Oui, je touffe

0
453
Jimmy Chérizier, alias Barbecue : un dandy de bandit tiré à quatre épingles, l’arme au cou et au poing ; la cible du BINUH, du RNDDH et de Madame La Lime.

Ce n’est pas la première fois, dans les colonnes de ce journal, que je prends d’agressives libertés avec la langue de Molière. C’est un héritage d’un ami, un loustic qui aimait dire, entre autres loustiqueries et loufoqueries : « je suis peur et même craint ». C’est aussi, chez moi, la manifestation d’une sorte d’idée folle à régler un dernier compte avec le colonialisme français, de leur asséner une dernière frappe sur la butte Charrier. Mais, mes deux pieds étant plantés dans la réalité, alors je m’en prends à la langue de l’ancien colon à laquelle je prends plaisir à tordre le cou. Aussi, au lieu d’écrire j’étouffe, j’ai préféré écrire je touffe, enfonçant une dague militante au flanc du ‘‘beau parler français’’.

L’indignité, l’insignifiance, la bêtise de la gente politicienne haïtienne est telle que l’air du pays est devenu irrespirable. L’oxygène du bon sens, de l’honnêteté s’est raréfié à un point tel qu’on a l’impression d’étouffer. C’est à se demander où est passé le sens des responsabilités pour ne pas dire la notion élémentaire de moralité chez nos dirigeants. Imaginez un (ancien) Premier ministre, en l’occurrence le vilain Jouthe Joseph, qui a eu l’impudence, l’effronterie, le culot d’avouer en public qu’il entretient des relations personnelles, voire privilégiées, avec des malfrats, des gangs. Le pire c’est que personne dans le gouvernement, encore moins le président, ne s’en est ému voire indigné. Alors, vous voyez pourquoi, je touffe d’indignation. 

Je lis, j’écris, j’écoute, je rassemble des données, j’essaye d’analyser, de synthétiser, n’est-ce pas une façon de respirer l’air politique ambiant ? Mais voilà, quand le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a sorti un rapport, boiteux à mon avis, présentant le bilan des évènements survenus à Bel-Air (il s’agit de violences extrêmes de gangs et de tueries) du 4 au 8 novembre 2019, c’est vrai que ça fait un bout de temps, n’empêche, j’en ai pris un coup, même plus d’un coup, et du coup je respire avec difficultés, oui, je touffe. Lisez bien, tenez-vous bien, et pensez-y bien. 

Dans le rapport du RNDDH, sont indexés le gang dirigé par l’ex-policier Jimmy Chérizier, alias Barbecue, et divers gangs de Bel-Air aidés de plusieurs policiers (sic).  En substance, le Réseau rapporte que Jimmy Chérizier, alias Barbecue, avait été chargé par les autorités exécutives de ‘‘déblayer les rues’’ de Bel Air (resic) obstruées par des barricades en colère contre Jovenel et qui ne devaient pas plaire à la jolie Dame du Perpétuel Secours.

Presto, Jimmy avait alors lancé ses barbouzes lourdement armés jusqu’au cul sur plusieurs blocs de la zone avec le concours d’agents de la Brigade d’Opération et d’Intervention Départementale (un autre sic). Il y eut un ratiboisage qu’eût envié Charles Oscar. À titre de représailles, et fesses au vent, des groupes armés évoluant au Bel-Air sont partis attaquer les fiefs de Jimmy Chérizier, Laborde et la rue Saint Martin  « avec le concours de certains agents de la PNH (sic, trois fois sic), alourdissant ainsi le bilan des personnes tuées, blessées par balle et des maisons incendiées ». 

RNDDH a sorti un rapport, boiteux à mon avis, présentant le bilan des évènements survenus à Bel-Air

De façon étonnante, le RNDDH, dans sa section ‘‘Bilan des événements survenus au Bel Air ’’, rapporte de façon extrêmement détaillée ce qui s’y est passé : personnes tuées par balles, personnes blessées par balles, maisons criblées de balles, maisons incendiées, transformateurs endommagés, véhicules incendiés. Toutefois, les victimes et dommages physiques encourus à Laborde et à la rue Saint Martin ne font l’objet que de quelques lignes. Pourquoi ce déséquilibre ?

  Je me débats dans l’incertitude ; l’oxygène d’un compte-rendu équilibré, sans fòskote me manque. Ce rapport m’embarrasse et je ne puis songer qu’il y ait eu attaque du Bel Air par la bande à Barbecue suivie de riposte des Belairiens sur les territoires de Jimmy, et que le RNDDH ne se soit livré à une investigation minutieuse, détaillée que d’un seul côté. De l’impartialité s’il vous plaît, Pierre Espérance ! Vous êtes Pierre et sur cette pierre sont bâtis tous les espoirs d’un rapport juste, équilibré. L’air se raréfie, ‘‘Pierrot’’. Que l’oxygène soit ! Sinon, je touffe

Dans ce rapport du RNDDH, il y a autre chose qui alimente la raréfiance de l’air. À en croire le ‘ Réseau’, des officiels, le ministre de l’Intérieur Pierre Josué Agénor Cadet et le secrétaire d’État à la Sécurité publique, Léon Ronsard Saint-Cyr, auraient approché les jeunes de Bel-Air, un euphémisme pour désigner les gangs du coin. En fait, « Le ministre de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Pierre Josué Agénor Cadet, a été la première personnalité du gouvernement à entrer en contact avec des jeunes de la zone de Bel-Air dans le but de leur demander de mettre fin à leur mouvement de protestation et de laisser aux autorités le soin de lever les barricades. Il n’a pas réussi à les convaincre ». Ce qui laisserait sous-entendre que des échanges ont eu lieu à l’amiable, ‘‘proprement’’.

Helen La Lime, représentante de l’ONU en Haïti. Elle porte bien son nom, celle qui n’a pas arrêté de limer la colère populaire contre Jovenel, le chien de garde du gang international à complots contre les peuples assoiffés de liberté.

Mais, avec Barbecue, les communications se sont faites, disons ‘‘salement’’, puisque, selon le RNDDH : « Il est reproché au secrétaire d’État à la Sécurité publique, Léon Ronsard Saint-Cyr, d’avoir engagé le chef de gang Jimmy Chérizier […] Il lui a promis, pour la réalisation de cette tâche, une forte somme d’argent de laquelle Jimmy Chérizier, alias Barbecue, a déjà reçu une partie en liquide ainsi que plusieurs motocyclettes ». Bondye manman m ! Façon de discréditer, de salir Chérizier, le corrompu quoi, contrairement aux ‘‘jeunes’’ de Bel Air, eux-mêmes des types ‘‘propres’’ que n’attire pas l’odeur du fric. Ah ! Espérance, vous êtes dur. Non, la brise en provenance du ‘Réseau’ ne souffle pas l’impartialité, je manque d’oxygène ; oui, je touffe.

Le ‘‘bon’’ ministre Saint Cyr contrairement au ‘‘bon’’ roi Dagobert n’a pas mis sa culotte à l’envers ; non, il n’a pas graissé la patte à Barbecue. L’insinuer, de la part du RNDDH, était déjà presque un crime de lèse-autorité. D’ailleurs, écrit l’organisation des droits humains, Saint-Cyr « estime qu’à titre d’homme d’État, il ne saurait se lier à des bandits (sic) dont la place est derrière les barreaux ». L’indignité, l’insignifiance du rapporteur du RNDDH, Pierre Espérance (au petit nom jouet de Pierrot) est telle que celui-ci ne s’est même pas donné la peine de mentionner que (l’ex-Premier ministre) Joute Joseph, le mec de toutes les bêtises, sottises, conneries et indigniteries était bien de mèche avec les malfrats, le président aussi, pourquoi pas lui Saint Cyr ? Voyons Espérance, vous n’êtes pas né de la dernière pluie. Vous avez bien connu le déluge Sweet Micky, ‘‘ quarante jours et quarante nuits’’ d’imposture. Non, je me sens mal à l’aise, je manque d’air, Pierrot ; oui, je touffe.

Ce n’est pas tout. Depuis la lettre de Marie Yolaine Gilles en 2007 claquant la porte au nez de Pierre Espérance parce que, entre autres choses « Monsieur le Directeur Exécutif, vous êtes plus que parjure en acceptant de plonger dans la boue immonde de la corruption que vous êtes censé dénoncer et combattre », nous avons toujours exercé beaucoup de réticence et de kanpe lwen envers le PDG du RNDDH, Pierrot le boueux, le parjurier.

Indépendamment de l’opinion que l’on peut avoir de Jimmy Chérisier alias Barbecue, en tant que chef de gang, l’observation suivante ne peut échapper à l’attention d’un esprit avisé, impartial. En effet, dans le rapport du RNDDH relatif aux évènements survenus à Bel-Air du 4 au 8 novembre 2019 sont indexés LE gang dirigé par l’ex-policier Jimmy Chérizier, alias Barbecue, et DIVERS gangs de Bel-Air aidés de plusieurs policiers. Pourtant ledit rapport consacre toute sa section IX (sur onze) au seul Chérizier : PRÉSENTATION DE JIMMY CHERIZIER ALIAS BARBECUE alors que ne sont même pas cités les noms des chefs des DIVERS gangs de Bel-Air. Le nom de Chérizier y revient 49 fois. Ne me toufe pas, Pierrot, l’air me manque, j’ai besoin de respirer. 

Tous les éléments du rapport du BINUH ressemblent étrangement à ceux du RNDDH, comme pitit ak papa.

Par ailleurs, dans la dernière section de son rapport, le RNDDH estime « inqualifiable » la tâche dévolue à Chérizier par les autorités exécutives de déblayer les rues, son intervention brutale et meurtrière à Bel-Air au début du mois de novembre, suivie de représailles non moins meurtrières dans le fief de Jimmy par des gangs de Bel Air. Il est « regrettable », poursuit le RNDDH, que la population de Bel Air ait été forcée d’abandonner la zone pour échapper à la fureur des bandes armées dont l’une, celle dirigée par Jimmy CHERIZIER alias Barbecue, est utilisée par l’Exécutif pour régler ses affaires politiques. » Ah ! le dos large de Chérizier.

Le RNDDH juge « inadmissible que, malgré les dénonciations relatives à l’implication de Jimmy CHERIZIER, alias Barbecue dans différents massacres, à date (sic), il n’a jamais été interpellé pas plus qu’il n’ait fait l’objet de poursuites judiciaires. Pourtant, les rapports d’enquête de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), de l’Inspection générale de la police nationale d’Haïti (IGPNH) et d’organisations de défense des droits humains fournissent des indices clairs et concordants sur le rôle qu’il joue généralement dans ces différents massacres. » Sans prétendre défendre Chérizier, a-t-il jamais été le seul bandit au service de qui l’on sait ?

Quels rapports d’enquête d’organisations de défense des droits humains ? Dans celui dont il est question ici, le RNNDDH fait état de cinq (5) références ; toutes sont du ‘‘Réseau’’. Pas une seule ne provient d’une source différente. Alors ? C’est Marie-Yolène Gilles qui a raison : « Une institution qui fait de la moralité et de l’éthique son cheval de bataille doit être au-dessus de tout soupçon. » La Gilles m’a apporté un peu d’air, une brise rafraîchissante pour que je ne toufe plus. Merci Lèlène. Jimmy Chérizier peut bien avoir pas mal de malfratudes sur la conscience, mais le RNDDH ne peut lui faire porter, principalement, pratiquement seul, le poids des graves et multiples krazebrize des gangs, sans oublier la responsabilité directe ou indirecte de «toutes les personnalités de la classe politique haïtienne et du secteur privé des affaires qui sont de connivence avec Jimmy CHERIZIER » (et d’autres gangs) et dont Pierre Espérance n’est pas disposé à citer les noms, parce qu’il tient à ménager ses arrières ; et il sait trop bien qu’il n’y a pas loin du Capitole (le ‘‘laboratoire’’) à la roche tarpéienne (la pratique du passage à l’infinitif). 

Juste en passant. Dans son édition du vendredi 21 février 2020, rezonodwes.com relate : ‘‘Dans un rapport élaboré par le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, l’ancien policier devenu chef de gang, Jimmy Cherizier alias Barbecue, a été indexé ainsi que d’autres complices, bandits et policiers, dans les événements des 4, 5 et 6 novembre 2019 ayant causé la mort de plusieurs personnes dans le quartier de Bel-Air’’. Tous les éléments du rapport du BINUH (tels que relatés par rezonodwes.com) ressemblent étrangement à ceux du RNDDH, comme pitit ak papa. On voit alors pourquoi l’indignité, l’insignifiance, la bêtise de la gente politicienne haïtienne y compris telle ou telle autre organisation dite des droits humains est telle que l’air du pays est devenu irrespirable. Qui travaille pour qui ? Qui est payé par qui ? Faut-il croire que Madame Helen Meagher La Lime, la perfide Représentante spéciale et Cheffe du Bureau Intégré des Nations Unies en Haïti, la caisse de résonnance du pouvoir corrompu et honni de Jovenel, celle qui n’arrête pas de limer la colère, juste, des masses haïtiennes, doit tirer certaines ficelles ? Anmwe ! zèb demande…

Disons pour finir que Barbecue peut bien s’amuser du rapport du RNDDH et chanter à la Manno Charlemagne: « Do m laj pason laye, yon ‘rapò’ ki vle laye, l a vin laye sou do m. »

9 mai 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY