Marche pour retrouver Vladjimir Legagneur

0
180
La marche a débuté sur la place de la Constitution au Champ de mars avec des manifestants journalistes, parents et amis de la victime, tous munis de pancartes, de banderoles et de t-shirts à l’éffigie de Vladjimir.

Le mercredi 28 mars 2018, une grande marche silencieuse de journalistes a eu lieu dans la capitale pour demander aux autorités concernées de faire diligence pour retrouver le journaliste photographe Vladjimir Legagneur disparu, depuis plus d’une quinzaine de jours.

Au centre Fleurette Guerrier Legagneur l’épouse du journaliste disparu

Comme il a été prévu, la marche lancée par Média Info Plus, Kolektif 2 Dimansyon (K2D) et l’Union des journalistes photographes haïtiens (Ujph), a débuté sur la place de la Constitution au Champ de mars ; les manifestants journalistes, parents et amis de la victime, tous munis de pancartes, de banderoles et de t-shirts à l’effigie du journaliste.

La foule comme en une procession s’est arrêtée devant  différentes institutions du pays pour délivrer un message : au Ministère de la communication, à l’Office protection du citoyen (Opc), à la Direction départementale de l’Ouest de la Police nationale d’Haïti (Pnh), à la Commission épiscopale (catholique romaine) Justice et paix (Jilap) et au parquet de Port-au-Prince.

Nous exigeons que la PNH prenne ses responsabilités afin que le pays puisse connaître la vérité sur ce dossier

A la première station devant le ministère de la Justice et de la Sécurité publique à l’avenue Charles Sumner, c’est la journaliste Lunie Joseph de Radio Zenith qui a eu l’honneur de porter le message « Nous exigeons que la lumière soit faite autour de la disparition de notre confrère Vladjmir Legagneur de sorte que la vérité éclate sur ce qui s’est passé. La corporation et sa famille invitent les autorités à prendre leurs responsabilités afin que le pays puisse connaître la vérité sur ce dossier »

Une vue partielle de la manifestation

« Nous ne comprenons pas l’indifférence et la passivité de certains défenseurs des droits humains concernant la disparition de notre frère Vladjimir Legagneur ; alors que la presse et les organismes de défense des droits humains ont toujours travaillé ensembles » a pour sa part declaré Jeanty Junior Augustin, membre de l’Union nationale des journalistes photographes haïtiens devant l’Office de la protection des citoyens (OPC), de la Direction départementale de l’Ouest de la PNH (DDO) et devant le local de la Commission épiscopale Justice et paix (CE-JILAP).

C’est vers les onze heures trente que la marche est arrivée à sa destination finale, le Parquet de Port-au Prince au Bicentenaire. Et ce fut le tour de Édine Célestin, membre du K2D de passer son message « Ce dossier est un nouveau test pour la justice haïtienne…. » « Maître Ocname Clamé Daméus, étonnez-nous cette fois. DCPJ, étonnez-nous cette fois. Michel-Ange Gédéon, étonnez-nous cette fois ».

Par ailleurs, au cours d’une rencontre avec les enquêteurs de la police judiciaire le lundi 2 avril, Fleurette Guerrier Legagneur a reçu un coup dur  en identifiant que le chapeau qu’on a trouvé avec les ossements à Grand-Ravine est bien celui que portait Vladjimir.

Selon Guyler C. Delva,  deux personnes suspectes ont été arrêtées et « la police a déjà récupéré le téléphone portable de Vladjimir Legagneur qui était entre les mains de ces individus »

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY