Des haïtiens impliqués dans les Pandora Papers

0
639
Membres de la famille Bigio, de gauche à droite, sa fille Laurence, Gilbert, la femme de Gilbert Monique et son fils Reuven.

Pandora Papers : un méga riche du pays le plus pauvre de la région – et son palais de Miami

Lorsque la succession de Jeffrey Epstein a dû vendre des actifs pour indemniser les victimes et couvrir les frais de justice, l’homme d’affaires haïtien à la retraite Gilbert Bigio était l’homme avec l’argent. Il a acheté la berline Mercedes Maybach du financier en disgrâce à Paris pour une somme modique d’environ 132 000 $.

La vente est enterrée à la fin d’un document de 418 pages rendant compte des finances du domaine au troisième trimestre 2020. Rien n’indique comment et pourquoi l’homme considéré comme l’un des plus riches sinon le plus riche d’Haïti a su s’emparer du char d’Epstein pour une bonne affaire. (Les modèles les moins chers d’aujourd’hui commencent à 185 000 $.)

Bigio, 86 ans, est un courtier en pouvoir bien connu dans les cercles politiques haïtiens. Lorsque les Haïtiens parlent des familles qui dirigent le pays, les Bigios reviennent invariablement.

Une nouvelle et massive fuite mondiale de documents secrets sur les sociétés écrans offshore montre à quel point son empire s’étend loin – et comment la riche élite des Caraïbes a masqué pendant des décennies sa fortune et protégé ses actifs par le biais de sociétés écrans offshore qui pointent vers des comptes bancaires suisses.

Surnommée les Pandora Papers, la fuite concerne plus de 11,9 millions de documents provenant de 14 fournisseurs mondiaux de services offshore – des sociétés ou des cabinets d’avocats qui créent des entités offshores, souvent avec des structures de propriété obscures et complexes. Collectivement, les Pandora Papers montrent comment les riches élites du monde entier protègent, cachent même leur fortune.

Il existe des raisons légitimes de rechercher l’anonymat fourni par une société écran. Le secret peut empêcher un vendeur d’augmenter le prix si l’acheteur est une célébrité, faciliter le processus d’une fusion en cours ou permettre à un particulier de minimiser légalement ses obligations fiscales. Mais les entités offshores peuvent également bloquer entièrement les revenus des autorités fiscales, cacher de l’argent volé et masquer les profits des drogues illicites qui peuvent être détournés pour corrompre les représentants du gouvernement et les forces de l’ordre.

Bigio a pris sa retraite en tant que PDG du groupe GB en 2018, et est souvent qualifié de milliardaire, mais vient du pays le plus pauvre de l’hémisphère. C’est une nation déchirée par les tremblements de terre, la corruption, la violence des gangs et l’assassinat horrible du président cet été. Les Pandora Papers montrent que les Bigios, parfois résidents de Miami, ont utilisé des offshores dans plusieurs paradis fiscaux et ont transféré des richesses à Miami et en Suisse.

Qui sont-ils? Avec son fils Reuven, 48 ans, Gilbert Bigio contrôle le groupe GB qu’il a fondé en 1972. La portée du conglomérat s’étend à l’ensemble de l’économie haïtienne, de la fourniture de matériaux de construction et de carburant à l’offre de produits de première nécessité comme l’huile de cuisson et la nourriture. Il s’est également diversifié du côté dominicain d’Hispaniola.

GB Group, qui possède des bureaux dans la ville Tony d’Aventura en Floride, a construit au cours de la dernière décennie le terminal à conteneurs privé de Port Lafito et la zone de libre-échange d’Haïti. Une grande partie de ce qui est acheté, vendu ou consommé en Haïti est susceptible de toucher un coin de l’empire Bigio.

Malgré cette emprise sur l’économie haïtienne, Bigio préfère opérer en coulisses. Il n’est considéré comme un allié d’aucun politicien, parti politique ou diplomate ayant travaillé en Haïti au fil des ans. La famille, sanctionnée par les États-Unis dans les années 1990, refuse majoritairement les entretiens.   « Ce n’était pas un grand nom quand j’étais ambassadeur », se souvient Pamela White, qui a été envoyée des États-Unis en Haïti de 2012 à 2015 et y a occupé un poste junior de 1985 à 1990.

En Floride, les Bigios ont vécu derrière des barrières protectrices dans la zone la plus exclusive, Indian Creek Island. Ils ont bénéficié de la protection des agents de police locaux qui assurent 24 heures sur 24 la porte d’entrée de la communauté insulaire privée.

Les registres de propriété montrent que leur maison est détenue au nom de deux sociétés : Agro Products and Services, enregistrée en Floride, et Porpoise Investments Ltd., une société écran enregistrée sur l’île de Man, une dépendance autonome de la Couronne britannique à faible imposition en la mer d’Irlande.

Gilbert Bigio et son fils Ruben.

L’adresse d’Indian Creek apparaît également sur une société associée au petit-fils de Bigio, Ignacio. La maison de huit chambres et d’une superficie de 8 881 pieds carrés a été construite en 1996 et vendue à l’époque pour 4 550 000 $. C’est près de l’endroit où Ivanka Trump et son mari Jared Kushner auraient construit leur manoir, bien que le couple puissant surnommé « Javanka » n’ait jamais confirmé ou nié l’achat. Crooner Julio Iglesias possède également plusieurs propriétés sur l’île d’élite.

Les Bigios ne sont pas les seuls Haïtiens éminents trouvés dans les Pandora Papers.

Il y a Rudolph Boulos, dont la société pharmaceutique Pharval a été impliquée en 1996 dans une transaction commerciale qui a conduit à l’empoisonnement par inadvertance d’enfants haïtiens avec des médicaments contre la toux, contaminés par un solvant utilisé dans l’antigel. Au moins 30 enfants sont morts. L’ingrédient contaminé est venu de Chine dans des fûts vendus par des fournisseurs européens, et un segment « 60 minutes » en 1999 a mis en lumière le fait que personne n’a été inculpé. Sur sa page LinkedIn, Boulos se décrit comme un conseiller du Sénat haïtien. Il est en fait un ancien sénateur mais a été démis de ses fonctions parce qu’il était également citoyen américain.

Et il y a Roger Jaar, un éminent homme d’affaires basé à Miami qui, comme Bigio et d’autres élites, s’est enrichi à l’époque des dictatures d’Haïti mais a quitté Haïti au début des années 90. Jaar, un important embouteilleur de boissons non alcoolisées, et son frère Raymond ont conjointement des sociétés écrans qui remontent à la fin des années 1980, parmi les dossiers les plus anciens des Pandora Papers.

Ni Rudolph Boulos ni Roger Jaar n’ont renvoyé d’e-mails demandant des commentaires.

La vaste gamme de participations de la famille Bigio et des entreprises trouvées dans les Pandora Papers – liées à de nombreux paradis fiscaux offshore dans les îles Vierges britanniques, aux Bahamas et au Panama et certaines à des comptes bancaires suisses – fait que le clan Bigio, riche mais discret, se démarque. “Je dirais que les structures qu’ils ont créées, la complexité qu’ils ont créée, le choix des lieux, les pays par lesquels ils déplacent l’argent soulèvent toutes sortes de drapeaux rouges et créent d’énormes problèmes pour le pays hôte, dans ce cas, Haïti », a déclaré Gary Kalman, directeur américain de Transparency International, une organisation non gouvernementale anti-corruption, prévenant qu’il ne connaissait pas tous les détails des avoirs offshore de Bigio.

Bigio n’a pas été reconnu coupable, inculpé ou autrement accusé d’un crime. Miami Herald et l’Organized Crime and Corruption Reporting Project ont tenté de joindre les Bigios de fin août à octobre. Ils ont appelé et envoyé des courriels, des télécopies et des lettres demandant une entrevue ou un commentaire. Il n’y a pas eu de réponse.

Pourquoi est-ce important?

Haïti porte le titre ignominieux de pays de l’hémisphère occidental avec les niveaux les plus élevés d’inégalité des revenus. Cela rend encore plus notable la richesse de la famille Bigio, au moins en partie cachée derrière des sociétés écrans offshore. Les barons des affaires d’Haïti, décrits par les diplomates américains dans les années 1990 comme l’élite moralement répugnante – MRE en abrégé – ont construit leur richesse en établissant et en contrôlant des monopoles sur les importations, et ont été accusés de profiter du chaos et du dysfonctionnement en Haïti tout en offrant des investissements limités dans programmes sociaux pour la majorité pauvre. « Le résultat de la fuite des richesses d’Haïti est dévastateur », a déclaré Kalman. Le Fonds monétaire international l’a dit dans son rapport d’avril 2020 sur Haïti, son plus récent. Le FMI a noté que de 2015 à 2020, Haïti a perçu des recettes fiscales équivalant à 13% de la taille de son économie globale, seuls le Panama et le Venezuela en percevant moins. Les États-Unis, en comparaison, étaient en moyenne de 24,5% en 2019.

L’incapacité de collecter des recettes fiscales limite ce qu’Haïti peut dépenser pour lutter contre la pauvreté. Le FMI a établi un lien direct entre les élites et les inégalités de revenus. « Cela est lié à une concentration des ressources entre les mains d’un petit mais puissant groupe d’élites, dont beaucoup ont dominé des secteurs entiers de l’économie haïtienne » depuis l’époque de la dictature, selon le rapport.

C’était une référence aux élites qui, selon le FMI, “ont obtenu des droits de monopole dans des industries clés et des licences d’importation exclusives pour les principaux consommables” par le dictateur Jean-Claude Duvalier, qui a régné de 1971 à 1986.

Pourquoi offshore ?

Une explication possible de l’utilisation de l’offshore par la famille Bigio est peut-être que la fortune familiale a été immobilisée il y a des décennies lorsque le département du Trésor a gelé ses actifs dans les banques américaines en 1991. C’était une réponse générale à un coup d’État militaire brutal qui a brusquement mis fin au premier mandat du Président élu Jean-Bertrand Aristide. Ces sanctions, contre plus de 200 riches Haïtiens qui étaient présumés soutenir le coup d’État, ont été levées par l’administration Clinton en 1994.

Les dossiers du ministère de la Justice sur le lobbying étranger montrent que Bigio a embauché le cabinet d’avocats Powell, Goldstein, Frazer & Murphy et le cabinet de relations publiques APCO en 1992 pour tenter d’inciter l’administration Clinton à résoudre les problèmes liés à son visa américain. Le document montre que l’un des avocats affectés à l’effort était Stuart Eizenstat, qui en 1993 est devenu l’ambassadeur des États-Unis auprès de l’Union européenne.

Vue aérienne de la propriété Bigio sur Indian Creek Island Road

La véritable croissance de la richesse de la famille Bigio semble être intervenue après la deuxième éviction d’Aristide de gauche, en 2004, après quoi plusieurs clans haïtiens riches ont vu leur fortune s’envoler astronomiquement. Les Bigios se sont depuis étendus à l’énergie en Haïti et en République dominicaine, aux télécommunications et plus récemment à un terminal portuaire privé.

Les Pandora Papers offrent un prisme unique à travers lequel voir la richesse croissante de la famille Bigio, dont l’origine, selon les entretiens antérieurs de Gilbert et du site Web du groupe GB, remonte au début des années 1900, grâce à une société d’égrenage et de négoce de coton. Dans les années 1970, l’aciérie familiale fait encore plus fortune.

Un autre homme d’affaires haïtien à succès, à condition de ne pas être identifié pour pouvoir s’exprimer librement, a déclaré que Gilbert Bigio est « un homme d’affaires avisé ». « Il prend soin de ses ouvriers mais les licenciera aussi en un clin d’œil. Il n’est pas grossier, et il n’est pas bon marché.

Les Bigios sont célébrés dans les publications juives pour avoir préservé la seule Torah de l’île, le rouleau de la Bible hébraïque. Les sites Web haïtiens radicaux, souvent en proie à l’antisémitisme, les décrient comme faisant partie d’une classe dirigeante à la peau claire qui contrôle les richesses du pays majoritairement noir.

Cette distinction occupe une place importante dans toute conversation sur Haïti et ses inégalités de revenus, a averti Vicki J. Huddleston, ambassadrice américaine à la retraite dans deux pays africains qui a travaillé en Haïti dans les années 90 et à nouveau de 2013 à 2015.

« Cette minuscule minorité blanche ou blanchâtre contrôle les ressources du pays », a-t-elle déclaré dans une interview en août, avant de sortir de sa retraite pour un poste temporaire en Afrique. « Ils contrôlent les ressources, et ils ne sont pas très doués pour les remettre dans le pays. »

Le site Web du Groupe GB met en évidence un don de terrain prévu de 6 millions de dollars pour construire un hôpital universitaire et un organisme de bienfaisance familial appelé Fondation Monique et Gilbert Bigio Inc., créé pour promouvoir le développement communautaire, l’éducation et les soins de santé. Elle est enregistrée en tant que société de Floride et n’apparaît pas dans les registres fédéraux en tant qu’organisation à but non lucratif 501c3, comme le font généralement les organismes de bienfaisance. On ne sait pas pourquoi la famille a constitué un organisme de bienfaisance, et la question a été posée dans les courriels sans réponse.

Au cours des années

Les premiers documents de Pandora sur les Bigios montrent la formation en 2001 d’une société appelée Lockver Investment Inc. dans les îles Vierges britanniques, avec des services fournis par le puissant cabinet d’avocats offshore panaméen Aleman, Cordero, Galindo & Lee ou ALCOGAL.

En 2006, les documents montrent des avocats d’ALCOGAL travaillant pour le compte de Bigio avec le bureau de Miami de l’institution espagnole Banco Santander. Un autre document de 2010 donne procuration à l’épouse de Gilbert Monique et à son fils Reuven pour ouvrir et gérer un compte bancaire suisse auprès de Banco Santander (Suisse).

Leur fille Laurence a travaillé en tant que vice-présidente exécutive du groupe GB mais n’apparaît pas dans les sociétés offshores ni dans les Pandora Papers.

D’autres documents montrent que Lockver semble avoir été utilisé plus tard comme une société holding à travers laquelle la famille a pris à un moment donné une grosse participation dans la société de téléphonie mobile Digicel Haiti International. Les Bigios ont utilisé plusieurs fournisseurs offshores au fil des ans.

Un document de l’un d’entre eux, Overseas Management Company (OMC), révèle des détails sur Grupo Premier Enterprises Corp., une société écran des îles Vierges britanniques créée en avril 2007 en tant que société holding pour les investissements en République dominicaine.

L’objectif déclaré de la société, selon le document, était de gérer les revenus d’investissement d’une entreprise de carburant. Il répertorie à la fois le père et le fils comme ayant la double nationalité, avec des passeports haïtien et français, et les deux sont répertoriés comme des personnes politiquement exposées, ou PPE.

C’est une classification réservée aux clients qui sont soit des politiciens, soit leurs proches, et en tant que tels, ils sont censés faire l’objet d’un examen et d’une sélection plus approfondis pour s’assurer qu’ils ne détiennent pas d’argent pour d’autres ou ne corrompent pas les gouvernements. À l’époque du tremblement de terre dévastateur de 2010 en Haïti, Reuven a été consul honoraire d’Israël en Haïti, un poste occupé auparavant par son père.

Gilbert a déclaré que la famille Bigio remonte aux Juifs syriens qui sont arrivés en Haïti à la fin des années 1800. La famille a maintenu des liens étroits avec Israël et a fourni des terres qu’elle possède au gouvernement israélien pour installer des hôpitaux et d’autres aides en Haïti après le séisme de 2010.

L’expansion dans le pétrole

Les Pandora Papers montrent qu’en mars 2011, les Bigios ont enregistré une autre société dans les îles Vierges britanniques appelée LRY Investments Limited. Le mari, la femme et le fils ont été nommés administrateurs. Un autre document d’ALCOGAL, conçu pour dresser le profil des avoirs de la famille, ne les répertorie plus comme PPE et décrit la source des fonds de manière générique comme des « fonds liés aux entreprises ».

À la fin de la même année, GB Group a racheté les activités de commercialisation de carburant et de carburéacteur de Chevron en Jamaïque, qui opéraient sous le nom de Texaco là-bas ainsi qu’en République dominicaine et à Saint-Martin. À l’époque, les Bigio et un partenaire en coentreprise possédaient déjà ce qui avait été les opérations en Haïti de Royal Dutch Shell. Le site Web du groupe GB montre que les Bigio contrôlent toujours les opérations énergétiques dans les trois pays sous le nom de Texaco.

Gilbert Bigio, à gauche, milliardaire haïtien, est interviewé devant le palais présidentiel ravagé par le séisme à Port-au-Prince en Haïti.

Une déclaration sous serment de 2019 également trouvée dans les documents de Reuven Bigio parle d’une société appelée Lafito Free Zone Holdings Ltd. L’objectif de la société, selon les documents, est de recevoir des dividendes, des distributions, des cadeaux personnels et des économies du terminal portuaire et de la zone franche de la famille en dehors de Port-au-Prince.

Les Bigios ont inauguré le terminal à conteneurs et la zone franche en 2012, achevant les travaux et ouvert en 2015. Les Bigios possèdent également Lafito Logistics Holding Ltd., qui est enregistrée aux Bahamas. Une feuille de calcul de Banco Santander dans les Pandora Papers décrit les actions en justice engagées en faveur de Monique et Gilbert, montrant qu’en plus des comptes bancaires suisses, le couple a utilisé des fiducies compliquées, des documents juridiques qui désignent les droits de succession et les obligations de protéger les actifs.

Pays avec peu de capacité à collecter des impôts, Haïti manque d’expertise pour faire appliquer ses lois fiscales, et encore moins pour comprendre les fiducies complexes pour protéger les revenus utilisés par ses élites, dont beaucoup possèdent des passeports d’autres pays des Caraïbes ou du Moyen-Orient. « Comment devient-on milliardaire en Haïti ? », a demandé l’ambassadeur White, qui accueillait occasionnellement l’élite financière d’Haïti dans sa résidence diplomatique. Une façon est de sortir votre argent d’Haïti. « Presque tous ont des maisons à Miami, New York, France. Ils voyagent tout le temps », a-t-elle déclaré.

 

Chercheur Herald Monika Leal a contribué de Miami.

Kevin G. Hall a commencé le projet Pandora Papers en tant que journaliste d’investigation pour le Miami Herald et a continué le travail en tant que rédacteur en chef pour l’Amérique du Nord pour le projet de rapport sur le crime organisé et la corruption.

Les Pandora Papers sont une collaboration mondiale entre le Miami Herald et le Consortium international à but non lucratif des journalistes d’investigation.

 

Traduit de l’Anglais, par Kerlens Tilus

Miami Herald 4 Octobre 2021

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY