Nouveau compte à rebours : des manœuvres en tout genre !

0
459

Notre pays devient le théâtre permanent de toutes sortes de contradictions, de discordes et de luttes intestines, depuis qu’une situation de plus en plus incertaine se détériore dangereusement au fil du temps. Haïti reste une plaque tournante et un enjeu d’intérêts divers ; mais individuels aux dirigeants de la classe politique. C’est une marmite qui bout sous le feu de la démagogie, de la confusion, de la mauvaise foi et qui peut à tout moment exploser. Cela reste toujours vrai d’autant que les pièces du puzzle politique dramatiquement complexe se réarrangent au rythme des refrains habituels de prétendus changements et promesses dont on nous assomme à chaque nouvelle crise; sauf que cette fois, décidément le contexte est quelque peu inhabituel.

Voilà pourquoi le spectre de la déstabilisation continue à se profiler à l’horizon du pays pour favoriser l’opportunisme et la démagogie. En effet, la stratégie du gouvernement provisoire de Jocelerme Privert et du Premier ministre Énex Jean-Charles, est non seulement cousue de fil blanc, mais elle cache des desseins inavoués. Le président ne cesse de claironner que la commission de vérification est indispensable et incontournable ; mais il a pris le soin de souligner que c’est « pour faire la lumière sur les élections de 2015 mettant en second tour les candidats à la présidence Jovenel Moïse de PHTK et Jude Célestin de Lapeh ». Le Premier ministre pour sa part a tout bonnement déclaré : « Nous sommes ouverts à une certaine forme de vérification qui soit le plus proche possible de l’accord du 6 février » Ces deux positions tout à fait ambigües ne peuvent être qu’annonciatrices d’un piège bel et bien tendu par l’impérialisme et ses alliés locaux contre le peuple.

Il est évident qu’il y a un complot ourdi contre les aspirations et les intérêts du peuple. Ceci ne fait guère de doute, puisque le peuple lui ne jure que par la vérification totale, nette et propre sur l’ensemble des élections de 2015, qu’elles soient du 9 Aout ou du 25 octobre 2015. Alors que le peuple attend qu’on clarifie les faux députés et sénateurs qui siègent au Parlement, voilà que le nouveau CEP de Privert vient de publier les résultats définitifs pour 69 cartels municipaux élus aux élections du 25 octobre 2015. Sommes-nous en face des grandes manœuvres de l’Occident et des forces réactionnaires ? Qui pis est, quelques heures avant la publication de ces résultats, Privert  exhortait le CEP à élaborer un calendrier électoral et un budget pour le reste des élections qui concernent le second tour de la présidentielle, des élections législatives partielles et des élections locales. Privert et Jean-Charles semblent vouloir apaiser les uns et rassurer les autres pour désamorcer un conflit réel ou potentiel de façon à convaincre les forces impériales de leur donner un peu plus de temps au pouvoir.

Dans ces conditions, la nouvelle manœuvre de Privert est destinée à détourner l’attention populaire du monumental gâchis du pouvoir précédent dont il est également responsable. En effet, il a été président de la commission Finances à la chambre Haute avec pour  mission de veiller à la bonne marche du gouvernement. Mais quelle a été la position de Privert  pendant tout le mandat de Martelly ? Celle d’un sénateur collabo, inexistant au service de la Nation. Il a lui-même publiquement annoncé que Martelly est son ami personnel. Quel patriote conséquent, sérieux, décent, prendrait la chance de s’identifier de la sorte avec Martelly, s’il n’était pas du même acabit que lui ?

L’histoire nous apprend que les crises font avancer les sociétés. Parmi les drames, les déchirements, l’essentiel est que ces crises débouchent sur des solutions qui, non seulement ne ramèneraient pas la société en arrière, mais l’impulseraient vers l’avant. Toute évolution sociale, même la plus négative produit son contraire, en l’occurrence du positif. Sauf en Haïti où les crises ne sont toujours que pour nous faire reculer, nous précipiter le plus rapidement possible vers l’abîme.

Considérons maintenant la position du sénateur contesté de l’Artibonite en Action, Youri Latortue, de la Commission Ethique et Anti-Corruption du Sénat. Quel beau nom de Commission ! Pourtant l’objectif visé du sénateur n’est pas réellement de faire la lumière sur la gestion du fond PetroCaribe comme il l’a laissé comprendre ; mais pour faire équilibre à l’Audit que réclame la population sur les exactions de l’ancien régime. Déjà, il annonce les couleurs en invitant certains anciens Premiers ministres et rappelle au commissaire du gouvernement Jean Danton Léger « à prendre la loi pour boussole dans les poursuites qu’il a déclenchées »

 Des manœuvres à n’en plus finir, alors que le G-8 dans une lettre-réponse au Secrétaire Général de la Présidence signale « ne pas pouvoir participer à cette rencontre de plus pour ne pas donner corps à la perception de ceux qui voient dans la multiplication de ces rencontres une manœuvre dilatoire ou la tentation d’utiliser la Commission comme un outil de chantage ». On se rend bien compte de l’état d’esprit et de l’orientation défaitiste de Pitit Desalin, LAPEH  et MAS du G8 qui ont bel et bien répondu à l’invitation de Privert, à l’instar de Fanmi Lavalas.

A ce compte, aucun secteur politique n’est annonciateur d’espoir pour l’avenir du pays ; un pays occupé, gravement affecté dans sa souveraineté et dans son indépendance. Il ne nous reste qu’une seule chance à prendre pour combattre ces manœuvriers à toute épreuve:  l’organisation du mouvement populaire en toute indépendance politique, impliquant l’idée d’une  séparation d’avec les dirigeants de droite et de fausse gauche. Elle seule peut conjurer le grand danger qui nous menace !

 

 

Haiti Liberté Vol 9 # 40

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY