Grève illimitée des greffiers!

1
494
La grève des greffiers continue sans arrêt dans les 18 juridictions du pays.

Le torchon brûle une fois de plus entre les greffiers et leur Ministère de tutelle. En effet, juste après, une lettre a été adressée le 6 Mars 2023 dernier au Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique (MJSP), Emmelie Prophète Milcé, par le président de l’Association nationale des greffiers haïtiens (ANAGH) Me Martin Ainé, pour l’informer de la décision des greffiers d’observer un arrêt de travail le lendemain 7. Depuis lors, la grève des greffiers continue sans arrêt dans les 18 juridictions du pays.

Me Martin Ainé président de l’Association nationale des greffiers haïtiens (ANAGH)

Le motif déclaré de cette grève reste, entre autres de bonnes conditions de travail et d’exiger la pleine et entière application de l’accord signé, le 3 novembre 2017 et de celui du 23 mai 2019, entre le Syndicat de l’ANAGH, l’association des greffiers haïtiens et le Ministère de la Justice et de la Sécurité publique. Lequel accord qui avait prévu : l’adoption du statut des greffiers, la fin des discriminations et des injustices subies par ces professionnels, l’octroi d’une carte de débit à chaque greffier, la nomination des greffiers en chef dans les tribunaux de paix et l’augmentation graduelle de leur salaire.

Il nous faut signaler que les magistrats debout avaient observé un arrêt de travail depuis le début du mois de mars 2023. Dans une note rendue publique, le président du Collectif des magistrats debout d’Haïti (COMADH) Me Fatilnor Patrick Douyon avait indiqué que  « les magistrats assis et les magistrats debout ne jouissent pas des mêmes privilèges. Nous voulons être traités comme les magistrats assis »

Une semaine après le lancement du mot d’ordre de grève générale, le gouvernement du Premier ministre de facto Ariel  Henry et sa ministre de la Justice se jettent dans un silence de cimetière et n’ont rien dit sur la crise voire tenter de répondre aux revendications des greffiers et des commis parquets de la République. Selon les dénonciations de Me Matin Ainé, les greffiers sont arrivés à un point de non-retour tenant compte des maintes tentatives effectuées afin de rencontrer l’actuelle ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Emmelie Prophète Milcé. Nous avons envoyé plusieurs correspondances à la ministre, jusqu’à date aucune décision n’a été prise ». Une attitude de mépris du gouvernement, aucun dialogue n’est en cours ; voilà pourquoi l’Association nationale des greffiers haïtiens (ANAGH) renouvelle que la grève continue « jusqu’à ce que des avancées réelles soient constatées entre les instances concernées ».

L’actuelle ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Emmelie Prophète Milcé.

Par ailleurs, il faut souligner que ce n’est pas la première tentative des greffiers pour exiger le respect du protocole d’accord. Depuis l’année 2018, ils poursuivent des mouvements de la sorte contre le Ministère de la Justice et de la sécurité publique. L’année dernière 2022, ils étaient également entrés en grève, une grève qui a été levée suite à une quelconque entente avec les autorités responsables et qui malheureusement n’a jamais été honorée.

Les promesses non tenues des autorités du Ministère de la justice et de la sécurité publique ne font que renforcer les aspirations des travailleurs de la justice dans leur combat tout en rappelant que leurs revendications sont justes et fondées. Et c’est pour cette raison qu’ils comptent maintenir  jusqu’à pleine et entière satisfaction des revendications des Greffiers et Commis parquets de la République.

Haïti Liberté estime que la grève du syndicat des greffiers est légitime et les soutient dans leurs luttes contre le gouvernement.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here