela exige le respect.”

Le renouvellement du programme PetroCaribe intervient après que la Russie ait aidé le Vénézuela avec des capitaux et des techniciens dans la rénovation de ses installations pétrolières, augmentant la production de pétrole. “La relance de PetroCaribe est également une réponse au coup d’État soutenu par les États-Unis en Bolivie”, a expliqué William Camacaro, chef du Cercle bolivarien vénézuélien à New York. «Ayant perdu un ami proche avec le renversement d’Evo Morales, le gouvernement vénézuélien considère qu’il est très important de soutenir ses alliés des Caraïbes et d’Amérique centrale, en particulier lorsque Washington essaie d’isoler et d’attaquer le Vénézuela par le biais d’organismes tels que l’OEA, le TIAR et le Lima Group », ce dernier étant un groupe de 14 membres d’Amérique latine et des Caraïbes qui suivent l’exemple de Washington contre le Vénézuela.

Comme en Bolivie, Washington a tenté un coup d’État le mois dernier dans l’un des principaux alliés des Caraïbes au Vénézuela, la Dominique. “Le Premier ministre de la Dominique a mis en garde aujourd’hui contre une tentative de coup d’État de la part de [l’OEA] en représailles contre l’opposition de la nation à la politique étatsunienne sur le Vénézuela”, a rapporté le 28 novembre le Morning Star basé à Londres. “Le premier ministre Roosevelt Skerrit a accusé le chef de l’OEA, Luis Almagro, de “mener une campagne” d’incitation contre son parti au pouvoir, le Parti travailliste dominicain [DLP], avertissant que certains États membres étaient pris pour cible. Il a insisté sur le fait que l’OEA était en “croisade” pour “délégitimer son gouvernement” comme punition pour avoir systématiquement voté contre l’ingérence dans la région, en particulier sur les résolutions de l’organisation contre le Vénézuela. ”

Le coup d’État en Dominique n’a jusqu’à présent pas abouti. Skerrit a remporté, le 6 décembre, un cinquième mandat consécutif sans précédent, le DLP remportant 18 des 21 sièges du Parlement. Il a prêté serment pour son nouveau mandat de premier ministre le mardi 17 décembre. La Dominique était un bénéficiaire de carburant PetroCaribe.

La plupart des Haïtiens sont dégoûtés de la position perfide du gouvernement de Jovenel Moïse contre le Vénézuela. Les masses haïtiennes reconnaissent et apprécient la solidarité exemplaire du Vénézuela.

Moise Jean-Charles et Nicolas Maduro à Caracas en novembre 2019.

En novembre, lors de la cérémonie de clôture du Congrès international des Afro-descendants à Caracas, l’ancien sénateur haïtien Moïse Jean-Charles, chef du parti haïtien Platfòm Pitit Desalin, s’est excusé auprès du président Maduro pour le vote d’Haïti contre le Vénézuela à l’OEA. “Je ne peux pas parler sans m’excuser auprès des Vénézuéliens et du président Maduro”, a déclaré Jean-Charles au milieu d’un vaste rassemblement en plein air et d’applaudissements tonitruants, ce qui a ému Maduro. “Au nom du peuple haïtien, je vous présente mes excuses, Monsieur le Président, pour le vote du gouvernement haïtien contre votre pays à l’OEA. Nous présentons des excuses auprès du monde entier … Pour rien au monde, Haïti ne devrait jamais voter contre le Vénézuela. C’est une question de vie ou de mort. ”

Jean-Charles a également salué la “résistance” de Nicolás Maduro face à l’agression de Washington.

La trahison du Vénézuela par Jovenel Moïse a été l’une des forces motrices de l’insurrection nationale massive appelant à sa démission depuis juillet 2018, lorsque son gouvernement a tenté d’augmenter les prix du carburant après la coupure de PetroCaribe.

De 2008 à 2018, Haïti avait un très bon accord avec PetroCaribe. Il recevait presque tout son pétrole – quelque 20.000 barils par jour – du Vénézuela et le vendait par le biais d’une agence d’État spécialement créée, le Bureau de monétisation des programmes d’aide au développement (BMPAD). Au cours de cette décennie, le Vénézuela a fourni à Haïti environ 4,3 milliards de dollars de pétrole, et Haïti n’a dû payer que 60% d’avance. Les 40% restants sont allés au Fonds PetroCaribe, remboursable après 25 ans à 1% d’intérêt.

Les administrations du gouvernement haïtien ont pour la plupart gaspillé près de 2 milliards de dollars de fonds PetroCaribe, qui étaient censés être utilisés pour des projets visant à aider le peuple haïtien, comme les écoles, les hôpitaux et les infrastructures. Le gouvernement du prédécesseur et mentor de Jovenel Moïse, Michel Martelly, a dépensé environ les trois quarts des fonds, canalisant des millions de dollars vers les entreprises de Moïse, l’aidant ainsi à devenir président.

En plus d’exiger que Moïse se retire, les manifestants ont un slogan central demandant “Où est l’argent PetroCaribe?” Et veulent un procès de ceux qui l’ont volé.

Depuis 18 mois, les masses haïtiennes sont dans un état de mobilisation quasi permanente pour exiger la démission de Jovenel Moïse. La pression en faveur de son expulsion s’intensifiera probablement si Haïti est exclue de l’alliance relancée de PetroCaribe.

L’année dernière, la Banque de la République d’Haïti (BRH) détenait toujours sur un compte bloqué environ 80 millions de dollars de revenus pétroliers appartenant au Vénézuela. En février, Jovenel a engagé huit mercenaires étrangers pour tenter de voler l’argent et le transférer sur un compte qu’il contrôlait. Le cambriolage a été déjoué lorsque la police haïtienne a capturé sept des mercenaires, mais ils ont été libérés sur l’intervention de l’ambassade étatsunienne et n’ont jamais été poursuivis.

Malgré le revirement d’Haïti, la plupart des pays de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) – les principaux bénéficiaires de l’Alliance PetroCaribe – ont maintenu leur solidarité avec le Vénézuela. «Les chefs de gouvernement ont réaffirmé leurs principes directeurs de non-ingérence et de non-intervention dans les affaires des États, du respect de la souveraineté, du respect de l’État de droit et du respect des droits humains et de la démocratie», a déclaré le 25 janvier une déclaration de la CARICOM en réponse au vote de l’OEA du 10 janvier. Les dirigeants des Caraïbes «ont fait appel aux forces extérieures [soit, les États-Unis et l’OEA] de s’abstenir de faire quoi que ce soit pour déstabiliser la situation et ont souligné la nécessité de prendre du recul …”

Reportage supplémentaire de Joe Emersberger, journaliste indépendant qui écrit pour Telesur et Haiti Analysis.

Article traduit de l’anglais par Alexandra Panaguli

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY