Non aux stratèges d’opinion pour la consommation!

0
500

Tous les acteurs de la politique politicienne haïtienne ont le talent de romanciers. Ils possèdent le secret de nous conduire dans des pages politiques fantastiques sans jamais nous lasser et sans que l’intérêt des histoires qu’ils racontent se démente un instant.

A chaque moment, ils inventent quelque chose de façon à tenir les masses populaires en haleine comme quoi quelque chose serait sur le plan de construire contre le régime en place. Il se révèle de plus en plus que la vie politique haïtienne n’a qu’une seule tendance, celle de s’inscrire davantage dans le contexte de continuer à tromper la grande majorité au profit de la minorité dirigeante et insouciante.

En vérité, toutes leurs prises de position n’ont qu’un seul but : initier une sorte d’attentisme pour détourner enfin l’attention sur la réalité. En d’autres termes, une forme d’anesthésie de la conscience des masses populaires.

Ainsi en est-il, par exemple de la question de la loi de finances qualifiée de criminelle par le peuple. Tous les bruits se sont tus à ce sujet ; vu qu’après de rudes tapages médiatiques, de déclarations enflammées pour le départ de Jovenel Moise, cette page est complètement tournée par les dirigeants de ladite opposition. C’est le silence des cimetières et on ne les entend plus en parler comme quoi ce pan d’histoire des revendications des masses est désormais ou dorénavant classé sous la couverture de « Tout est bien qui finit bien ».

La question est de savoir si certaines initiatives sont une injection de morphine pour chloroformer les aspirations sociales des masses en lutte pour un lendemain meilleur ou une injection de vitamines destinée à renforcer leurs volontés dans le combat pour un changement fondamental ?

A ce stade, on assiste à une machination consciemment montée, mais dérisoire qu’on peut facilement assimiler à une lamentable affaire d’ambition personnelle, puisqu’il existait beaucoup de précédent. Après le carnaval, la saison des manifestations peut paraitre sans grandes recettes populaires ; ainsi une vaine tentative est déjà en vente. Des avocats tout aussi bien certains dirigeants politiques annoncent la couleur au sujet du rapport de la commission sénatoriale sur les fonds de Petro Caribe. Si vous les entendez parler à pleine gorge, vous pouvez même croire qu’ils ont finalement trouvé une alternative valable et durable pour mettre le régime au pied du mur. Les medias eux-mêmes ne font que relayer à satiété leur projet. Et puis rien !

il y aura encore des débats ; un ramassis de politiciens faisant la promotion tant bien que mal des idées pour la consommation, et puis, Rien !

C’est dans ce contexte qu’il faut replacer les récentes initiatives du secteur démocratique qui s’élève, abandonnant le terrain de la lutte populaire pour se jeter dans des cabinets privés d’avocats. Mais, comme toujours, ces initiatives ne profiteront on ne peut mieux qu’au pouvoir, notamment ce nouveau cheval de bataille extrêmement bien venu en ce début d’année qui ne finira que par échouer, soyez en sûr comme tous les autres. Les signes évidents se multiplient en montrant que l’évolution de la situation politique est déterminée par l’émergence de plus en plus de conspirateurs contre la cause du peuple et ils sont en fait de deux sortes. Il y a des complices évidents de la classe dominante bourgeoise réactionnaire alliés des puissances exploiteuses et ceux qui sont complices par le fait de faire beaucoup plus de diversion au lieu de construire un catalyseur pour un formidable mouvement de masse; vu qu’ils n’ont au départ aucune chance d’aboutir à leurs initiatives qui ne sont que pour la consommation nationale, tant ils sont inconsistants dans leur lutte qui ne se résume qu’à des mots d’ordre ou à des slogans creux qui ne font que taire la voix des masses populaires.

D’un coté, le gouvernement est en train de faire de la publicité, quand de l’autre les activistes de l’opposition eux-mêmes en font le leur ; tous pour la consommation de l’opinion entrainant par ainsi les analystes politiques, les experts à donner par-ci par-là leur point de vue à travers des émissions à antenne libre ou invités spéciaux, des opinions, seulement des opinions qui ne font rien avancer, ni changer.

A la fin de la semaine, il y aura encore des débats ; un ramassis de politiciens faisant la promotion tant bien que mal des idées pour la consommation, et puis, Rien ! Un fait à remarquer dans ces débats, tous les protagonistes même quand ils ne défendent pas la même enseigne politique, ils ne sont que des amis respectueux et respectés l’un à l’autre. Ils ne sont jamais véritablement des ennemis ou opposants politiques ayant des divergences fondamentales de classe ; mais bien des amis ayant des positions présentement différentes ; mais liées par les mêmes liens idéologiques.

La résistance haïtienne ne doit pas compter sur ces caméléons, ces adeptes de la capitulation et de la trahison ; ils ne sont que des stratèges d’opinion pour la consommation. La résistance populaire ne doit que s’amplifier, plus forte, plus déterminée et plus radicale dans l’organisation pour le changement entrainant par ainsi que les masses soient les véritables artisans de leur destinée.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY