Séisme dans le sud, un an déjà !

0
70
Aucune action visant à redorer l’image du Sud n’est encore envisagée. Cependant, le Premier ministre a pour sa part annoncé l’élaboration, avec les partenaires internationaux, d’un plan de relèvement et de reconstruction.

Outre le 231e anniversaire du Congrès du Bois-Caïman, le 14 août est devenu depuis l’année dernière doublement célèbre mais de façon douloureux cette fois, car il marque également le premier anniversaire de la secousse sismique de magnitude 7,2 qui vers les 8 :30 du matin avait terriblement saccagé 3 départements du pays (Sud, Grand Anse, Nippes), causé la mort de 2 246 personnes, fait 12 763 blessées, sans compter 329 disparus et un bon nombre d’handicapés physiques.

Et selon la direction de la protection civile 52,953 maisons ont été détruites et 77,006 endommagées.

Un an après, rien n’a été fait pour les victimes du Grand Sud qui s’entassent toujours dans des camps de fortune

Une année après, où en est-on ? Le grand Sud reste tel quel comme si le séisme venait à peine de se passer, et rien n’a été fait pour venir au secours des victimes. Alors que, dès le 16 août 2021, les autorités du pays avaient mobilisé un partenariat tripartite composé de la Banque Mondiale, des Nations Unies et de l’Union Européenne -rejoint par la Banque Interaméricaine de Développement- pour les soutenir dans l’Évaluation des besoins post-désastre, et que le Post-Disaster Needs Assessment (PDNA) [Évaluation des besoins post-catastrophe] avait été créé et lancé officiellement par le Premier Ministre de facto Ariel Henry les 30 et 31 août 2021.

Au mois de février 2022, à l’initiative du Gouvernement haïtien et de l’Organisation des Nations Unies avec la présence de la secrétaire générale adjointe de l’ONU, Amina Mohammed a été lancée à l’hôtel Karibe Convention Center à Pétion-Ville, la conférence internationale des donateurs pour la reconstruction de la Péninsule Sud saccagée par le terrible séisme du 14 août 2021 et la tempête tropicale Grace. Dans son discours de circonstance,  Ariel Henry avait souligné que : « le coût total de relèvement est estimé à 2 milliards de dollars américains, programmé sur une période de 4 ans, déterminés à partir du Post-Disaster Needs Assessment (PDNA) largement travaillé et soutenu à travers un mécanisme de participation juste, inclusif et égalitaire ».

Le gouvernement haïtien avait prévu 192 milliards de gourdes au cours de cette conférence tandis que les donneurs internationaux se sont montrés très généreux en faisant la promesse de 600 millions de dollars à Haïti pour démarrer la construction et le relèvement du grand Sud sur les 2 milliards prévus par le PDNA. Le Canada, 19,5 millions de dollars, l’USAID, 50 millions, la BID, 80 millions, la Banque Mondiale 194 millions et L’Union Européenne, de son coté, s’engageait à faire un don de plus de 30,4 millions d’euros.

Amina Mohammed, secrétaire générale adjoint de l’ONU, et le Premier ministre haïtien Ariel Henry , clôturant l’événement international pour le financement de la péninsule du Sud

Une année après, la population n’a vu aucune reconstruction sauf le pont sur la Grande Anse financée par la Banque mondiale qui a été reconstruite. Selon Ariel « huit bâtiments scolaires, quarante-six autres ont été réparés, des appels d’offres pour reconstruire vingt-cinq nouveaux établissements scolaires ont été lancés » Après cela, rien d’autre n’a été fait dans le sud et beaucoup de familles sont toujours sinistrées et vivent sous des tentes de misère. Bref la population a été tout bonnement délaissée.

Aucune cérémonie officielle n’a eu lieu, sauf des jeunes de la ville des Cayes qui à la suite d’une marche silencieuse à la chandelle ont rendu hommage aux victimes. Le premier ministre Ariel Henry a simplement posté sur son compte Twitter, un message en invitant tous les haïtiens à se recueillir en ce jour qui fait affluer dans leur mémoire des « souvenirs tortueux et macabres ». Puis dans un discours préenregistré diffusé sur les médias d’Etat, il a indiqué que « Nous nous réjouissons des résultats déjà réalisés par les principaux acteurs sur le terrain, dans leur champ d’actions respectif. J’en profite pour rappeler à toutes et à tous, que mon gouvernement ne ménage ni efforts ni sacrifices pour continuer à accompagner les victimes de cette catastrophe »

Aucune action visant à redorer l’image du grand Sud n’est encore envisagée. Cependant le Premier ministre a pour sa part annoncé l’élaboration, avec les partenaires internationaux, d’un plan de relèvement et de reconstruction du grand Sud, conformément aux normes d’urbanisation et d’aménagement du territoire cadrant avec les Objectifs de développement durable à l’horizon de 2030.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here