Manifestation du groupe «Fantom 509»

0
780
Le groupe « Fantom 509 » n’est pas un groupe de bandits, ils sont en effet des policiers actifs qui se sont regroupés sous ce nom pour revendiquer leurs droits au sein de la police.

Le groupe « Fantom 509 » n’est pas un groupe de bandits, ils sont en effet des policiers actifs qui se sont regroupés sous ce nom pour revendiquer leurs droits au sein de la police. Rappelons que ce groupe avait apporté un grand support au syndicat de la police dans la lutte pour sa reconnaissance.

Des voitures au ministère de l’Économie et des Finances incendiées.

Ce sont eux, à nouveau, accompagnés de certains partisans au sein de la population qui le lundi 27 Avril ont manifesté dans certaines rues du pays. C’est à Delmas que la manifestation a été entamée et leur première cible n’a été autre que les bureaux de l’ONA à Delmas 19.

Outre leur slogan qu’ils répètent à satiété « un salaire de base de 50,000 Gourdes et des frais mensuels de 25,000 Gourdes », ils exigent le paiement d’arriérés de salaire des agents issus de la 29e et de la 30e et ont également fait savoir qu’ils ne veulent pas le projet ONA-police que le gouvernement voulait attacher à leur cou. Dans ce cas, c’est ce qui explique leur hargne contre le bureau de l’ONA où ils ont défoncé la barrière principale, mis le feu à des véhicules et forcé les employés de cette administration à abandonner leur poste.

Une vue de la manif des policiers.

Ils ont continué leur protestation en logeant la route de Delmas, où il y a eu une autre altercation entre Delmas 48 et Delmas 69. Cette fois ce fut un affrontement entre policiers. Puis les manifestants ont pris la direction du centre-ville et se sont rendus à l’avenue Charles Sumner où est situé justement le ministère de l’Économie et des Finances.

Des policiers du groupe « Fantom 509 ».

Les policiers encagoulés ont défoncé la barrière principale du ministère avec Nissan Patrol au Service de l’État haïtien. Ils ont tout saccagé dans la cour du ministère, en tirant sur les voitures garées allant même jusqu’à mettre le feu à certains véhicules incluant la voiture du ministre de l’Économie et des Finances. Beaucoup de bureaux ont été également écrasés par les agents de la PNH en révolte.

De gauche à droite, le ministre de la justice et de la Sécurité publique d’Haïti, Lucmane Délille et le Premier ministre Jouthe Joseph.

Le ministre de la justice et de la Sécurité publique d’Haïti, Lucmane Délille a condamné les actes des policiers et a demandé à la police d’arrêter les policiers fautifs, en l’occurrence les auteurs de ces actes malhonnêtes.

Par ailleurs, quelques jours avant cette manif policière, soit le 25 avril, dans un communiqué de la Primature signé par le Premier Ministre Joseph Jouthe, il a été ordonné au Ministère de l’Économie et des Finances de livrer à l’administration de la PNH, : 1,967 chèques d’arriérés de salaires de policiers, répartis ainsi : 704 chèques correspondant à 6 mois arriérés de salaires pour la 29e Promotion (octobre 2018 à février 2019) ; 690 chèques d’arriérés de grade et 573 chèques d’arriérés de salaire pour la 30ème Promotion (octobre 2019 à avril 2020).

Au gouvernement de prendre ses responsabilités.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY