Armes et ingouvernabilité en Haïti

0
617
Le rôle désastreux joué par le libertinage des États-Unis en matière d'armement illégal et criminel ne peut être ignoré

Un rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a averti que des armes de gros calibre arrivaient illégalement en Haïti en nombre croissant. Depuis au moins deux ans, les observateurs mettent en garde contre une circulation d’armes sans précédent, qui coïncide avec la croissance de gangs criminels voués au trafic de drogue, aux enlèvements, à l’extorsion et au vol. On estime que 60 % du territoire haïtien est sous le contrôle de ces groupes, une situation qui exacerbe les difficultés d’une nation embourbée dans une misère chronique, dévastée par des tremblements de terre et des ouragans, et où presque toute trace de gouvernance a disparu.

Les activités criminelles empêchent un demi-million d’enfants d’aller à l’école, compliquent de manière exaspérante l’acheminement de l’aide humanitaire et désorganisent une économie déjà chancelante. En octobre dernier, en pleine épidémie de choléra qui faisait craindre une catastrophe sanitaire, l’eau en bouteille n’a pu être produite ni distribuée en raison de la pénurie de carburant causée par l’insécurité sur les routes. Le gouvernement manque à la fois de ressources et de légitimité pour faire face à ces gangs : aucune élection n’a eu lieu depuis 2016, le pouvoir législatif est vacant et le pouvoir judiciaire n’a rien à apporter à l’administration de la justice. Les forces de l’ordre sont précaires et n’ont ni les troupes ni le ravitaillement pour mener à bien leurs missions.

Selon l’ONUDC, la plupart des armes qui fournissent la « détérioration rapide et sans précédent de la sécurité » haïtienne proviennent des États-Unis, où elles sont achetées légalement, puis trafiquées par des voies clandestines

L’aggravation de la crise haïtienne répond à une multitude de facteurs et s’enracine dans l’histoire extrêmement complexe de ce pays, mais le rôle désastreux joué par le libertinage des États-Unis en matière d’armement ne peut être ignoré : selon l’ONUDC, la plupart des armes qui fournissent la « détérioration rapide et sans précédent de la sécurité » proviennent des États-Unis, où elles sont achetées légalement, puis trafiquées par des voies clandestines. Sur ce point, la situation en Haïti est parallèle à celle du Mexique, puisque les profits des armuriers américains et l’indolence ou la complicité des autorités de cette nation avec les fabricants de la mort se traduisent par la violence et la désintégration sociale dans les régions où les armes arrivent.

le rôle désastreux joué par le libertinage des États-Unis en matière d’armement ne peut être ignoré

L’intervention de la communauté internationale en Haïti au cours des dernières décennies est passée d’insuffisante à carrément néfaste, comme cela s’est produit avec les abus sexuels contre les femmes et les filles perpétrés par les casques bleus déployés par l’ONU entre 2004 et 2017. Cependant, en ces moments où il y a nul doute que la société haïtienne a un besoin urgent du maximum d’assistance possible pour faire face aux effets de l’effondrement de l’État, le monde tourne dans l’autre sens. L’Occident consacre ses ressources et son attention à l’approfondissement de la guerre en Ukraine et à la recherche de la destruction géopolitique de la Russie, ne laissant aucune place dans l’agenda ou dans les budgets pour aider des millions d’Haïtiens dont la vie est menacée par la faim, la maladie et la violence.

La détérioration des conditions en Haïti ne peut passer inaperçue au Mexique, où de plus en plus d’insulaires affluent non seulement pour rejoindre les États-Unis, mais aussi pour s’y installer : une enquête menée par l’Organisation internationale pour les migrations a enregistré que 74 % des Haïtiens situés dans notre pays voulaient rester, et la Commission mexicaine d’aide aux réfugiés a reçu 51 000 demandes de réfugiés de cette communauté rien qu’en 2021. Cela implique des défis pour fournir un soutien et protéger les droits humains de ceux qui arrivent sur le territoire mexicain au milieu d’énormes difficultés, qui doit être abordée dans une perspective humanitaire et généreuse, malgré les fonds limités dont dispose notre trésorerie publique.

Éditorial du journal La Jornada, Mexique 5 mars 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here