Dirigé par des batteurs haïtiens, des milliers manifestent à Brooklyn contre la brutalité policière

0
604
Le 7 juin, plus de 2 000 manifestants ont envahi la Grand Army Plaza du centre de Brooklyn. Photo: Kim Ives / Haïti Liberté

Dans l’après-midi du dimanche 7 juin, plus de 2 000 manifestants ont envahi la Grand Army Plaza du centre de Brooklyn pour marquer la 13e journée consécutive de manifestations massives dans tous les coins de New York et aux États-Unis contre la mort le 25 mai de George Floyd. aux mains de quatre policiers de Minneapolis.

La vaste manifestation était pacifique, multiraciale et amorphe, avec des marches dérivées impromptues. Photos: Kim Ives / Haïti Liberté

Parsemée de dizaines de signes et de T-shirts avec écrits à la main “Black Lives Matter” et “No Justice, No Peace”, la vaste manifestation était pacifique, multiraciale et amorphe, avec des marches impromptues de plusieurs centaines défilant autour de la grande place dominée par l’Arche des soldats et des marins (une version miniature de l’Arc de Triomphe de Paris), principalement le long de Flatbush Avenue et de Prospect Park West.

À plusieurs reprises, la foule qui chantait bruyamment a arrêté les automobilistes pendant parfois 10 à 15 minutes avant de les laisser continuer. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

À plusieurs reprises, la foule qui chantait bruyamment a arrêté les automobilistes pendant parfois 10 à 15 minutes avant de les laisser continuer, mais à aucun moment le service de police de New York n’est intervenu. La NYPD a été sévèrement condamnée ces derniers jours pour ses tactiques agressives contre les manifestants et était pratiquement invisible en cet après-midi d’été frais et ensoleillé.

Bien que la multitude chaotique était sans chef, son centre de direction clair était un cercle de batteurs haïtiens et nord-américains.Photo: Kim Ives / Haïti Liberté

Bien que la multitude chaotique était sans leader, son centre dirigeant était un cercle de batteurs haïtiens et nord-américains qui sont la pièce maîtresse du groupe culturel Granchimen (Big Path), lequel, avant la pandémie de Covid-19, jouait tous les dimanches soir à La Difference Auto School au 856 Rogers Avenue (maintenant officiellement rebaptisée boulevard Jean-Jacques Dessalines), juste au sud de l’avenue Church, dans le Little Haïti de Flatbush.

Un simple dépliant diffusé sur Whatsapp et d’autres réseaux sociaux.

“Justice pour George Floyd”, disait un simple dépliant diffusé sur Whatsapp et d’autres réseaux sociaux quelques jours plus tôt. “Le tambour est un symbole de résistance”. Il annonçait que de 15h00 à 17h00 dimanche, il y aurait “beaucoup de tambours haïtiens demandant justice pour notre frère George Floyd et dénonçant le système raciste-impérial qui répand cette même injustice en Haïti. Nous n’en dirons pas plus”.

Des centaines d’Haïtiens portaient le bicolore haïtien comme masques ou foulards. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

Cinq batteurs ont commencé à jouer à l’heure annoncée dans la zone pavée juste à l’ouest de l’entrée nord de Prospect Park, généralement occupée par le marché des agriculteurs de Park Slope le samedi. Bientôt ils ont été rejoints par d’autres tambours et des gens qui sonnaient des cloches et des bâtons de son. Avec les rythmes infectieux qui résonnaient sur la place, très rapidement la foule s’est gonflée à des centaines puis à des milliers de personnes. Mais toutes les quelques minutes, les batteurs s’arrêtaient.

Le maître de cérémonie Sky Menesky (à droite): “Nous sommes heureux de mettre nos corps en danger, nos âmes en jeu, pour rendre justice à George Floyd”, a-t-il déclaré. Photo: Kim Ives /Haïti Liberté

“Nous jouons pendant huit minutes et 46 secondes pour symboliser le temps que notre frère a dû endurer avant de nous quitter”, criait à chaque pause le batteur de Granchimen et le maitre d’école de New York Sky Menesky, qui était de facto le maître de cérémonie de la journée. Utilisant la foule comme un haut-parleur, rendu célèbre lors de la mobilisation d’“Occupy Wall Street” en 2011, Menesky interrompait les batteurs et appelait “Mike check”. La foule criait “Mike check”, puis répétait ses mots.

Nous voulons que tout le monde fasse preuve de courage, et nous le ferons avec bonheur parce que nous aimons ce travail de justice », a poursuivi Menesky. “Nous sommes heureux de le faire. Nous sommes heureux de mettre nos corps en danger, nos âmes en jeu, pour rendre justice à George Floyd et à tout le monde”.

Peu après 16 h 30, les batteurs ont commencé à diriger les manifestants à travers la Plaza et le long de l’avenue Flatbush en direction du Barclay Center sur l’avenue Atlantic. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

Peu après 16 h 30, les batteurs ont commencé à diriger les manifestants à travers la Plaza et le long de l’avenue Flatbush en direction du Barclay Center sur l’avenue Atlantic. Après avoir traversé Sterling Place, les manifestants ont quitté le trottoir et ont repris la voie en direction nord de Flatbush Avenue. Mais Menesky a arrêté toute la procession lorsqu’une femme s’est fracturé la cheville en marchant dans un nid-de-poule.

L’un des Haïtiens qui a aidé à diriger le rassemblement. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

“Une de nos camarades est tombée, nous nous sommes donc arrêtés pour la surveiller, car nous nous déplaçons en tant qu’unité”, a annoncé Menesky, toujours en utilisant la méthode “Mike check”. “Les sœurs ont une trousse de premiers soins; elles prendront soin d’elle et elle veut que nous continuions. Ayibobo!”

Le 7 juin 2020 a été une journée de grande solidarité: les Haïtiens avec les Nord-Américains et les Nord-Américains avec Haïti. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

Alors que les tambours battaient et que les gens dansaient, les manifestants ont continué à descendre Flatbush jusqu’au Barclay Center avant de remonter la colline jusqu’à Grand Army Plaza, où ils ont organisé un rassemblement de clôture vers 18h30.

L’une des bannières à Grand Army Plaza. “Nous voulons que tout le monde garde son énergie non seulement pour aujourd’hui, mais tous les jours”. Photo: Kim Ives/Haiti Liberté

“Nous sommes ici aujourd’hui, en tant que peuple, pour crier justice pour George Floyd, pour dire non au racisme, au racisme systémique, au racisme institutionnel, à la violence policière”, a déclaré Menesky à la foule. Nous voulons que tout le monde garde son énergie non seulement pour aujourd’hui, mais tous les jours, pas seulement ici, mais à la maison, à votre table, des conversations avec votre famille, vos enfants, aujourd’hui, demain, le mois prochain, l’année prochaine, tous les jours”,

Environ cinq heures après le rassemblement, à minuit, le podcast Sky Menesky de la manifestation avait plus de 46 000 vues sur Facebook.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY