Washington nomme Daniel Foote pour quoi faire ?

0
423
Le jeudi 22 juillet, l’administration Biden a fait de l’ambassadeur américain Daniel Foote, un envoyé spécial pour Haïti

Après l’assassinat crapuleux du président haïtien, l’administration Biden par la filière du CORE Group a installé le mardi 20 juillet 2021 un cabinet ministériel ayant pour Premier ministre le Dr Ariel Henry et pour manifester ses contrôles sur sa chasse gardée,  le pays de Jean-Jacques Dessalines, le jeudi 22 juillet, elle a fait de l’ambassadeur américain Daniel Foote, un envoyé spécial pour Haïti. 

Cet envoyé aura sans doute pour mission d’agir en tant que dirigeant du pays car selon le  porte-parole du département d’État américain, Ned Price «il  s’engagera avec des partenaires haïtiens et internationaux pour faciliter la paix et la stabilité à long terme et soutenir les efforts visant à organiser des élections présidentielle et législatives libres et équitables. Il travaillera également avec des partenaires pour coordonner les efforts d’assistance dans plusieurs domaines, notamment l’aide humanitaire, la sécurité et l’enquête. »

Foote dirigera aux cotés de l’ambassadeur des Etats-Unis en Haïti, Mme Sison nos efforts pour soutenir le peuple haïtien à la suite de l’assassinat de Jovenel Moïse »a pour sa part tweeté le secrétaire d’État Anthony Blinken.

De gauche à droite, l’ambassadeur d’Haïti à Washington, Bocchit Edmond, le Premier ministre Ariel Henry, l’envoyé spécial Daniel Foote et Mme Sison

Ainsi, le samedi 24 juillet dernier,  l’ambassadrice Michel Sison et l’envoyé spécial américain en Haïti, Daniel Foote, ont été à l’œuvre car, ils se sont entretenus  en la résidence de l’ambassadeur des Etats-Unis en Haïti avec deux dirigeants des droits humains en l’occurrence le directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance et  Me Gédéon Jean du CARDH « pour écouter les positions et les idées de la société civile haïtienne », a tweeté l’ambassade.

De gauche à droite le sénateur Joseph Lambert, Michele Sison et Daniel Joote

Le 26 juillet ce fut le tour du Premier ministre Ariel Henry, le ministre des affaires étrangères Claude Joseph en présence de l’ambassadeur d’Haïti à Washington, Bocchit Edmond.

Ils ont également rencontré le Directeur à l’intérim de la PNH Léon Charles.  Le ministre de la justice et de la sécurité publique Rockefeller Vincent a été invité lui-même  en vue de travailler « sur l’état de droit, la reddition de comptes et la lutte contre la corruption en Haïti au profit du peuple haïtien », et la Représentante spéciale du BINUH et des Nations Unies, Helen Lalime.

Rencontre de la PNH avec les co-dirigeants Sison et Joothe

Heureux de participer à cette réunion, le Président du tiers restant du Sénat, Joseph Lambert a tweeté « J’ai été l’invité des Ambassadeurs Sison et Foote. Notre conversation a été intense. Nos échanges ont considéré la situation d’Haïti qui est dans l’impasse et l’urgence des actions qui doivent être bonnes pour refaire les institutions de l’État »

La question d’un président de la république a été soulevée puisque selon la constitution lui seul peut convoquer le peuple en ses comices ou nommer certains fonctionnaires par exemple les directeurs généraux. Il se pourrait qu’un compromis soit fait sur cette question pour combler le vide,  si c’est obligatoire.

En attendant, l’envoyé spécial Daniel Foote a laissé Port-au Prince le 26 Juillet pour se rapporter à la Métropole à  Washington, DC.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY