Quand Macron se réfugie dans les bras de Louverture au fort de Joux !

0
512
Le président français Emmanuel Macron
Le président français Emmanuel Macron (à gauche) rend hommage devant une statue de Toussaint Louverture, leader du mouvement indépendantiste et anti-esclavagiste haïtien.

Le jeudi 27 avril 2023 pour essayer d’évacuer la mobilisation permanente des travailleurs français contre la validation de la réforme des retraites par le Conseil constitutionnel, le  président de la France Emmanuel Macron a profité du 175e anniversaire de l’abolition de l’esclavage le 27 avril 1848 en France, pour rendre hommage à Toussaint Louverture au Château de Joux.

Par sa politique antipopulaire, Macron est censé être considéré comme persona non grata dans sa propre patrie, puisque partout où il se rend, les travailleurs le suivent au son des casseroles pas pour l’acclamer mais pour le dénoncer. Quelle honte !

Macron déposant une gerbe de fleurs au pied de la statue de Toussaint Louverture

Faisant référence à la lutte révolutionnaire de Toussaint Louverture, Macron en a profité inconsciemment ou involontairement pour prêcher la révolution. Comment ? En invoquant dans son discours de circonstance que l’ancien esclave « prit le parti de la révolution, oui, la révolution plutôt que l’insurrection, la liberté plutôt que la destruction, l’ordre au-dessus du chaos ». Macron, l’homme des banques, de la Françafrique, qui invoque le fait révolutionnaire, quelle grinçante ironie !

Concert de casseroles contre Macron au Fort de Joux

Que voulait-il signifier ? Le président Macron semblait envoyer un message au peuple français qui le combat en s’insurgeant contre sa réforme des retraites. Malheureusement, la notoriété et le symbolisme de Toussaint Louverture ne l’ont pas protégé puisque en nombre imposant le peuple français était au Fort de Joux pour manifester contre lui.

Comme l’a si bien dit Macron « La grande leçon de Toussaint Louverture est que l’aspiration d’un peuple à devenir libre et indépendante, donc souveraine, finit toujours par s’imposer, qu’elle défait un jour ou l’autre les armées d’invasion et d’occupation. » Là, l’audace du néocolonisateur Macron est à son comble !

Si Toussaint en ce jour-là avait à choisir entre le discours de Macron et les revendications des travailleurs français, en tant qu’un homme de principe, le libérateur et général révolutionnaire choisirait le camp de l’écrasante majorité de la population et serait avec la foule des masses laborieuses scandant : Dehors Macron ! Démission Macron ! Ni plus ni moins !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here