Pleins feux Sur : Wyclef Jean

« Une star éphémère » | (Croix des Bouquets 1969)

0
464
Wyclef Jean

Wyclef est issu d’une famille d’évangélistes dans la région de Croix des Bouquets. Laquelle a eu des démêlées avec ‘papa dòk’  le dictateur qui n’a pas toléré de voir des compétiteurs viennent empiéter dans son assiette. C’est ainsi qu’éventuellement les parents de ‘’Clef’’ ont du prendre la poudre d’escampette vers New-York. Le laissant aux soins d’autres membres de la généalogie ; jusqu’à l’âge de neuf ans. Lorsqu’il est enfin autorisé de leur rejoindre à Brooklyn. Où ils s’étaient implantés dans la prédication ; avant de se relocaliser dans l’état de New-Jersey. Dans lequel le pasteur a consolidé son emprise dans le milieu méthodiste où Wyclef entre des études primaires, s’est initié à la musique dans la chorale de la paroisse familiale.

Ce qui a encouragé sa maman à lui procurer une guitare qu’il a pris le soin d’explorer certains contours en autodidacte. A ce stade, la musique évangélique reste son apanage. Puisque son révérend de père le dissuade de s’impliquer dans la musique pop ou hip hop -rap et de leurs dérivées. Qu’il assimile à des canevas diaboliques. Malgré tout, l’aspirant artiste n’en démord pas et persiste dans sa démarche d’être musicien de variétés. A tel point qu’il abandonne le collège au cours du premier semestre ; en vue de la formation du groupe « Tranzlator Crew ». C’est l’époque où son père frustré par son orientation demande aux fidèles de son église de prier pour son fils. Qui s’est fait accaparer par la musique démoniaque. Ultérieurement, ‘’Clef’’ se joindra au duo Praskazrel Michel et Lauryn Hill pour le démarrage du groupe « Fugees ».

Avec l’album introductif :’’ Blunted on realty’’ qui a eu peu de résonnance. C’est le temps d’une diaspora combative, conséquemment à la marche contre le FDA, les démonstrations pour le retour d’une démocratie confisquée qui encouragent des jeunes comme W.J à s’identifier à leur origine. Conséquemment, leur deuxième disque :’’ The score’’ a fini par crever le plafond dans un genre hip-hop qui leur donne droit à quelques distinctions :’’Grammy’’ et ‘’american awards’’ entre autres. Pourtant, rien de spécial dans cette musique qui s’avérait être des réadaptations des tubes intemporels d’autrui ; comme ‘’killing me softly’’ de Roberta Flack. A la croisée d’un style qui se contentait de tout emboiter, au grand dam de l’inspiration et de l’originalité.

Même quand des artistes comme Diana Ross et LL Cool J ont crié alors au scandale pour ce pillage qu’on a cru à la jalousie. En tout cas, pour Wyclef et co, c’est enfin le déclic après les années de galères. Le petit inconnu de la Croix des Bouquets peut enfin côtoyer la gloire. Son pasteur de père est cette fois ci aux anges. Sans mine de rien, il demande à ses fidèles de prier pour son rejeton qui a trouvé la bénédiction. Celui-ci lui fait don d’une Rolls Royce. Mais, sans mémoire notre évangéliste ne s’est pas souvenu comment il a pourfendu la musique de Satan. Qui s’en est bien rappelé en écrasant le révérend qui est mort sous le coup avec cette voiture achetée avec son argent. La fin du dernier millénaire l’a vu au fait de sa gloire. Clef en profite pour se rapprocher de la communauté haïtienne et, prend part à une tournée collective au pays. Pour la tenue du festival Bouyon Rasin, dans lequel il est dument ovationné en compagnie de ses partenaires des « Fugees ».

Notamment les jeunes qui sont plus réceptifs à sa musique. Il est aussi reçu en royauté par des milieux dont il n’aurait jamais imaginé de pouvoir fréquenter. Lorsque lui le gamin leur voyait avec les yeux et la tête pleins d’envie. Quand ils se rendaient sur les plages de Montrouis et faisaient le stop pour acheter des fritures. Pendant que lui se tenait à l’écart, rêveur, à leur regarder. Au pays, il contemple bien sa revanche. Spécialement lorsqu’il est bombardé par des lèche-culs comme Sweet Micky qui lui prête sa BMW. Mais ce dernier n’en revenait pas lorsque ‘’Clef’’ a fait de lui un Saint Michel pour ce geste amical, bien que intéressé. Ce qui lui fera traiter le méga star de ‘’paysan irrémédiable’’ au milieu de son entourage. Dont il dit possède dans son écurie des cylindrées mieux cotées.

Dans l’entame, il commence à se mettre en porte faux avec ses partenaires des « Fugees », Pras et Lauryn. Particulièrement Lauryn avec laquelle il ne s’est pas comporté honorablement. Et sans qui, il s’est vite réajusté dans des tentatives en solo avec :’’…The carnival’’ et dont certains textes tel :’’…fanm ayisyèn nou konnen nou se nimewo 1’’, ont permis de comprendre que n’importe femme d’autre origine comme Lauryn devait avoir l’estomac à la renverse à l’audition d’une telle envolée machiste et de surcroit chauviniste. Puis, vient l’œuvre :’’ The ecleftic’’, à travers laquelle il continue d’explorer les paramètres de ses origines. Tout en ayant encore une présence dans le music-hall global. En collaborant avec Whitney Houston. Mary J. Blige, Santana entre autres. Bien que sa tendance à se griser dans la facilité et, dans la pire des associations comme avec « Sweet Micky » et « T-Vice » vont être pour lui un véritable pis-aller.

Aussi bien, qu’une véritable pente descendante pour Wyclef qui commence à pavaner dans les petits bals de Brooklyn, Queens et de leurs environs. A cette intersection, il semble rouler à vide et, ne réclame que vingt-mille dollars pour une performance. Du fait que ses œuvres successives :’’ Masquerade’’, ‘’Welcome to Haïti’’, ‘’The Preacher’s Son’’ etc, ne sont pas dans le coup. Il lui a fallu donc se réinventer. Quoi de plus commode que de se jeter dans la boue puante de la politicaillerie haïtienne ou de la philanthropie au rabais. N’ayant pas de compte à rendre à personne sur ses méfaits! Il y concocte sa fondation ‘’Yele Haïti’’, qui consiste à donner un plat chaud à des démunis du sérail. Pendant qu’il soutire des millions de ses contacts hollywoodiens à cet effet. Bien que le célèbre acteur Brad Pitt va vendre la mèche. En alertant ses collègues d’Hollywood de ne lui rien donner. Lorsque son agréé ne soit pas en mesure de vérifier l’utilité des fonds qu’il a donnés à cette organisation.

En plus du laboratoire qui a toujours ses idées. Et, les éternels imbéciles qui y voient la posture d’un présidentiable. Avec Préval qui en a fait son ambassadeur de rien du tout. Le mec ne semble plus avoir des bornes. A la même époque il s’est défait de son ‘’dread –lock’’ de rasta et, se paie les moyens d’une audience devant les membres du congrès états-unien au Capitol.  Les années qui ont suivi le kidnapping de 2004 et la descente du pays aux enfers ont vu la confrérie ‘’gnbiste’’ se vautrer dans tous les miasmes. Jusqu’au tremblement de terre de 2010 qui a vu le corps immolé du pays sous l’emprise des chacals. Parmi lesquels ‘’Clef’’ qui effile son museau de rat et travaille dans l’ombre pour « Sweet Micky ». Mais trop rassuré de sa mission et, de plus en plus glouton, il s’est permis en plein ‘’goudougoudou’’ d’attaquer imprudemment la puissante ‘’Croix Rouge’’. Avec laquelle il rentre en compétition, en promettant de donner tout l’argent ramassé. Contrairement à la croix Rouge qui ne donnera que dix centimes sur chaque dollar.

Les plus avisés ont demandé ahuris, comment cet imbécile a tissé la corde avec laquelle il va être pendu ? Le lendemain, un ancien acteur d’Hollywood, recyclé dans l’espionnage et qui trainait dans l’entourage des bandits légaux s’en est pris à ‘’Clef’’ qu’il a traité de frauduleux. Mais, ne s’avouant pas vaincu notre super star a donné le change à Sean Penn, avec des larmes de crocodile aux yeux. En disant qu’il était occupé à ramasser les cadavres du tremblement de terre, pendant que Sean se remplissait le nasal de cocaïne. Pour définir l’ambiance qui régnait entre sagouins de la même veine. Puis, les instances concernées des E.U se sont rabattues sur ‘’Clef’’ pour lui menacer de représailles du fait de sa déclaration à la légère. Mais, ont dû finalement lui passer l’éponge. Puisqu’elles voyaient en lui un pion potentiel dans le cadre des plans à venir.

Incorrigible, il décide quand même de se porter candidat à la présidence. Tout en sachant que les prescrits de la constitution le lui interdisent. Mais, tout ça n’était que de la frime, afin de préparer l’opinion à l’éventualité de la postulation de son compère Michel Martelly. Avec lequel il va temporairement se brouiller pour des raisons de partage. Lorsque celui-ci fut sélectionné par les Clinton et les ambassades étrangères, ‘’chef de caste’’ d’une Haïti fictive. De ce fait, ‘’Clef’’ va tenter de retrouver ses pénates, en collaborant avec Shakira dans le morceau : Maria Maria. Et lorsque cette dernière fut l’invitée spéciale du programme ‘’American Idol’’ en s’amenant avec Wyclef comme son guitariste accompagnateur. Personne n’a mentionné la présence de l’enfant de la Croix des Bouquets. Commençant par le présentateur Ryan Cycrest ; ainsi que les juges Simon Cowell, Randy Jackson qui l’ont complètement ignoré.

Un moment embarrassant pour ‘’Clef’’ qui a subi les retombées négatives de ses gymnastiques avec les vilains ‘’tèt kale’’. Ne s’avouant pas vaincu, il se réconcilie avec Lauryn, alors au creux de la vague et Pras, en collusion avec la justice états-unienne. Pour une tournée de réunion en Europe. Laquelle les a pris en Allemagne où ils devaient donner le coup d’envoi au Stade de Munich. Où seulement une poignée de fans ont fait le déplacement, dans un endroit pouvant contenir 75.000 personnes. Une humiliante déconvenue pour Wyclef et sa bande, qui sont obligés d’annuler le reste de la tournée. Mais, il se remue dans tous les sens en se mettant au cinoche. Et s’est même trouvé une performance durant la coupe du monde de 2014 au Brésil. Malgré une carrière musicale qui a pris bien de plomb dans l’aile. Pourtant, c’est dur de penser que l’ancien « Fugee » en reste là. Sans oublier, la sortie de sa biographie anticipée : ‘’L’histoire d’un immigrant’’ :’’An Immigrant’s Story’’, de toutes ces choses là !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here