Des déplacés réprimés devant l’ambassade des Etats-Unis

2
683
Du dimanche 23 au lundi 24 juillet 2023, certaines personnes ont apporté tous leurs bataclans avec eux et se sont réfugiées devant le bâtiment de l’ambassade des Etats-Unis. Elles ont été forcées par la police de déguerpir.

La fin de la semaine écoulée n’a été qu’un calvaire pour certains citoyens haïtiens. Du samedi 22 jusqu’au lundi 24 Juillet 2023, des tirs sporadiques de rafales d’armes lourdes ont été entendus et ont perturbé la vie de la population résidant à Croix-des-Bouquets, Tabarre, Vivy Mitchell, Pétion-Ville, Morne-à-Cabris, et la zone de Liancourt dans le  bas Artibonite a été gravement victime avec de multiples entreprises pillées et des maisons incendiées.

Par ailleurs, le samedi 22 juillet 2023, deux employés de l’entreprise Rhum Bakara ont été tués, 4 sont sortis blessés suite à une attaque d’hommes armés, perpétrée contre les locaux, située sur la route du Bassin général, à Noailles, dans la commune de la Croix-des-Bouquets.

Le bâtiment de l’ambassade des Etats-Unis situé à Tabarre

Effrayés par des tirs nourris sans interruption, les habitants de Tabarre  particulièrement se sentaient dans l’insécurité, sinon leur vie menacée, ont été obligées d’abandonner leurs résidences pour se réfugier ou se mettre en sécurité avec leurs enfants, des vieillards et même des femmes enceintes dans un endroit où ils peuvent se sentir hors danger.

Certains citoyens depuis le dimanche 23 au lundi 24 juillet 2023 ont apporté tous leurs bataclans avec eux et se sont rendus devant le bâtiment de l’ambassade des Etats-Unis situé à Tabarre, l’unique endroit sécurisé du pays.

C’est un droit légitime de toute personne ou groupe de personnes dont la vie est menacée de chercher un quelconque endroit pour se refugier. A ce stade, l’Etat de ce pays n’a d’autre choix que de sauver la vie de ces personnes, leur rassurer un brin de paix comme tout être humain soit par leur donner un abri provisoire de sorte qu’ils peuvent se recueillir.

Vitelhomme Innocent

Mais ce n’est pas le message qui a été fait à cette image. La réponse de l’Etat à ses compatriotes n’a été que de réprimer les masses en situation difficiles. En leur lançant du gaz lacrymogènes pour les forcer à quitter la devanture de l’ambassade de la puissance étoilée. Un tel mouvement nous a confié un camaradé revient au peuple ukrainien mais pas au palestinien voire aux haïtiens.

Une femme en larmes exprimant son indignation

En effet, au lieu d’aller combattre les criminels qui déstabilisent la population jusqu’à les forcer à se déplacer de leurs quartiers, les forces de l’ordre haïtien préfèrent attaquer  jusqu’à réprimer les masses défavorisées qui avaient pour seul tort de ne pas se laisser assassiner par les sbires criminels au service du caïd de Kraze Baryè,Vitelhomme Innocent sévissant dans la commune de Tabarre et celui de la Croix des Bouquets, Joseph Wilson (Lanmò Sanjou) chef du gang dénommé « 400 Mawozo ». Les forces de police : Après qu’elles ont fini de communiquer entre eux, elles ont formé un dispositif pour protéger le bâtiment de l’ambassade et quelques minutes après elles ont fait usage de gaz lacrymogène malgré la présence des enfants et des plus âgés. », a rapporté le journaliste Leevens Vilmé.

Par cet acte la PNH au service de la bourgeoisie a montré sa faiblesse, elle est toujours prête à combattre les ouvriers réclamant un salaire décent et des citoyens déplacés du fait qu’ils se sentent en danger. Mais cette force n’a jamais le culot d’affronter les bandits criminels armés qui s’adonnent à enlever contre rançon certains citoyens.

Le nommé Vitelhomme Innocent par exemple n’est pas sorti de nulle part. Il a été recruté  par le courant de l’ancienne opposition liée au Secteur Démocratique Populaire (SDP) pour semer la terreur contre le gouvernement de Jovenel Moise. Ce courant partage actuellement le pouvoir avec le PHTK de Michel Martelly.

Joseph Wilson (Lanmò Sanjou)

Ce n’est pas seulement à Tabarre, Croix des Bouquets pour ne citer que ceux-là, la population est aux abois. Jusqu’à nos jours, les gens de la Capitale ne pouvaient pas circuler librement, emprunter la route de Martissant pour se rendre dans le Sud. Même constat dans l’Artibonite avec le gang de Savien  qui ne cesse de faire des ravages. Sans oublier les exactions criminelles du  Baz gran grif  évoluant à Liancourt.

Des agents de la police nationale ont dispersé ce mardi à coup de gaz lacrymogène les familles qui s’étaient réfugiées devant les locaux de l’ambassade américaine. L’un des déplacés a eu le courage d’expliquer à la presse ses péripéties « Je suis de Durmonay, les gangs ont envahi le quartier depuis lundi soir, ils sont entrés, ils ont tué des gens, nous sommes venus à l’ambassade pour sauver nos vies, mais malheureusement la police et l’ambassade ne veulent pas que nous restions là, ils nous repoussent, mais nous ne savons maintenant où aller »

Des citoyens haïtiens se sont refugiés devant le bâtiment de l’ambassade des Etats-Unis situé à Tabarre, l’unique endroit sécurisé du pays.

Suite à la répression des forces de police, des déplacés ont réussi à atteindre l’Office pour la protection du citoyen (OAVCT), et d’autres l’enceinte de l’entreprise Valerio Canez, située en face de l’ambassade.

Alors qu’il est bruit, d’un quelconque processus de paix en cours, les actes de kidnapping se sont multipliés, ces derniers jours, dans la capitale, Port-au-Prince et dans d’autres endroits du pays.

 

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here