Une force multinationale de soutien à la sécurité (MSS) non-Onusienne pour Haïti

Le MSS, béni par l’ONU, pourrait être la première étape vers une occupation militaire américaine qui durerait une décennie

1
212
Un policier kenyan piétinant un manifestant à terre à Nairobi en 2016. Crédit: Ben Curtis/AP Photo

(English)

Le lundi 2 octobre 2023, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 2699 autorisant une force multinationale de soutien à la sécurité (MSS) non-ONU pour Haïti. La résolution, adoptée en vertu du Chapitre VII de la Charte des Nations Unies, a été rédigée par les États-Unis et l’Équateur. Cette résolution représente la mise en œuvre réussie de la première phase de la « Stratégie décennale américaine pour Haïti ». Une invasion américaine et une occupation d’Haïti pendant 10 ans sont désormais imminentes.

La deuxième phase du Plan stratégique décennal pour Haïti a été mise en œuvre à l’été 2023. La deuxième phase vise à construire un réseau d’au moins 250 organisations de la « société civile » financées par les États-Unis pour influencer les politiques publiques et la prise de décision alors que Washington supervise la reconstruction des institutions étatiques et du gouvernement d’Haïti.

Les conséquences du Plan stratégique décennal de Washington pour Haïti sont comparables à l’invasion et à l’occupation américaines d’Haïti en 1915. Si Washington obtient ce qu’il veut, Haïti passera de son statut actuel de néo-colonie américaine à une colonie virtuelle était de 1915 à 1934.

​Le Global Fragilité Act de Washington

Adopté avec le plein soutien des deux partis sous le président Trump en 2019, le Global Fragility Act (GFA) a été initialement présenté par ses partisans comme « une opportunité de conduire les changements nécessaires » pour empêcher « des adversaires tels que la Chine et la Russie d’étendre leur influence ».

Le gouvernement américain a choisi Haïti comme premier « partenaire » dans le cadre du GFA. Sont également présents sur la liste la Libye, le Mozambique et la Papouasie-Nouvelle-Guinée, ainsi que le Bénin, la Côte d’Ivoire, le Ghana, la Guinée et le Togo en Afrique de l’Ouest.

Le GFA fait suite à la « Stratégie de sécurité nationale de 2017 » qui visera à « renforcer » les États dits fragiles « où la faiblesse ou l’échec de l’État amplifierait les menaces contre la patrie américaine ».

Le GFA vise à empêcher les États dits « fragiles » de développer des relations diplomatiques et commerciales avec la Russie et la Chine. Dans un discours prononcé en 2021, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a décrit la Chine comme « le seul pays doté de la puissance économique, diplomatique, militaire et technologique nécessaire pour remettre sérieusement en cause le système international stable et ouvert – toutes les règles, valeurs et relations qui font que le système international est stable et ouvert » le monde fonctionne comme nous le souhaitons.

Cette position antagoniste à l’égard de la Chine résulte de sa relation avec les États dits « fragiles » qui implique des préoccupations géostratégiques, notamment l’accès aux matières premières. Dans un discours politique majeur prononcé à Séoul en 2022, la secrétaire américaine au Trésor, Janet Yellen, a expliqué que les États-Unis « ne peuvent pas permettre à des pays comme la Chine d’utiliser leur position sur le marché de matières premières, de technologies ou de produits clés pour perturber notre économie et exercer un effet de levier géopolitique indésirable ».

Haïti possède des ressources minérales, principalement de l’or, évaluées à 20 milliards de dollars américains. Il n’est toutefois pas certain que ces ressources minérales puissent être exploitées de manière rentable.

Washington veut également empêcher Haïti de développer des relations diplomatiques et des liens économiques plus étroits avec la Russie. Jovenel Moïse, assassiné il y a deux ans, a établi des relations diplomatiques formelles avec Moscou seulement un mois avant son assassinat, accréditant l’ambassadeur de Russie Sergueï Melik-Bagdasarov. C’était la première fois qu’Haïti établissait des relations diplomatiques avec la Russie. Beaucoup ont soutenu que cela aurait pu être un facteur qui a conduit Washington à donner son feu vert à l’assassinat de Moïse.

Pendant ce temps, Haïti reste l’un des 11 pays (sans compter le Vatican) sur 193 dans le monde à reconnaître Taiwan comme une nation indépendante, la soi-disant « République de Chine ». La République populaire de Chine a cherché à convaincre Haïti d’abandonner Taïwan et d’établir officiellement des relations diplomatiques avec lui, tout comme la République dominicaine voisine l’a fait en 2018.

Un « partenariat » dans le cadre du GFA entre Haïti et Washington garantirait qu’Haïti reste sous l’hégémonie américaine pendant des décennies. Cela bloquerait également la diplomatie et les investissements de pays comme la Chine. En 2017, la Chine a proposé de rénover les infrastructures en ruine de Port-au-Prince avec un programme d’aide de 4,7 milliards de dollars si Haïti le reconnaissait et rejoignait son initiative « One Belt, One Road ».

Le ministre kenyan des Affaires étrangères, Alfred Mutua, estime « que le projet [MSS] prendrait trois ans et nécessiterait entre 10 000 et 20 000 personnes ».
Jusqu’à présent, cela ne s’est pas produit et le GFA entend maintenir les choses ainsi. Il s’agit d’un plan visant à maintenir l’hégémonie mondiale et à rassembler les anciennes colonies et néo-colonies sous son aile.

Il n’est pas étonnant qu’Haïti ait été choisi comme premier « partenaire » dans le cadre du GFA. Haïti est toujours le premier à subir les stratégies impérialistes de Washington visant à maintenir son hégémonie.

Le programme « 10 ans d’assistance à la sécurité » de Washington

Le GFA met l’accent sur l’établissement de relations avec la « société civile locale » en « renforçant la capacité des États-Unis à être un leader efficace dans les efforts internationaux visant à prévenir l’extrémisme et les conflits violents ».

Cette « capacité » comprend également une « assistance à la sécurité planifiée » sur 10 ans.

Les efforts du gouvernement américain pour organiser une intervention armée en Haïti au cours de l’année écoulée sont en symbiose avec le GFA. Dans le cadre du GFA, le gouvernement américain peut négocier une « aide à la sécurité planifiée » avec Haïti dans le cadre d’un plan sur 10 ans, mais pour ce faire, Washington veut un gouvernement nominalement élu.

Blinken a expliqué dans une récente déclaration officielle que le GFA « sous-tend » une nouvelle stratégie et fournit un « cadre ambitieux pour s’engager de manière créative » avec les « partenaires mondiaux » des États-Unis. Cette nouvelle stratégie est expliquée dans un document de 2020 intitulé « Stratégie des États-Unis pour prévenir les conflits et promouvoir la stabilité » (SPCPS), publié par le Département d’État, le Département de la Défense, l’USAID et le Département du Trésor.

Le SPCPS répond aux exigences du GFA concernant une « stratégie mondiale de fragilité » américaine et décrit également le plan initial du gouvernement américain visant à fournir des programmes « d’assistance à la sécurité » sur 10 ans à ses « partenaires ».

Washington veut améliorer la « gouvernance du secteur de la sécurité » en Haïti, en plus de « professionnaliser les forces de sécurité des pays partenaires et construire des relations à long terme avec les principaux responsables de la sécurité du pays hôte, conformément à la sécurité nationale et aux intérêts économiques des États-Unis ». (C’est nous qui soulignons).

Des flics kenyans en tenue anti-émeute.

Dans un document de suivi intitulé « Plan stratégique décennal pour Haïti », les États-Unis ont présenté leur plan visant à « intégrer la diplomatie américaine, le développement et l’engagement du secteur de la sécurité en Haïti ». En d’autres termes, le Département d’État, l’USAID et le Pentagone – soft power et hard power – travailleront ensemble pour mettre en œuvre la Stratégie mondiale de fragilité en Haïti.

Dans une déclaration préparée à la commission des Affaires étrangères de la Chambre, Jim Saenz, secrétaire adjoint à la Défense chargé de la lutte contre les stupéfiants et de la politique de stabilisation, a expliqué que « le rôle du ministère de la Défense dans la mise en œuvre de l’ACM est de soutenir les efforts du Département d’État en tant que chef de file, et le L’USAID en tant que principal exécutant « pour « garantir que les plans décennaux… alignent les buts, objectifs, plans et références pertinents avec la politique du DoD ».

Un élément clé de la stratégie de Washington est d’intervenir dans les affaires d’Haïti en dirigeant les fonds de l’USAID vers des organisations de la société civile (OSC) qui sont ouvertes aux « approches basées sur le marché » du gouvernement américain pour « promouvoir la stabilité » dans le cadre d’un « partenariat » imposé par une multinationale force armée officiellement demandée par l’actuel dictateur d’Haïti, le Dr Ariel Henry.

Le Département d’État met en œuvre son plan stratégique décennal pour Haïti

Le Plan stratégique décennal pour Haïti décrit les deux premières phases de la mise en œuvre de la Loi sur la fragilité mondiale en Haïti.

Au cours de la première phase, le gouvernement américain présente un plan visant à « impliquer et mobiliser les partenaires de la société civile haïtienne et de la Police nationale haïtienne (PNH) pour informer et mettre en œuvre des programmes visant à renforcer la sécurité des citoyens et l’État de droit ».

« Les premiers efforts se concentreront sur les quartiers clés à forte criminalité et à forte violence ainsi que sur les principaux pôles de transport et économiques », explique le plan.

Le chef de l’opposition Babu Owino a déclaré que le parlement kenyan et les manifestations de rue pourraient bloquer le projet de Ruto de diriger le MSS.

L’approbation par le Conseil de sécurité de l’ONU (CSNU) d’une mission non-ONU de « soutien à la sécurité multinationale » d’un an en Haïti signifie que la première phase avance.

Ce vote du Conseil de sécurité de l’ONU intervient près d’un an après la demande initiale d’Henry le 6 octobre 2022 pour « le déploiement immédiat d’une force armée spécialisée, en quantité suffisante, pour stopper sur tout le territoire la crise humanitaire provoquée, entre autres, par l’insécurité résultant de la crise humanitaire ». les actions criminelles des gangs armés et de leurs sponsors.

Le Kenya devrait prendre la tête du MSS, malgré une résistance populaire et politique généralisée au Kenya et en Haïti, ainsi qu’à l’échelle internationale. Les rivaux politiques d’Henry – les signataires de la Déclaration conjointe de Kingston et de « l’Accord du 30 janvier » – sont opposés au MSS avec Henry au pouvoir et insistent sur la nécessité de mettre en place un gouvernement de transition avant que le MSS n’entre en Haïti.

Un article de presse kenyan explique que le Kenya a déclaré qu’il se concentrerait sur la protection des infrastructures clés – ports, aéroports et routes principales. Le Nouvelliste a également rapporté que le Kenya allait déployer une force opérationnelle pour lutter contre les gangs armés à Port-au-Prince.

L’Équateur et plusieurs pays de la CARICOM ont également promis leur soutien et leur personnel au MSS dirigé par le Kenya, notamment la Jamaïque, les Bahamas, la Barbade et Antigua-et-Barbuda. Le Miami Herald a rapporté que l’Italie, l’Espagne, la Mongolie, le Sénégal, le Belize, le Suriname, le Guatemala et le Pérou ont également offert leur soutien, même si la forme que cela prendra n’est pas claire.

S’exprimant vendredi 22 septembre au début d’une réunion de l’ONU à New York, Antony Blinken a déclaré que les États-Unis fourniraient « une aide financière et logistique solide » au MSS, en promettant 200 millions de dollars.

Le MSS est une invasion d’Haïti qui pourrait conduire à une occupation brutale de 10 ans

En substance, le Kenya propose de fournir du personnel pour la première phase du plan stratégique décennal de Washington pour Haïti sous couvert d’assurer la sécurité et le soutien à la PNH. C’est le fer de lance du « partenariat » GFA entre Haïti et les États-Unis.

« Cette invasion proposée est différente de celles de 1994 et 2004 », a expliqué Kim Ives, « qui impliquaient de véritables « casques bleus » de l’ONU, sous le contrôle et la surveillance du Conseil de sécurité lui-même. La formule sans précédent du MSS serait théoriquement supervisée par le Kenya, mais en réalité par les États-Unis.

Le Kenya assure le « blackwashing » nécessaire à l’invasion menée par les États-Unis. Cette approche aide également l’ONU à éviter de rendre des comptes. Comme l’explique Ben Norton : « Il s’agit d’une intervention militaire américaine, utilisant l’ONU et le Kenya comme couverture. »

Même si le but prétendu du MSS est de lutter contre les gangs, l’objectif principal est de faciliter un passage contrôlé du régime en difficulté d’Henry à un autre gouvernement de transition également redevable à Washington.

Henry a été accusé d’avoir joué un rôle dans l’assassinat du président Jovenel Moïse le 7 juillet 2021 et d’avoir soutenu certains des gangs criminels les plus notoires d’Haïti. Henry a été nommé Premier ministre par le gouvernement américain et ses ambassades alliées, connues sous le nom de « Groupe CORE », via une courte déclaration et un tweet quelques jours après l’assassinat de Moise.

Depuis sa sélection, Henry a gouverné sans soutien populaire ni un seul élu dans son gouvernement. Il a consciencieusement imposé la politique américaine en Haïti, permettant aux institutions étatiques d’Haïti de s’effondrer.

Le CSNU n’a approuvé qu’un mandat d’un an pour le MSS, avec des examens de renouvellement après neuf mois. Il n’est cependant pas surprenant que le ministre kenyan des Affaires étrangères, Alfred Mutua, ait déclaré au New York Times que leur récente évaluation concluait que « le projet prendrait trois ans et nécessiterait entre 10 000 et 20 000 personnes ». Il a expliqué avec optimisme qu’il « envisage qu’une cinquantaine de pays supplémentaires promettent chacun de 500 à 1 000 officiers, afin qu’ils puissent atteindre les 20 000 ou plus nécessaires ».

Jake Johnston a commenté sur X (anciennement Twitter), en écrivant « MINUSTAH 2.0, la suite non-ONU ? La comparaison est aussi évidente que menaçante. La MINUSTAH est la façon dont les États-Unis ont « externalisé leur contrôle sur Haïti », a expliqué l’auteur et activiste Bill Quigley. La force de l’ONU a aidé à consolider le Premier ministre fantoche de Washington après le coup d’État de 2004, Gérard Latortue, et a commis de multiples crimes et massacres contre le peuple haïtien. La taille de la force a varié au cours des 13 années de déploiement en Haïti, comptant en moyenne environ 9 000 soldats et 4 000 policiers provenant de 56 pays pour la plupart pauvres.

Le mandat initial de la MINUSTAH était également de six mois, commençant en 2004 à la suite du coup d’État contre le président démocratiquement élu Jean-Bertrand Aristide. Le mandat a été prolongé à plusieurs reprises. La MINUSTAH a occupé Haïti pendant 13 ans – jusqu’en 2017, où elle a été remplacée par une autre force armée du Chapitre VII, la MINUJUSTH.

Composée à son apogée d’environ 1 300 policiers, la MINUJUSTH est restée en Haïti pendant encore deux ans, jusqu’en 2019.

Le calendrier de trois ans proposé par Mutua – soit le triple du calendrier proposé pour la mission MSS d’un an – est sûrement une sous-estimation. En effet, dans une interview de mars 2023, Renata Segura de l’International Crisis Group a été poussée à expliquer combien de temps durerait la mission. Elle a répondu « probablement des années ».

Il y a cinq mois, alors qu’il discutait d’un calendrier pour une force d’intervention multinationale en Haïti, le général canadien à la retraite Tom Lawson a déclaré à la radio CBC que « nous ne parlons pas de quelques années. Nous parlons probablement de cinq à dix ou quinze ans, car nous parlons d’édification de la nation. Nous ne parlons pas d’établir dès maintenant un espace sûr et sécurisé permettant au gouvernement de s’acquitter de ses tâches. Nous parlons d’un gouvernement qui ne fonctionne pas… Et cela dure – comme nous l’avons vu en Afghanistan et en Irak – des décennies.

Les commentaires de Lawson soulignent que le MSS est une force d’occupation visant à préparer le terrain pour le programme « d’assistance à la sécurité sur 10 ans » du GFA.

L’opposition émerge au Kenya même

Mais le MSS est loin d’être une affaire conclue, malgré la bénédiction du CSNU. Cela dépend du leadership « au visage noir » du Kenya. Le peuple kenyan ne l’acceptera peut-être pas.

Le 5 octobre, Kim Ives a tweeté que le parlementaire kenyan Babu Owino estime qu’il y a « 102 % » de chances que les législateurs kenyans soient en mesure d’empêcher le déploiement de 1 000 policiers kenyans en Haïti, offrant ainsi une lueur d’espoir pour Haïti. Owino a partagé son point de vue lors d’une conférence Zoom avec des journalistes.

Mais on peut s’attendre à ce que le gouvernement du président kenyan William Ruto riposte. En juillet, Owino a été arrêté par la police kenyane et détenu pendant trois jours pour avoir dénoncé les brutalités policières.

Cela laisse présager le type d’oppression violente de la dissidence qui résultera de l’occupation de Port-au-Prince par les forces kenyanes. La police kenyane a une « culture d’impunité et de criminalité internes, et une responsabilité interne et externe inadéquate », a expliqué Peter Kiama, directeur exécutif de l’unité médico-légale indépendante du Kenya. La police kenyane a également été accusée d’avoir torturé et abattu des civils.

Comme Owino l’avait prédit, le plan d’invasion a rencontré des difficultés. Le 9 octobre, la Haute Cour du Kenya a bloqué le déploiement du Kenya dans le cadre du MSS en Haïti jusqu’au 24 octobre 2023, à la suite d’une requête soumise par le parti politique Third Way Alliance.

(À suivre)

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here