Haïti: 217 ans d’indépendance, et la libertaire soupe de giraumont

0
412
Ils lui ont fait payer ce mauvais exemple. Personne n'a aidé la république noire; ils l'ont tous boycotté ... comme si la leçon aux esclaves pour avoir osé se libérer se prolongeait ».

Depuis la déclaration d’indépendance, le 1er janvier 1804, le peuple haïtien prépare et consomme sa soupe de potiron « Joumou » avec une joie historique. Il danse, chante et montre également la cadence du Kompa. Les raisons sont multiples et puissantes.

 « Joumou » Giraumont ou soupe à la citrouille (également connue sous le nom d’Auyama) était interdite aux esclaves jusqu’au jour où le chef révolutionnaire Jean-Jacques Dessalines a déclaré l’indépendance d’Haïti vis-à-vis de ses colonisateurs français. Le même jour, le 1er janvier, ils ont joyeusement préparé et bu leur soupe « Joumou », gratuitement. Ce jour marque 217 ans et à partir de cette date où que se trouve une Haïtienne, une femme haïtienne cherchera un moyen de préparer et d’apprécier sa soupe « Joumou » comme une réaffirmation de sa liberté, comme une manifestation culturelle et comme un symbole de son combat héroïque, un exemple pour les autres peuples qui ont avancé dans leurs processus d’indépendance.

Gonaïves, 1804

L’historien et chercheur cubain Sergio Guerra Vilaboy écrivit à propos de cet exploit: «Le 1er janvier 1804, devant une foule imposante rassemblée aux Gonaïves, le général Jean Jacques Dessalines (1758-1806), ancien esclave qui se révolta à Colonie française de Saint Domingue, proclamée République d’Haïti, sauvant le nom donné par les Arawaks à la région montagneuse occidentale d’Hispaniola. 

Dessalines avait combattu pour sa liberté aux côtés de Toussaint Louverture, dont il fut plus tard lieutenant, et qu’il accompagna dans les troupes auxiliaires au service de l’Espagne et, depuis 1794, en tant que général de la République française, après l’abolition de l’esclavage par Paris. Avec ce grade, il excellait à expulser les occupants espagnols et anglais de l’île. En janvier 1802, lorsque Saint Domingue est envahi par l’armée du général Victor E. Leclerc, envoyée par Napoléon pour rétablir l’esclavage et l’ancien ordre colonial, Dessalines se bat durement contre les envahisseurs. À la suite de l’entente entre Leclerc et Louverture, en mai de cette année-là, Dessalines abandonna la lutte contre les Français et après l’exil forcé de son patron, il devint le principal chef des anciens esclaves.

Les communautés marginalisées par les «élites créoles», même par leurs secteurs mulâtres, étaient enracinées dans la conception que le «blanc» était une forme d’attribution à une culture,

Fin octobre 1802, Dessalines lève ses troupes et organise ce qu’on appelle l’Armée Indigène, un nom qui lie la guerre contre les Français à la résistance aborigène à la conquête. Allié aux chefs mulâtres qui avaient été ses ennemis, également en rébellion contre les hôtes de Napoléon, qui appliquaient une répression aveugle, il réussit à organiser un large mouvement de libération. Au Congrès d’Arcahaie, réuni à la mi-mai 1803, le siège de Dessalines fut confirmé et le drapeau tricolore de la Révolution française fut adopté comme drapeau haïtien, dépouillé de la couleur blanche, et avec la devise Liberté ou La Mort.

L’offensive menée par Dessalines a acculé les troupes européennes, déjà décimées par les défaites et la fièvre jaune, au Cap François et à Mole Saint Nicolas, qui se sont rendues après la bataille de Vertières, le 18 novembre de la même année. En conséquence, les restes de l’armée napoléonienne se sont retirés dans l’ancienne partie espagnole de l’île, sous souveraineté française depuis le traité de Bâle (1795), tandis que la première nation indépendante d’Amérique latine et la seule sur la planète sans esclavage était en train de s’établir. (Dessalines, Libérateur d’Haïti. Fracto Report, décembre 2020)

Paradoxalement, l’histoire parle abondamment des processus d’indépendance en Amérique latine et semble cacher Haïti, une nation qui a sauvé même son nom d’origine.

Pourquoi n’a-t-on pas appris depuis si longtemps à connaître Haïti et à l’aimer?

L’exemple

Ils ont toujours décrit Haïti comme la nation la plus pauvre du continent, sur la base de son temps présent et plus récent, après le tremblement de terre de 2010, et non sur ce qu’elle aurait dû être si nous sommes guidés par sa surprenante histoire de libération. La richesse matérielle, les ressources d’Haïti, il faut le noter, ont été pillées par la France, l’Espagne et les États-Unis.

Cela donnerait l’impression paradoxale qu’en raison de sa lutte tenace et victorieuse, Haïti a été jeté dans l’oubli par la majorité des historiens affiliés à la colonisation d’hier et d’aujourd’hui.

Comme le dit Ignacio Ramonet: «Ils lui ont fait payer ce mauvais exemple. Personne n’a aidé la république noire; ils l’ont tous boycotté … comme si la leçon aux esclaves pour avoir osé se libérer se prolongeait ».

Luis Vitale, historien né en Argentine, nationalisé chilien et décédé en 2010, avait déclaré que : «Les répercussions de la révolution haïtienne ont été si profondes que plusieurs précurseurs de l’indépendance latino-américaine se sont rendus sur l’île pour voir sur le terrain comment il était possible pour un si petit pays de gagner les meilleures troupes de Napoléon et établir la première nation indépendante d’Amérique latine, qui deviendrait le premier pays noir non monarchique au monde, et pour la première fois les esclaves ont réalisé un triomphe définitif dans l’histoire universelle, surmontant l’exploit de Spartacus contre l’Empire romain. Ce phénomène, si évident pour ses contemporains, fut plus tard relégué dans l’oubli par les historiens. Il est bien connu de tous que les Histoires des Amériques – soutenues par les Académies nationales – ouvrent le chapitre de l’Indépendance avec les révolutions de 1810, omettant volontairement Haïti». (1)

Pour cette raison, au-delà de leurs noms, on sait peu de choses sur Toussaint L’Ouverture (mort en France, emprisonné, incapable de voir le fruit de sa lutte), Jean Jacques Dessalines (qui a proclamé l’indépendance), et Alexandre Pétion, (la Solidarité haïtienne qui a tant aidé Miranda et Bolívar).

Pedro San Miguel, historien et enseignant de Porto Rico donne un autre indice: «Du point de vue des secteurs hégémoniques, la rébellion des esclaves – c’est-à-dire des êtres humains soumis à un système impitoyable d’exploitation économique – a été conceptualisée comme une insurrection des Noirs contre les Blancs, ce que c’était, bien sûr, mais ce n’était pas que ça.  « Un nègre est un nègre, seulement dans certaines circonstances historiques, il existe en tant qu’esclave », a écrit Marx. Pour les élites caribéennes, il s’agissait de subtilités philosophiques difficiles à discerner.

Pour eux, un homme noir était un esclave; Et si ce n’était pas le cas, ça devrait l’être. Mais en plus, un nègre était par définition un sauvage, un barbare. Être noir n’était pas seulement le contraire d’être blanc; c’était aussi le contraire d’être civilisé. Les communautés marginalisées par les «élites créoles», même par leurs secteurs mulâtres, étaient enracinées dans la conception que le «blanc» était une forme d’attribution à une culture, l ‘«occidentale», qui était la civilisation par excellence. Tout ce qui s’éloignait de cet idéal représentait l’extinction de la culture ».

217 ans plus tard

217 ans se sont écoulés et la bataille du peuple haïtien irréductible se poursuit. Cette bataille a été rude, très dure dans leur situation politique, sociale et économique. Même sur le plan culturel, on a tenté de rendre invisible une nation qui a contribué de son mieux aux causes et aux cultures d’autres peuples des Caraïbes et d’Amérique latine.

Combien de fois, quand on parle de littérature, d’art et de musique, est-ce qu’Haïti est nommé?

Combien en avez-vous écouté à la radio et vu à la télévision privée?

La culture d’Haïti est donc riche, inclusive et diversifiée.

Que nous disent les noms de la grande chanteuse Martha Jean Claude, de l’écrivain et activiste Jacques Roumain, du sociologue Gérard Pierre-Charles et du poète René Depestre? Ils sont un exemple de vie culturelle à eux, avec des bases ancestrales que l’Haïtien ne nie jamais, qu’il n’oublie pas, tout comme il ne faut pas oublier qu’Haïti était un véritable point de rencontre des peuples, de ses aborigènes aux colonisateurs français et espagnols sans ignorer un fait non mineur: l’extraordinaire mélange africain, aux origines diverses, qui arriva au vieux Saint Domingue lorsque commença le brutal commerce des noirs comme esclaves. La culture d’Haïti est donc riche, inclusive et diversifiée.

La comédie musicale

Dans la célébration du Jour de l’Indépendance, comme dans toute l’année, les tambours résonnent en Haïti, et ils résonneront là où il y a un Haïtien ou un Haïtien. C’est que dans le pays des Caraïbes l’art est préservé (avec ses secrets) pour construire les tambours associés à leurs ancêtres et à leurs religions

L’influence noir-africaine est décisive et se maintient malgré ce que signifiait l’influence française et européenne en général et aussi malgré les processus relativement récents de pénétration culturelle avancés par les puissances occidentales, en particulier les États-Unis. La musique reste encore les représentations religieuses et le culte vaudou, mais Haïti n’est pas étrangère à la musique de l’académie, à la fois d’Europe et d’Haïtiens qui y ont été formés.

D’un autre côté, Haïti a influencé les événements musicaux et culturels dans d’autres pays, Cuba en étant un bon exemple.

Dans le cas cubain, il y a l’influence d’Haïti dans la musique générée à Guantánamo, en particulier le Changüí, et aussi dans le tombeau français, élevé à Cuba au patrimoine culturel immatériel de l’humanité.

Pour le chercheur américain, Benjamín Lapidus La Tumba Francesa (tambour français) est un produit du processus de transculturation dans l’Est cubain. «Cela a commencé en 1791, lorsque, en raison de la révolution haïtienne, les propriétaires fonciers ont fui vers Cuba. Entre 1795 et 1805, plus de 30 000 personnes d’Hispaniola se sont installées à l’Est. Environ 20 000 étaient noirs, dont beaucoup étaient des esclaves domestiques et des ouvriers agricoles. En peu de temps, les agriculteurs ont créé une industrie du café d’excellente qualité dans leur nouveau pays.

Les créoles français et afro-haïtiens ont créé une communauté dynamique à Cuba. Peu de temps après l’arrivée des créoles, et tout au long du XIXe siècle, les Noirs libres et les mulâtres ont trouvé un nouveau foyer. Bien que les maires françaises aient la réputation d’être particulièrement sévères, les esclaves ont exprimé leur culture. Parmi ces expressions, la langue Kreyol et le vaudou ont été maintenues en vie. Le tombeau français, le cocoyé et le tajona sont trois des principaux genres nés à cette époque ». (Benjamín Lapidus. «Ce bongo qui t’appelle». Héritage latin)

Quant à la République dominicaine, les deux pays cultivent la merengue avec leurs propres formes et styles.

Ville très dansante, elle propose diverses danses telles que le Gagá (avec beaucoup de pirouette, presque acrobatique), le maraguán et diverses danses religieuses.

Plus récemment, l’Haïtien possède également le Konpa, ou Kompa (boussole) lié à la meringue haïtienne et associé à des éléments musicaux des îles voisines, les Grandes et Petites Antilles. Fort et un peu plus lent que le merengue, le Kompa a atteint une grande diffusion, une grande acceptation et devient progressivement une autre lettre de l’identité irréductible d’être haïtien, faisant vibrer et danser tout le monde.

le premier pays noir non monarchique du monde, et sur le territoire où les esclaves ont succédé pour la première fois un triomphe définitif,

Avec le grand contingent d’Haïtiens qui ont quitté leur terre pour d’autres latitudes, la culture d’Haïti, son histoire, la splendeur de sa musique, les couleurs de son art et la saveur de sa gastronomie s’est élargie. Le monde comprend de mieux en mieux l’histoire d’un pays qui a dû payer cher pour devenir la première nation indépendante d’Amérique latine, le premier pays noir non monarchique du monde, et sur le territoire où les esclaves ont succédé pour la première fois un triomphe définitif dans l’histoire du monde, le 1er janvier est le jour de leur indépendance. Le 2 janvier est le jour des ancêtres. Haïti n’oublie pas.

Haïti, le précurseur, combat et résiste. Il y a des célébrations d’espoir au milieu de la vie quotidienne difficile. 217 ans plus tard, il y a encore la soupe joumou.

Notes

(Haïti: Première nation indépendante d’Amérique latine. Luis Vitale. Source: Todo es Historia Magazine, n ° 245. Buenos Aires, novembre 1987).

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY