Assassinat à Croix-des-Bouquets

Une tuerie a fait plus de neuf morts

0
135
Ces trois femmes de la famille Desenclos, une mère et ses deux filles ont été assassinées puis brûlées, alors que le père Maître Jean Simson Desenclos a été en visite au Cap-Haitien au moment de la destruction de sa famille.

Le samedi 20 août 2022, une tuerie a fait plus de neuf morts dont une mère Josette fils Desenclos, employée de l’Autorité Portuaire Nationale (APN), et ses deux filles, Sarahdjie Desenclos, 24 ans, étudiante à l’Université de Port-au-Prince (UP), employée au ministère de l’économie et des finances (MEF), et l’avocate Sherwood Sondjie Desenclos, 29 ans.

Les trois victimes, Josette et ses deux filles Sherwood Sondjie et Sarahdjie

Ces dernières ont non seulement été assassinées mais aussi calcinées dans leurs voitures à l’entrée de la Cité Doudoune, non loin du pont de la Rivière Grise, à Tabarre. Les autres victimes retrouvées dans les environs selon des riverains, certains de ces individus ont été des chauffeurs de moto. Mais personne n’arrive à trouver les motifs de ce crime perpétrés sans doute par des individus armés à Croix des Bouquets. Le gang des 400 Marozos est pointé du doigt dans cet assassinat de trop. Signalons que le père des victimes Maître Jean Simson Desenclos est un membre fondateur de la fondation des droits humains Fondasyon Je Klere (FJKL). Il a été en visite à sa ville natale Cap-Haitien au moment de la liquidation de sa famille.

Les deux sœurs Desenclos Sherwood Sondjie et Sarahdjie

Par ailleurs, le Porte-parole du Secteur Démocratique et Populaire Me André Michel exprime la sympathie de son organisation à la famille de Desenclos endeuillée suite à l’assassinat de trois membres de cette famille. Le Premier ministre Ariel Henry lui également à condamné cet acte criminel. Sur son compte tweeter, il a écrit   « Je suis révolté par la nouvelle de l’assassinat de plusieurs compatriotes par des bandits armés opérant à Tabarre. Le Gouvernement condamne énergiquement ce crime odieux, tout en présentant sa sympathie aux parents et amis des victimes. Au nom du gouvernement, je renouvelle ma ferme détermination à combattre sans répit l’insécurité. J’instruis les forces de l’ordre de poursuivre le matraquage des bandits en vue de les mettre hors d’état de nuire. »

Témoignage de sympathie et de solidarité des universitaires à la famille des victimes

L’Ambassadeur du Canada en Haïti, Sébastien Carrière,  s’est aussi mêlé de la partie en déclarant « La violence abjecte qui règne dans les zones contrôlées par les gangs est souvent anonyme. Des statistiques sans visages. Pas ce matin et j’ai le cœur brisé, comme tout le pays. Pendant ce temps à Port-au-Prince, on fait de la politique comme d’habitude. J’appelle l’ensemble des acteurs politiques, sociaux et économiques à s’unir dans un plan de transition consensuel et à ainsi mettre un terme à la crise politique. Maintenant ».

Par ailleurs, des étudiants de l’université de Port-au-Prince ont organisé, le 22 août, un mouvement de protestation devant les locaux de l’institution à la Rue Rivière pour protester contre cet assassinat crapuleux.

Les funérailles de ces trois victimes auront lieu samedi prochain au crématorium Pax Villa.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here