À l’unisson contre la survie de l’impérialisme en Haïti !

0
912

La société haïtienne est sous le choc depuis la publication dans le journal officiel de la République, Le Moniteur, d’une soi-disant décision prise en Conseil des ministres pour solliciter une intervention militaire qui serait pour les puissances impérialistes l’ultime moyen de combattre un peuple en voie d’une lutte de libération nationale.

Les Etats-Unis ont fini par réaliser que les masses populaires avancent à grand pas dans leur mobilisation contre le système pourri et corrompu en cours, et leur marionnette de facto n’a pas la capacité adéquate pour faire taire la foule lançant ses revendications légitimes. Ainsi, pour ne pas perdre le contrôle de la domination du pays, les milieux capitalistes rétrogrades, les plus cyniques sans nul doute, demandent aux mercenaires du statu quo de formuler un scénario déjà établi de sorte que les portes soient grandement ouvertes pour le déploiement immédiat d’une force armée internationale de façon à étouffer le mécontentement croissant des masses populaires.

Les larmes de crocodile que versent les Etats-Unis et les Nations-Unies pour «déployer immédiatement une force armée internationale spécialisée pour faire face à la crise humanitaire, y compris assurer le libre mouvement de l’eau, du carburant, de la nourriture et des fournitures médicales des principaux ports et aéroports vers les communautés et les établissements de soins de santé » ne masqueront pas la réalité.

toutes les interventions étrangères en Haïti ont été des catastrophes

A vrai dire, il est fallacieux de présenter la crise multidimensionnelle haïtienne comme une simple question humanitaire. Cette situation résulte de la politique menée par les gouvernements pro-impérialistes de toute couleur politique qui se sont succédés depuis plus de trente-six ans. Les services essentiels comme la santé, le logement, le transport, les communications, l’électricité, l’eau ou l’évacuation des détritus ont été dans le passé inadéquats et précaires, pour l’instant, ils sont devenus tout bonnement inexistants. Et le peuple en a marre ! Il n’en peut plus avec ce système et c’est l’unique raison expliquant sa révolte contre non seulement l’appareil d’Etat qui maintient sa domination mais contre tout le système qui l’enveloppe.

N’est-il pas important de rappeler que toutes les interventions étrangères en Haïti ont été des catastrophes ? Elles n’ont jamais jeté les bases pour un quelconque développement de l’économie nationale. Au contraire, les problèmes ne font que s’empirer au lieu d’être résolus. Le pire, c’est du même prétexte utilisé après l’assassinat de Jean Simon Vilbrun Guillaume Sam en 1915 que l’impérialisme américain se sert aujourd’hui pour tenter de réoccuper de manière effective le pays une année après l’assassinat d’un autre Président, Jovenel Moise, dans lequel les Etats-Unis seraient impliqués.

Ce que les masses ouvrières en lutte ne devront jamais perdre de vue, toute politique interventionniste est truffée de perfidies et de sous-entendus. Ce n’est pas la spirale d’un effondrement social orchestré par les capitalistes qui est en question. Au contraire, c’est l’adversaire même avec sa volonté criminelle qui l’avait programmée. Il est appelé aujourd’hui par les grands naïfs ou les complices conscients pour un sauvetage national trompeur. En réalité, c’est pour la défense de leurs intérêts monopolistes désormais mis en question par le soulèvement populaire grandissant.

Ce n’est pas le développement des infrastructures du pays ou la diminution de sa pauvreté désespérée que cherche Washington, mais plutôt de maintenir les conditions opprimantes. Il est clair que les forces impérialistes, aujourd’hui comme hier, sont toujours déterminés à combattre le peuple haïtien et à le priver de son droit à la paix, à la liberté et au progrès. Une chose est sûre, en effet, Washington dans les meilleurs des cas, agit pour son propre compte, ses propres intérêts  et en fonction du projet de la classe politique traditionnelle qui attend la pacification pour s’entendre et réorganiser le pouvoir comme l’explique Stéphane Dujarric, Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU qui « appelle les parties prenantes haïtiennes à dépasser leurs différences et à s’engager, sans plus attendre, dans un dialogue pacifique et inclusif sur une voie constructive pour l’avenir. » 

Par quelle aberration de l’esprit, veut-on nous faire croire, une intervention étrangère contre la cause sacrée d’un peuple déterminé à se débarrasser de l’emprise d’une dictature économique qui n’a que trop duré va le sortir du marasme et le remettre sur les rails de la démocratie ? N’est-ce pas une falsification, une propagande mensongère de la bourgeoisie économique haïtienne et de Washington ? Le peuple haïtien n’est pas dupe. Il a pris conscience de ses droits et de ses devoirs  face aux  crimes du capitalisme qui ne font qu’accroitre la pauvreté, la misère et l’inégalité sociale.

Voilà pourquoi cette mobilisation qui se poursuit et se développe, renforcée par l’inaccessibilité du gouvernement au Terminal de Varreux, s’inscrit dans un cadre plus vaste tendant à entrainer toute la population dans une lutte contre la classe dirigeante et surtout contre les fondements mêmes du système d’exploitation et de misère qu’est le capitalisme et son chef de file le gouvernement américain.

L’intervention militaire, qui est synonyme d’occupation étrangère sollicitée par les autorités de facto de Port-au-Prince pourrait même aggraver la situation. Dans la mesure où dans tous les coins du pays, le peuple haïtien dans sa grande majorité la dénonce et s’oppose énergiquement à ce débarquement. Cependant, si les Etats-Unis et le Conseil de sécurité des Nations-Unies n’obtempèrent pas, cette intervention n’aura d’autre effet que d’attiser beaucoup plus la colère des masses et radicaliser encore plus le mouvement populaire à l’instar de celui de nos valeureux Cacos. Elle pourrait déboucher sur des aventures imprévisibles et tous les dangers. Mais elle peut aussi nourrir le combat pour ouvrir la voie à une solution révolutionnaire pour la transformation socialiste de la société. Bref, tout peut arriver.

Nous savons que notre peuple est capable de faire des miracles grâce à son histoire, sa foi, sa vigueur et sa détermination de changer ses conditions de vie. La lutte sera longue mais rien ne pourra briser un peuple qui a identifié son ennemi principal et pris conscience de sa force.

Peuple haïtien, à l’unisson contre la survie de la domination impérialiste américaine en Haïti ! N’ayons pas peur !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here