L’impossible rendu possible !

0
826

Il ne fait aucun doute que les maux du pays sont sérieux : pauvreté endémique, inflation, malnutrition et inégalité profonde entre un petit noyau de privilégiés cyniques et une majorité d’exploités et d’opprimés vivant à la limite de la survie.

Le pays traverse une tragique période marquée au plus haut niveau de l’Etat par l’incompétence, la corruption, la duperie, la mauvaise foi et les mensonges éhontés. Mais le pire de tout cela, c’est quand des malfrats chargés d’une certaine mission, munis d’armes automatiques, occupent certains endroits en toute impunité tout en semant sans limites la terreur au sein d’une population qui ne sait à quel saint se vouer pour se débarrasser ou arrêter cette escalade criminelle.

Tandis que le pays continue à s’enfoncer davantage, l’insécurité s’installe sur l’ensemble du territoire de plus belle. Il a fallu un événement de faible ampleur pour changer la donne. L’étincelle allumée au Canapé-Vert le matin du lundi 24 Avril a réveillé le sang Dessalinien chez les masses populaires chez qui se sont réveillées conviction, motivation et confiance en soi à surpasser les obstacles du moment. En un clin d’œil, l’alternative a été déclenchée de sorte que les masses populaires comprennent à l’instar de nos ancêtres, que c’est : Grenadiers à l’assaut ! Ce n’est que par leurs propres déterminations de lutte qu’elles pourront faire échec aux agissements criminels qui les terrorisent depuis assez longtemps.

En un clin d’œil, l’alternative a été déclenchée de sorte que les masses populaires comprennent à l’instar de nos ancêtres : Grenadiers à l’assaut !

En l’espace d’une semaine, ce qui semblait impossible est devenu possible. Depuis, la police nationale apporte son soutien au processus de la stabilité grâce à la volonté populaire. Mais, cela ne signifie guère qu’il s’agit d’un projet supporté par le régime actuel. D’ailleurs, il convient de s’interroger sur ce gouvernement qui ne mise que sur l’insécurité pour assurer sa survie, alors même que le peuple ne demande que de la sécurité. Du reste, les membres du Conseil Supérieur de la Police Nationale (CSPN), en général n’apprécient guère aucun mouvement qui va à l’encontre de leurs intérêts politiques soit de maintenir intact le statu quo pour que rien ne change.

La tension populaire qui existe aujourd’hui les tourmente profondément et a même forcé le Directeur général de la Police Nationale d’Haïti  (PNH), Frantz Elbé, à solliciter malgré lui la consolidation du mariage police-population pour continuer la lutte contre le phénomène des  bandes armées. Il ne faut pas être naïf et ne pas se laisser prendre dans une diplomatie trompeuse, dans un faux discours. Les préoccupations d’Elbé ne sont pas celles de la population qui aspire à une paix durable. Ce policier haut-gradé est loin d’être favorable à la stabilité qui, par voie de conséquence lèse ses propres intérêts économiques, dans la mesure où si l’insécurité ralentit le niveau d’affaires de ses entreprises de sécurité va tout bonnement décroitre.

Il est évident que dans certains endroits des policiers de leur propre initiative collaborent avec le peuple, mais cela ne fait nullement partie d’un projet global des autorités policières ou gouvernementales. L’opération Bwa Kale qui met la pression sur les forces de l’ordre n’est pas non plus une initiative de la classe politique ni de la bourgeoisie corrompue qui l’entretient. Ce n’est pas le gouvernement du Premier ministre de facto Ariel Henry qui organise, ni mobilise avec dynamisme les masses populaires dans cette initiative et dans l’application de cette orientation.

Le transfert à Léogâne de Jean Wilnique, le Responsable du Sous-commissariat du Canapé-Vert, pour le remplacer justement par l’Inspecteur Fanès Toussaint prouve que les autorités n’ont pas digéré l’incident déclencheur qui a accouché ce phénomène populaire.

Etait-ce pour détourner l’attention et freiner le mouvement populaire en marche, que soudain, le Haut Conseil de Transition (HTC) de madame Mirlande Manigat a annoncé qu’il allait organiser un Forum sur la sécurité les 16 et 17 mai 2023, qui, finalement a été reporté à une date ultérieure. Le peuple n’a besoin d’aucun Forum trompeur, il s’est réveillé. Il peut lui-même dénicher les grands caïds du kidnapping ainsi que leurs associés au sein de la bourgeoisie et de la classe politique en général. Il n’y aura rien à attendre de ce genre de grand-messes. Seul le combat des masses ouvrira la voie à la préservation de la sécurité dans le pays.

cette mobilisation confirme l’action collective des masses aspirant à un authentique changement

Comme les masses populaires sont les maîtres, les constructeurs et exécuteurs même de la lutte pour le changement, la question maintenant est de savoir comment canaliser cette force créatrice inépuisable ? Car mettre en action des centaines, voire des milliers d’individus est la méthode la plus révolutionnaire, la plus active qui soit permettant ainsi d’accélérer au maximum la construction de la nouvelle Haïti.

Que cette mobilisation confirme l’action collective des masses aspirant à un authentique changement de sorte qu’elle donne un nouveau contenu au principe selon lequel : la libération véritable doit être le fruit de la propre action unie et organisée des masses.

Derrière cette absence de sécurité se dessine le visage effroyable de la décomposition du système capitaliste. À la lumière de cela, le peuple haïtien doit comprendre que pour rendre possible l’impossible, sinon pour être l’artisan d’une nouvelle Nation et bâtisseur d’un nouvel Etat, ce n’est que par sa propre lutte qu’il fera échec à toutes les manœuvres et ingérences des impérialistes et de ses laquais locaux.

Que les masses continuent de rendre possible l’impossible sciemment voulu par les autorités en place !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here