Ouverture des classes 2018 sur fond de protestation!

0
175
Le couple présidentiel a profité de cette occasion pour se faire photographier avec une poignée d’élèves et s’engager dans une sorte de propagande insignifiante.

Un fort taux d’absence d’élèves a été remarqué dans les rues et notamment dans certaines écoles de la capitale et de plusieurs villes de province à l’occasion de la rentrée scolaire du lundi 3 septembre 2018. C’est la situation économique dans laquelle vit le pays qui indique ce haut taux d’absence, puisque la majorité de la population pour ne pas dire toute la population ne connait qu’un seul emploi : le chômage.  Celui ou celle qui a la chance de trouver un quelconque boulot fait face à une exploitation sans mesure, gagne un salaire de misère,  insignifiant ne pouvant même pas garantir un plat chaud à une famille. Les parents pauvres du pays ne pouvaient en aucune circonstance répondre aux exigences scolaires.

De nombreuses écoles de la capitale, privées ou congréganistes, ont ouvert leurs portes, mais sans élèves. Malgré tout, sans aucune gêne, le Président de la République, Jovenel Moïse, accompagné de son épouse Martine Moïse et d’autres fonctionnaires dont le ministre Pierre Josué Agénor Cadet de l’Education nationale et de la formation professionnelle, du Président de la Commission Education à la Chambre des Députés Mr Kétel Jean-Philippe, du Directeur Général du ministère de l’Education nationale et de la formation professionnelle, Meniol Jeune ; le Directeur Général de la Compagnie de transport scolaire Dignité Romuald Piard et la Coordonnatrice du Programme National de Cantines scolaires, Phanèse R. Laguerre ont lancé au Lycée Célie Lavois, situé à l’angle des rues Capois et Nicolas la rentrée des classes de l’année académique 2018-2019.

Pour le ministre du gouvernement démissionnaire de l’Education Nationale, Pierre Josué Agénor Cadet, la réouverture des classes de l’année académique 2018-2019 le lundi 3 septembre 2018 est une bonne rentrée des classes et il s’est dit satisfait de sa réussite.

Le couple présidentiel a profité de cette occasion pour se faire photographier avec une poignée d’élèves et s’engager dans une sorte de propagande insignifiante. C’est sous le thème abstrait : « Une école inclusive pour une nation solidaire » que le gouvernement démissionnaire se donne un certain satisfecit comme quoi il est en train de faciliter l’accès à l’éducation et aussi à une formation de qualité pour tous.

Le gouvernement a simplement choisi quelques endroits pour faire don de manuels et de kits scolaires, d’uniformes ce qui pour lui a représenté la participation satisfaisante de l’Etat  à l’encadrement nécessaire aux jeunes écoliers d’aujourd’hui. Quel toupet !

La réalité est telle que même les professeurs ont brillé par leur absence. Dispersés par des policiers à l’aide de gaz lacrymogènes, plusieurs dizaines d’enseignantes et d’enseignants ont de préférence manifesté, dans les rues de Port-au-Prince, pour dénoncer les dérives au sein du gouvernement telles que la corruption dans la gestion des fonds publics particulièrement au Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp). Sauf au lycée Toussaint Louverture à Port-au-Prince, le directeur a indiqué que tous les enseignants étaient présents mais malgré cela, il ne pouvait pas fonctionner puisqu’il n’y avait pas d’assez d’élèves dans les salles de classe, 28 seulement en tout avaient fait le déplacement.

A Jacmel, certains enseignants et enseignantes du groupement des éducateurs et éducatrices pour une nouvelle éducation dans le Sud-Est (GENESE) manifestèrent également leur ras le bol depuis le centre-ville jusqu’aux bureaux de la direction départementale de l’Education du Sud-Est.

Même constat catastrophique dans les autres villes de province comme à Petit Goave, aux Cayes et à Port-de-Paix où des parents ne cessent de solliciter une assistance des autorités gouvernementales et locales.

« L’ouverture des classes ne doit pas être effective pour une minorité d’élèves, pendant qu’une majorité d’élèves restent chez eux » a pour sa part signalé le syndicaliste Josué Mérilien.

Alors que certains responsables des écoles ont déjà reporté la rentrée au lundi 10 septembre, pour le ministre du gouvernement démissionnaire de l’Education Nationale, Pierre Josué Agénor Cadet, la réouverture des classes de l’année académique 2018-2019  le lundi 3 septembre 2018 est une bonne rentrée des classes et il s’est dit satisfait de sa réussite. Bravo, M. le ministre! Pour l’audace, il ne vous en manque pas.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY