Haïti et la Palestine

Fortes contradictions entre les représentants diplomatiques et la ligne officielle du gouvernement dominicain envers la Palestine et Haïti

1
157
Haïti et Palestine : deux petites nations mais symboliquement immenses

L‘extrémisme de la ligne officielle du gouvernement du PRM, en particulier son agitation anti-haïtienne et son soutien à l’apartheid israélien dans le cadre de sa campagne génocidaire contre le peuple palestinien dans la bande de Gaza, a généré ces derniers mois des contradictions publiques avec les membres libéraux et modérés de son service diplomatique. Le cas le plus récent a été le discours prononcé par Andrés L. Mateo, délégué permanent de la République dominicaine à la 219e session du Conseil exécutif de l’UNESCO, le 18 mars.

Il a déclaré que le « spectacle de l’extermination » dans la bande de Gaza l’avait laissé « terrifié ». « (Nous) sommes accablés par l’impuissance et la mort d’un peuple acculé et massacré sans pitié », a-t-il déclaré. À la fin de l’année dernière, l’ambassadeur dominicain auprès de l’État espagnol, le journaliste Juan Bolívar Díaz, a appelé à l’abandon des politiques qui promeuvent la haine contre Haïti, ce à quoi le ministère des Affaires étrangères a répondu en divulguant une déclaration à la presse ordonnant aux services étrangers de ne pas faire de déclarations aux médias sans autorisation préalable du ministère.

Bien que, dans le cas de Mateo, il ait également déclaré condamner le « terrorisme » en général, sa condamnation de l’extermination du peuple palestinien n’a jamais été la position officielle du gouvernement dominicain, et le discours de Mateo n’est pas revu sur le site Internet du ministère des Affaires étrangères ou la Mission permanente auprès de l’UNESCO.

Andrés L. Mateo, délégué permanent de la République dominicaine à la 219e session du Conseil exécutif de l’UNESCO

La position exprimée sur cette question par le président Abinader et le ministre des Affaires étrangères Roberto Álvarez est très différente. Le 7 octobre 2023, le président dominicain a tweeté : « J’exprime ma ferme condamnation des attaques terroristes du Hamas contre le peuple d’Israël. Cette escalade de la violence empêche les solutions de paix que nous souhaitons tous. Nous espérons que la diplomatie sera préférée à la guerre. «Le gouvernement dominicain condamne les attaques terroristes perpétrées par le Hamas contre Israël, qui ont fait plus d’une centaine de morts et des centaines de blessés. Notre soutien et notre solidarité avec Israël en ces temps difficiles », a déclaré la chancelière.

Dans les mois suivants, alors que le nombre de victimes de la campagne génocidaire israélienne dépassait les 35 000 victimes, pour la plupart des garçons et des filles, le gouvernement dominicain n’a émis aucune condamnation de l’État sioniste. Au contraire, le chancelier a déclaré en novembre qu’il « (comprend) la décision prise par Israël, qui implique la continuité des attaques contre le Hamas, jusqu’à la libération des otages », sans faire référence au fait que les attaques israéliennes se sont concentrées sur la population civile, ni évoquer les milliers d’otages palestiniens qui croupissent dans les prisons sionistes, emprisonnés depuis des années, subissant une torture et une humiliation constantes.

Le journaliste Juan Bolívar Díaz, a appelé à l’abandon des politiques qui promeuvent la haine contre Haïti

Dans des organismes tels que l’ONU et la CELAC, le gouvernement dominicain a voté ou signé des déclarations et des résolutions avec le soutien de la majorité appelant à des pauses humanitaires dans les attaques israéliennes ou appelant à un cessez-le-feu, mais sans condamner les actions israéliennes, devant lesquelles la Cour internationale de Justice a admis une plainte de l’Afrique du Sud, reconnaissant la plausibilité qu’Israël commette des actes génocidaires.

L’État dominicain reconnaît l’État palestinien depuis 2009, mais maintient une alliance stratégique avec l’État sioniste de l’apartheid qui comprend la livraison de la conception de la gestion de l’eau à la société d’État israélienne Mekorot, la formation et les conseils répressifs à la police nationale et l’achat de matériel des armes israéliennes qui remontent aux dictatures de Trujillo et Balaguer. En 2023, le gouvernement d’Abinader a consacré la Foire internationale du livre de Saint-Domingue au régime sioniste de l’apartheid, déclenchant une large condamnation nationale et internationale.

La position exprimée sur cette question par le président Abinader et le ministre des Affaires étrangères Roberto Álvarez est très différente.

Dissidence contre l’anti-haïtianisme officiel

Depuis 2021, le gouvernement dominicain met en œuvre une politique d’expulsions massives contre la communauté ouvrière haïtienne résidant dans le pays, avec des centaines de milliers d’expulsions, notamment des femmes enceintes, des enfants séparés de leur famille et des Dominicains d’origine haïtienne. Les discours qui présentent les immigrés haïtiens comme une menace pour la sécurité et la souveraineté dominicaines, ou comme un fardeau économique, sont caractéristiques du gouvernement de droite du PRM. En septembre, le gouvernement a commencé à mettre en œuvre une série de mesures agressives, telles que la fermeture de la frontière et la mobilisation de troupes, pour tenter, sans succès, d’empêcher la construction d’un canal d’irrigation haïtien dans la rivière binationale Dajabón, également connue sous le nom de rivière Massacre. . . Dans sa défense de cette politique, le ministère des Affaires étrangères a atteint un déni historique et un révisionisme extrêmes. Lors d’une comparution devant le Sénat en octobre 2023, le chancelier a déclaré que dans la ville coloniale de Saint-Domingue « il n’y avait pas d’esclavage » et que les origines du peuple dominicain sont « totalement différentes » de celles des autres pays des Caraïbes et que dans le pays il n’y aurait pas de racisme ni de politiques racistes.

Les drapeaux haïtiens et Palestiniens

L’ambassadeur dominicain auprès de l’État espagnol, Juan Bolívar Díaz, s’est opposé à cette orientation officielle, publiant un mois plus tard des déclarations dans lesquelles il assurait maintenir les mêmes positions qu’avant d’entrer au gouvernement. «Je continue de soutenir les positions que j’ai toujours soutenues, je ne vais pas décliner dans ma prédication selon laquelle les Dominicains et les Haïtiens doivent se comprendre, que nous devons utiliser un langage plus constructif, moins dramatique, chercher et promouvoir des solutions dans Haïti parce que nous ne le faisons pas. Nous allons nous passer d’Haïti. « Haïti va continuer dans cette voie et nous ne pouvons pas suivre des politiques qui promeuvent la haine et la confrontation. »

Bolívar Díaz a reconnu que la relation commerciale bilatérale est largement bénéfique pour la République Dominicaine et que les travailleurs haïtiens apportent une contribution fondamentale aux secteurs de l’agriculture et de la construction et sont un pilier de la croissance économique, c’est pourquoi les discours de haine et la stigmatisation « Nous devons faire un effort pour la modérer » et empêcher d’atteindre des niveaux de confrontation tels que ceux entre l’État d’Israël et le peuple palestinien.

Ces déclarations modérées ont généré une controverse publique intense et virulente, avec des attaques de la part de ceux qui défendent la ligne officielle du gouvernement. Les députés du PRM ont attaqué l’ambassadeur. L’une d’elles, Soraya Suárez, a affirmé que Bolívar Díaz « devrait être ambassadeur d’Haïti et non de la République Dominicaine, pour aimer les Haïtiens plus que les Dominicains », tandis que la représentante Kenia Bidó a critiqué Bolívar Díaz avec des arguments diamétralement opposés à ceux de Suárez, affirmant que le gouvernement défendait en fait « le meilleur intérêt des Haïtiens ». Bien que datées du 26 octobre, c’est immédiatement après les déclarations de Bolívar Díaz que les instructions du ministère des Affaires étrangères aux chefs des missions diplomatiques et consulaires ont été rendues publiques de consulter « leur vice-ministère en charge » et d’attendre une réponse avant de faire des déclarations à la presse. , notifiant également la Direction de la Communication « pour conseils, suivi, contrôle et retour d’information ».

Ce que démontrent les deux cas, celui d’Andrés L. Mateo et de Juan Bolívar Díaz, c’est la tension entre la ligne officielle extrémiste de soutien au génocide palestinien et à la persécution raciale et l’anti-haïtien exacerbé, et un secteur de l’intellectualité libérale qui, malgré ses différences, a été coopté par le gouvernement du PRM et n’a pas atteint le point de rupture, comme cela s’est produit dans le gouvernement d’Hipólito Mejía, prédécesseur de l’actuel gouvernement Perremeísta, lorsque le chancelier de l’époque, Hugo Tolentino, a démissionné pour protester contre le soutien de Mejía à l’ invasion étasunienne de l’Irak.

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine
21 mars 2024

HTML tutorial

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here