A quoi sert le survol militaire canadien d’Haïti ?

0
1237
Selon un communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères, l'avion CP-140 Aurora est utilisé pour divers types de missions de patrouille au-dessus de la terre et de la mer.

(English)

Le 6 février 2023, le programme d’information et d’analyse en ligne Redacted, animé par Natali et Clayton Morris, a diffusé une interview du journaliste Dan Cohen, leur nouveau correspondant à Washington, DC.

Cohen passe en revue les défis auxquels sont confrontés les États-Unis et le Canada, les deux principaux seigneurs néocoloniaux d’Haïti, pour lancer une intervention militaire dans un pays qui leur est presque universellement hostile. Il examine également le rôle des grands médias traditionnels dans l’élaboration du récit pour vendre les conceptions de Washington et d’Ottawa.

Nous présentons ci-dessous une transcription éditée de l’interview.


Clayton Morris : Depuis des mois maintenant, ici à Redacted, nous rapportons qu’une invasion d’Haïti est imminente. Ce n’est pas une question de si, c’est une question de quand cela va arriver. Au cours du week-end, l’invasion semble se rapprocher.

Le Canada, qui a coordonné ses démarches avec l’administration Biden, a déployé des avions militaires au-dessus d’Haïti ce week-end. Il a publié une déclaration disant que tout cela “pour perturber les activités des gangs”. Ils l’ont mis dans leur communiqué de presse.

Se joindre à moi maintenant pour discuter de cela est le correspondant expurgé Dan Cohen, qui est l’un des rares journalistes à faire des reportages depuis Haïti et qui est revenu il n’y a pas si longtemps de Port-au-Prince. Dan, bienvenue dans l’émission. Que pensez-vous de ce communiqué de presse et du timing de celui-ci ?

Dan Cohen: Eh bien, c’est vraiment intéressant de voir que le Canada a fait cette démarche de manière très publique, parce que, jusqu’à présent, c’était très silencieux, très silencieux, dans les coulisses.

Lorsque l’administration Biden, y compris [le secrétaire d’État Anthony] Blinken, [le président Joe] Biden lui-même et le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan se sont rendus au Mexique le mois dernier pour rencontrer leurs homologues canadiens et mexicains, Haïti était bien sûr à l’ordre du jour. Quand Sullivan a été interrogé sur ce qui se passait avec cette intervention en Haïti, il était plutôt muet. Il a dit, et je cite: « Ce que je ne veux pas faire, c’est brouiller qui que ce soit, donc je veux qu’ils puissent avoir la conversation. » Alors il n’avait vraiment pas envie d’en parler.

Cela contraste totalement avec cette annonce désormais très publique du ministère canadien des Affaires étrangères, qui a été diffusée par tous les canaux médiatiques grand public.

Je pense qu’il s’agit vraiment de tester les eaux; ils sondent pour voir quelle est la réaction.

L’avion que les Canadiens ont déployé s’appelle un CP-140 Aurora. Il s’agit d’un avion de patrouille à longue portée qui est utilisé pour divers types de missions au-dessus de la terre et de l’eau, selon le communiqué du ministère canadien des Affaires étrangères. Ils disent qu’il est utilisé non seulement pour la collecte de renseignements et la surveillance, mais qu’il a même des capacités de frappe, donc c’est évidemment, je dirais, une menace sinon une menace à peine voilée contre Haïti.

La principale personne à qui cela s’oppose est Jimmy “Barbecue” Cherizier, c’est la personnalité que les États-Unis veulent désespérément arrêter, emprisonner, assassiner, ou d’une manière ou d’une autre se débarrasser et briser en un million de morceaux le mouvement armé, « Forces révolutionnaires de la famille du G9 et alliés » qu’il dirige, ce qui représente une menace pour l’ordre dirigé par les États-Unis en Haïti.

J’ai parlé à Jimmy “Barbecue” Cherizier tard dimanche soir [Feb. 5] et a obtenu sa réaction à cet avion de guerre canadien.

“D’abord, pour moi, en tant que président et porte-parole des Forces révolutionnaires de la famille G9 et alliés, en tant que patriote et quelqu’un qui aime ce pays, nous sommes contre toute intervention militaire de n’importe quel pays contre le peuple haïtien”, a-t-il déclaré. . « Aujourd’hui, ils utilisent les gangs comme prétexte pour envahir le pays. Nous aussi sommes conscients qu’il existe de nombreux gangs violents qui terrorisent la population. Ils violent des gens, ils enlèvent des gens et ils tuent des gens sans raison. Ce sont les politiciens et les oligarques qui les ont mis dans le pays. »

Jimmy Cherizier, la personnalité que les États-Unis veulent désespérément arrêter, emprisonner, et assassiner

Donc, le point de vue de Cherizier est que le discours sur les gangs est vraiment un prétexte pour une intervention militaire, une invasion militaire, contre Haïti, contre le peuple haïtien, contre les masses haïtiennes, et curieusement au cours de la semaine dernière, après des mois où les médias traditionnels étrangers ne voulaient pas se rapprocher de Cherizier, ils ont publié trois entretiens. L’AP, Al Jazeera et Sky News ont tous publié des interviews. Ils ont approché Cherizier pour des entretiens, et il les a accordés, et il est le seul soi-disant chef de gang à faire cela. Et ils l’appelaient un chef de gang, et dans tous les gros titres, c’est un chef de gang…

Clayton Morris: Donc, pour notre public qui ne sait pas, nous avons essayé d’éduquer notre public sur cette histoire au cours des derniers mois. Les médias ont totalement ignoré cette histoire. Nous étions la seule agence de presse à couvrir l’histoire. C’est vraiment remarquable que tout à coup, maintenant, trois organes de presse en une semaine – presque comme si c’était coordonné, décident soudainement de descendre en Haïti pour faire des interviews, et ils s’en prennent spécifiquement à Jimmy Cherizier, et ils le présentent comme un chef de gang comme prétexte – c’est la façon dont je le vois aussi – que c’est vraiment un prétexte pour une invasion étrangère, le dépeignant comme le méchant, nous devons y aller et fournir des soldats de la paix et vraiment nous assurer que tout le monde va bien et nous allons être là pour prendre soin de ce gars. Qui est Jimmy Cherizier ? Est-il un chef de gang ou un représentant des masses populaires haïtiennes ?

Dan Cohen : Eh bien, oui, exactement. C’est la fabrication du consentement en action, c’est ce que nous voyons. Tu as raison Clayton. Jimmy Cherizier est un ancien flic, qui a essentiellement été brûlé par le système après avoir été une sorte de tireur droit, une flèche droite pendant de nombreuses années et essayant de faire de son mieux au sein du système. Ils l’ont brûlé, ils avaient essentiellement besoin d’un agneau sacrificiel, et c’est ce que nous montrons dans le documentaire “Another Vision: Inside Haiti’s Uprising”, qui donne le contexte du moment actuel, que j’ai réalisé avec Haïti Liberté.

Jimmy Cherizier a formé cette fédération de groupes armés qui s’appelle le G9 qui s’oppose totalement à la délinquance, aux enlèvements, à l’extorsion des entreprises et des commerçants, aux viols, qui, vous savez, malheureusement, ces choses sont très courantes, et il y en a beaucoup de vrais gangs, ce qu’on pourrait appeler des gangs – des groupes armés criminels – et ce sont les groupes qui sont contre Jimmy Cherizier et le G9.

Je pourrais en énumérer un tas. Il y a Vitelhomme Innocent, qui vient de tuer plusieurs policiers en Haïti au cours des deux dernières semaines. Il y a Izo, le chef de 5 Secondes, un Gang au Village de Dieu, qui est un kidnappeur régulier. Il y a les 400 Mawozo, qui ont kidnappé 17 missionnaires nord-américains en 2021. Aucun d’entre eux n’est sous le coup de sanctions, mais Jimmy “Barbecue” Cherizier l’est. Et aucun d’entre eux n’est jamais approché pour des interviews, car ce sont de vrais chefs de gang…

Clayton Morris : Remarquable ! Et, bien sûr, les médias occidentaux, et le Canada, les Nations Unies, les États-Unis ne s’intéressent pas à ces gens, les véritables gangs. Ils s’intéressent à ceux qui représentent le peuple, qui voudraient chasser l’influence occidentale d’Haïti. N’est-ce pas drôle comment cela fonctionne?

Dan Cohen : Exactement. Ils n’approchent jamais ces gars pour une entrevue, pour une belle entrevue, parce que vous ne pouvez pas. C’est trop dangereux. Ils vous kidnapperont, ils exigeront des millions de dollars de votre famille ou quoi que ce soit. C’est pourquoi aucun de ces correspondants ne va rencontrer et s’asseoir avec aucun de ces vrais gangsters, qui sont des criminels endurcis. Ils ne vont qu’à Cherizier, qui continue de dire : « Ouais, je vais m’asseoir avec toi, et je vais te montrer le quartier dans lequel j’habite. Je vais te montrer les bidonvilles de Port-au-Prince, et tu peux voir la pauvreté écrasante, et tu peux communiquer ça à ton public parce que nous voulons que la communauté internationale traite Haïti comme un pays normal et non comme une tirelire, comme un endroit pour exploiter et tirer des richesses ». Mais non, ils l’appellent un chef de gang et il s’agit de fabriquer un consentement pour cette invasion imminente.

Je pense qu’essentiellement, les États-Unis sont dans une situation difficile avec Haïti parce qu’ils savent que s’ils entrent en Haïti – ou si le Canada le fait – avec toute leur force et l’envahissent, cela va déclencher un soulèvement. Les masses haïtiennes ne veulent pas d’intervention étrangère. Ils le rejetteront totalement, et cela ralliera les masses défavorisées autour de Jimmy Cherizier, ce qui est la dernière chose que les États-Unis veulent faire.

C’est donc dans cette situation difficile. D’une part, nous voulons éliminer ce type, mais nous devons le faire avec une touche très douce, il y a donc toute cette négociation dans les coulisses et le déploiement de cet avion de guerre consiste à déterminer comment ils vont le faire Je vais essentiellement obtenir un élément à l’intérieur de la Police nationale haïtienne – qui est une force anémique – pour pouvoir mener à bien ce coup.

Il y a donc eu plusieurs sessions de formation. Les États-Unis ont cherché à entraîner une équipe SWAT, une soi-disant équipe SWAT anti-gang, au sein de la Police nationale haïtienne, et cela a été poussé très fort par l’ancien envoyé spécial américain en Haïti, Dan Foote, que j’ai interviewé au mois de Septembre dernier. Il m’a dit que tout cela se passerait, donc c’est une question de temps.

Clayton Morris : C’est littéralement comme un camp d’entraînement à l’assassinat en ce moment que les États-Unis préparent pour éliminer Jimmy Cherizier.

Dan Cohen : Exactement.

Le journaliste Dan Cohen

Clayton Morris : C’est incroyable, et je suppose que je devrais vous demander : quel est l’ordre du jour, quel est l’espoir des États-Unis et du Canada dans tout cela ? Qu’espèrent-ils accomplir en Haïti ? Est-ce pour continuer à piller toutes leurs ressources naturelles et les maintenir dans une pauvreté totale ?

Dan Cohen : Exactement. Quand tu vas en Haïti, quand tu vas dans les bidonvilles, tu vas à Cité Soleil et autres, les conditions sont irréelles.

Il y a donc quelques aspects. Vous avez les ateliers de misère, où les sociétés étrangères gagnent d’énormes sommes d’argent. Vous avez le genre de considération géopolitique, qu’ils ne veulent pas qu’Haïti donne à nouveau l’exemple, car il a toujours servi d’exemple de liberté pour le monde. Il a eu la seule révolution d’esclaves réussie et a participé à des mouvements de liberté dans tout l’hémisphère occidental.

Il y a aussi un aspect dont on ne parle pas : l’industrie biopharmaceutique adore utiliser Haïti pour tester ses produits, pour aller dans ces bidonvilles et dire « oh, il y a des égouts partout, et les gens attrapent le choléra et cette maladie.” Au lieu de régler les conditions, ce qui franchement ne serait pas très difficile, ils disent « nous allons tester des drogues sur vous », alors c’est un autre aspect.

Donc, ils veulent juste maintenir le statu quo de la pauvreté et de l’exploitation en Haïti. C’est tout le jeu.

Clayton Morris: Eh bien, nous continuerons à suivre l’histoire et à garder les pieds sur le feu qui couvre cette histoire. C’est incroyablement important. Je trouve juste le timing qui… Ne trouvez-vous pas si intéressant que ces trois organes de presse – l’Associated Press, Sky News et Al Jazeera – c’est comme si on leur remettait quelque chose de l’état profond, quelque chose de la communauté du renseignement, voici une histoire que vous voudrez peut-être couvrir. En fait, nous vous encourageons à aller couvrir cela. Et ils tombent tous en ligne. Presque en un jour, ils sont là-bas pour couvrir l’histoire, cherchant une interview avec lui.

Dan Cohen : C’est fou. Tous ont le même titre disant : « c’est le chef de gang, le chef de gang le plus redouté ». C’est tellement prévisible que c’est banal… Je veux défier ces gars. Pourquoi n’allez-vous pas à Izo, pourquoi n’allez-vous pas à Ti Lapli, pourquoi n’allez-vous pas chez l’un des vrais gangsters criminels ?…

En fait, Cherizier a d’abord décliné leur demande, et vous savez ce qu’ils ont fait ? Ils se sont juste présentés dans son quartier, sans y être invités. Et Cherizier était bienveillant. Il a dit: “D’accord, je vais faire l’interview avec vous.”

Ils devraient aller dans d’autres quartiers où le chef ne garantira pas votre sécurité, où vous risquez d’être kidnappé et peut-être tué, et voir ce qui se passe. Alors c’est juste honteux.

Clayton Morris : Absolument. Eh bien, nous continuerons à couvrir cette histoire et, espérons-le, à apporter de la lumière et à la mettre en lumière, et j’espère que les Américains qui regardent cette histoire pourront la partager et se rendre compte qu’il y a une autre facette à cette histoire, pas celle dont les grands médias traditionnels nourrissent le grand public.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here