Pleins feux sur Destinoble Barrateau (Cayes, 1915 – Idem, 2001) « Un étalon discret »

0
54
« Doux souvenir » un album du groupe Panorama des Cayes du saxophoniste, maestro Destinoble Barrateau et du chanteur Raymond Oscar!

Comme la plupart des musiciens de cuivres, c’est dans la fanfare de sa ville natale qu’il apprit à jouer le sax et aussi la clarinette. Explorateur d’envergure, il assembla un groupe d’amateurs et d’aspirants dévoués à sa cause, dans une croisade de valorisation des paramètres régionaux, parcourant toute la zone, animant les fêtes champêtres et patronales. Afin de mettre le Grand Sud au pas des multiples randonnées bacchanales ; dans la mise sur orbite d’une méringue locale. Bien qu’au préalable, la domination des rythmes haïtiano-cubains de l’époque, lui inspirât la cadence triangulaire, un rythme essentiellement ternaire et aussi la cadence totale dont il explora les bases orchestrales. Il s’associa aussi et prit sous ses ailes, son jeune copain Nemours Jean Baptiste qui faisait souvent le trajet, Port-au- Prince – Cayes pour venir jouer le banjo dans son groupe et se familiariser avec le sax sous son instruction.

Barrateau s’est illustré comme un musicien multidimensionnel, un multiinstrumentiste, un saxophoniste au phrasé transparent et limpide, assorti de débordements faits de retenues. En tant que leader du «Méridional» puis du «Panorama», il engagea ces groupes dans un retour à la source, cultivant la méringue native. Il fut, de ce fait, consacré, éminent chef d’orchestre, et conquérant du grand public cayen. Les grands rendez-vous des soirées mondaines au Club Marabout des Cayes devinrent son fief indisputable. Dans un pays où la pratique de l’art s’est avéré de plus en plus difficile, Barrateau s’est fait un devoir de transmettre sa connaissance à la  pépinière en prodiguant aussi des cours de musique dans différents établissements scolaires de la ville des Cayes, avec autant de passion que de patriotisme.

En août 1997, il se produisit à Montréal, sur l’invitation des dirigeants de l’association régionale des Cayes. Les années n’ont pas paru entamer la vigueur de ce robuste vieillard qui a gardé tout son souffle. Il reçut pour l’occasion une plaque d’honneur, le remerciant de s’être consacré à l’épanouissement des jeunes talents de sa communauté, depuis plus de soixante ans. Barrateau est resté, jusqu’à sa mort le 31 Mars 2001, un de ces musiciens légendaires fidèles à la mission de perpétuer la valeur de l’art, chose si rare à trouver de nos jours.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY