A qui profite l’assassinat de Merry Djouna?

0
352
Les parents de Merry Djouna Fleurimont, sa mère Lenèse Léo et son père Junior Fleurimont.

Pour ceux qui l’ignorent encore un bébé de 8 mois, Merry Djouna Fleurimont a été malheureusement atteint d’une balle mortelle à Cité-Soleil, le dimanche 12 juillet 2020 peu avant 9 heures du matin, à Norway.

C’est à la vitesse éclaire, la nouvelle sur une courte video est devenue virale comme quoi c’est un grand événement national ou quelque chose de rare et le nom d’un accusé sans aucun doute a été catégoriquement cité : Iscart Andrice. L’un des membres du G9 qui initie maintenant un processus de paix dans les différents bidonvilles de sorte que les armes ne chantent plus dans les quartiers populaires.

Réagissant à  cet assassinat, Iscart décline toute responsabilité comme quoi, il n’a même pas été sur les lieux. On ne demande à personne de le croire.  Mais, nous autres nous savons ce dont les mains invisibles des forces du mal sont capables, les stratèges des mauvaises causes pour tuer toute idée pouvant garantir un minimum d’amélioration dans la vie des masses, ce qu’elles peuvent faire.

Une famille dans leur sommeil mitraillée à Cité Soleil par les forces d’occupation la Minustah le 6 juillet 2005

Pour certain cette histoire de mettre fin au kidnapping, de cesser tout affrontement au sein des membres des quartiers populaires est inadmissible. Il semblerait que le discours de paix dérange et rien n’exclut que ceux qui tiraient de grands profits dans les actions criminelles dans la Cité peuvent également être l’auteur de ce crime honteux pour ne pas perdre leur business.

Cet acte criminel ne saurait profiter au G9, dans la mesure où ce groupe est sincère dans ses déclarations. Il ne pouvait que profiter à ceux qui ne veulent s’engager dans ce processus sinon aux forces anti-changement qui ne veulent que rien change dans ce pays.

Il y en a d’autres qui demandent aux autorités de faire tout ce qui leur est possible de mettre fin à cette pratique. Mais ceux qu’ils veulent, c’est d’exterminer ces marginalisés des bidonvilles. Comme la PNH n’a pas les capacités, ils regrettent que les forces armées de la Minustah ne sont pas présentes, car elles auraient  mitraillé la population comme dans le passé particulièrement au mois de juillet 2005 et beaucoup d’enfants ont été ainsi victimes à cité Soleil et cela n’avait pas fait autant de bruit.

Nous sommes pour la paix, seul remède réelle à administrer de sorte que cette paix que la majorité des gens vivant dans les zones de non-droits veulent, c’est la transformation de ces quartiers en lieu où des citoyens respectés quel que soit leur niveau social peuvent vivre. Il n’y a aucun respect pour les résidents de ces endroits, comme quoi, ils ne sont pas des humains. Au Bicentenaire, l’Etat a préféré abandonner tous ses bureaux au lieu de mettre des infrastructures pouvant organiser les jeunes et les adultes qui n’ont rien à faire et n’ont aucun espoir d’une autre vie que celle de la délinquance. On ne leur a offert aucune autre chose comme alternative.

Cet acte criminel ne saurait profiter au G9, dans la mesure où ce groupe est sincère dans ses déclarations.

En fait, c’est l’Etat haïtien et ces complices de la bourgeoisie capitaliste qui produit ses bandits et vivent aux dépends d’eux à partir de leur mauvaise cause. Il nous faut changer ce système de discrimination sociale, de façon à créer des ouvertures pour les jeunes.

Selon le Nouvelliste le plus grand quotidien du pays, ce nourrisson a été victime dans la guerre pour contrôler le  territoire d’un certain Gabriel un chef de bandes absent du G9. Même constat de la « Commission Nationale de Désarmement de démantèlement et de Réinsertion » (CNDDR).

Le coordonnateur du Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), Pierre Espérance, lui, a déjà fait un rapport et déclare que « La police doit arrêter Iscart et le conduire à la justice ».

Si c’est ainsi que nous voulons opérer, nous ne faisons que renfoncer davantage le banditisme. Pour un instant, faites une petite réflexion combien de chefs de bandes que nous avons éliminés depuis le gouvernement de René Préval à nos jours? Et pour quel  résultat,  au lieu d’un changement le mal ne fait qu’empirer puisque ce n’est pas la meilleure solution.

Une organisation pour le soutien de l’enfance et les vies « OSEVI » demande justice  en faveur du bébé de 8 mois et également de Mamoune Régis 14 ans assassinée au Cap-Haitien par un agent de sécurité.

Par ailleurs, à Saint-Marc dans la nuit du samedi 4 au dimanche 5 juillet dans le quartier de Portail-Guêpes  suite à une bagarre de rue trois blessés par balle et un policier Richard Policarpe 32 ans, qui faisait partie de la 30e promotion de la PNH est brûlé vif.

Le lundi 13 juillet 2020, suite à la mort d’un chauffeur de moto-taxi fusillé au dos par un policier, les riverains en signe de représailles ont incendié le poste de police de Laboule 12.

C’est la réalité au quotidien du pays où tout le monde est frustré. Il est temps qu’on  retrouve les causes de ces frustrations.

Nos condoléances aux parents de Merry Djouna,  sa mère Lenèse Léo et son père Junior Fleurimont.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY