Godson Orélus: Pion de Latortue, Lambert, et Sophia?

0
1042
« Godson Orélus jouit du support du secteur du trafic de la drogue, des gens comme la famille Saint-Rémy [la Première Dame d'Haïti Sophia Martelly], et d'anciens sénateurs comme Youri Latortue et Joseph Lambert, qui sont maintenant proches conseillers de Martelly », a déclaré notre ancien responsable de la police hautement placé.

Lors d’un vote le 30 août, le sénat haïtien a approuvé la nomination de Godson Orélus comme nouveau Directeur Général de la Police Nationale d’Haïti (PNH). Il est maintenant à la tête de la seule force publique armée en Haïti composée de presque 11.000 agents.

Le vote n’était pas tout à fait une surprise. Déjà, le Sénateur Francky Exius, président de la commission de justice et de sécurité chargé d’étudier les 19 documents qu’Orélus a soumis pour confirmation, déclarait à AlterPresse que l’ancien chef de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) est « moralement bien présenté » et qu’il « aura la bénédiction du sénat ».

« Ce n’est pas un dossier qu’on peut laisser traîner » a affirmé Exius, prévoyant que le sénat pourrait « aller très vite ».


Après le putsch de 2004, Orélus avait été nommé directeur de la police du département du Sud par le chef de la PNH d’alors, Léon Charles.

Mais la « bonne… santé morale » affichée par Exius est démentie par des témoignages récoltés d’un ancien fonctionnaire haut placé de la police cités dans un long article sur Haïti Liberté paru il y a deux semaines (Vol. 6, No. 5, du 15 au 21 Août 2012).

« Godson Orélus jouit du support du secteur du trafic de la drogue, des gens comme la famille Saint-Rémy [la Première Dame d’Haïti Sophia Martelly], et d’anciens sénateurs comme Youri Latortue et Joseph Lambert, qui sont maintenant proches conseillers de Martelly », a déclaré notre ancien responsable de la police hautement placé avant le remplacement de Mario Andrésol comme chef de la PNH le 15 août. « Ils mettent beaucoup de pression sur Martelly pour nommer Orélus comme le prochain chef de la police ».

Comme nous l’avons rapporté dans notre édition précédente, après le putsch de 2004, Orélus avait été nommé directeur de la police du département du Sud par le chef de la PNH d’alors, Léon Charles. « Il avait deux missions », a expliqué notre source. « La première consistait à pourchasser, neutraliser, et terroriser tous les militants Lavalas, tous les partisans d’Aristide. La seconde était d’assurer la livraison sans problème de la drogue en provenance de l’Amérique du Sud. Godson a  effectué les deux missions, si bien que les types de la DEA ont demandé au gouvernement de Latortue de transférer Orélus parce qu’ils se rendaient compte qu’il ne contribuait pas à combattre le trafic de drogue dans le département du Sud. Donc Orélus fut transféré pour devenir le directeur de la PNH de l’Artibonite, où il devint l’homme de main du sénateur Youri Latortue [de l’Artibonite] ainsi que de la famille Saint-Rémy originaire des Gonaïves ».

Notre source a indiqué également que « Orélus a payé au sénateur Joseph Lambert une grande quantité d’argent pour qu’il soit son homme au Sénat ». Les mandats des sénateurs Lambert et Latortue ont expiré en mai.

Notre source a indiqué qu’Orélus représente l’aile plus « macoutique » du régime, impliquée dans le trafic de la drogue, représentée par la famille Saint-Rémy, principalement le beau-frère de Martelly, Kiko St. Rémy (ci-dessus).

En fait, Orélus représente l’aile plus « macoutique » du régime, impliquée dans le trafic de la drogue, représentée par la famille Saint-Rémy (principalement le beau-frère de Martelly, Kiko St. Rémy), Youri Latortue, Joseph Lambert, et les frères Mayard-Paul, Thierry et Grégory, aujourd’hui les deux conseillers présidentiels.

Notre ancien fonctionnaire de haut rang de la police a résumé ainsi la lutte entre les secteurs « bourgeois » et « macoute » du régime : « Fondamentalement, nous assistons à une lutte entre le secteur de l’industrie de sous-traitance / télécommunications, dirigé par le premier ministre Laurent Lamothe, en faveur d’Andrésol, et le secteur des drogues, dirigé par Sofia, en faveur d’Orélus ».

Parmi les 18 sénateurs à la session, c’est seulement le sénateur Moïse Jean-Charles qui n’a pas voté en forme de protestation. Les autres 17 ont approuvé Orélus.

« Je lui ai demandé comment il combattrait le réseau de drogues au niveau du Palais National », nous a dit le Sén. Jean-Charles. « Je lui ai demandé comment il ira récupérer la quantité d’armes que Martelly avait distribuées à beaucoup d’anciens militaires à travers le pays. Je lui ai demandé comment il va résoudre le problème d’infiltration de la police par une série de gangsters hors-la-loi proposés par Martelly qu’on a déjà expulsé de la PNH. Mais il n’a pas pu répondre à ces questions » a conclu le sénateur.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY