L’escalade de l’oncle Sam pour briser la résistance !

0
753

Le glas a bel et bien sonné pour Martelly et Lamothe. Depuis la mise sur pied de l’ « Opération Burkina Faso », la panique s’est emparée de tous ces gens qui tirent profit de leur fidélité et de leur allégeance au régime pourri et corrompu de Martelly-Lamothe. Les quatre pneus de l’appareil gouvernemental ont éclaté et le pouvoir en place ne jouit même plus du soutien d’une partie de la bourgeoisie qui, pourtant, profitait de ce régime de répression et de pillage pour s’enrichir insolemment.

Tout récemment, le beau-frère du président s’était précipité dans les manifestations populaires anti-Martelly et Lamothe pour dénoncer le Premier ministre. Voilà que maintenant, c’est au tour des Etats-Unis par le truchement de son ambassade de manifester son inquiétude en convoquant six partis politiques de l’opposition à une réunion, question de s’assurer une monture de rechange afin de satisfaire leurs positions et intérêts coloniaux et éviter que le scandale n’éclate au grand jour.

Rappelons que c’est dans la soirée du jour même de cette convocation que Martelly, dans une adresse à la nation, a fait son testament en montrant clairement que ses nerfs sont épuisés ; et pour cela, il a passé le flambeau à une commission présidentielle de consultation pour ne pas dire un gouvernement de salut public pour décider à sa place de la meilleure façon de sortir de la crise. Signe démissionnaire d’un pouvoir moribond et discrédité ! Si cette commission était honnête, elle aurait exigé tout bonnement comme le demandent les masses populaires le départ ipso facto du duo Martelly-Lamothe. Ce peuple exploité, brimé, engagé dans un combat sans merci pour s’affranchir du joug du pouvoir, que peut-il attendre de positif d’un Gérard Gourgue, d’Evans Paul, de Mgr Patrick Aris, du Pasteur Chavannes Jeune, de Paul Loulou Chéry, de Mme Odette Roy Fombrun, de Gabriel Fortuné, de Réginald Boulos, de Rony Mondestin, de Charles Suffra jusqu’à Ogé Beauvoir ? Ces figures empaillées de musée font partie du système et ne peuvent être d’aucun secours aux attentes du peuple haïtien.

Nous du journal Haiti Liberté, nous ne sommes nullement étonnés de l’accumulation des échecs du régime et de la position des Etats-Unis qui n’est autre que l’auteur de cette gabegie politique imposée au peuple haïtien. Si aujourd’hui, le pays reste ingouvernable, les Etats-Unis et ses alliés en sont les principaux responsables. Le moment n’est il pas sans doute venu de constater également l’échec total des forces occupantes de la Minustah ? D’ailleurs, il faut signaler que cette rencontre à laquelle les 6 partis politiques de l’opposition ont été invités, se présentant docilement devant leur patron, sans le moindre signe de rébellion, ne fait qu’apporter des preuves irréfutables de la mentalité restavèk de maints de nos dirigeants politiques, toujours prêts à se soumettre aux manœuvres du maître blanc. Seul Fanmi Lavalas pour une fois a fait preuve de courage en ne se rendant pas à cette mascarade d’humiliation du peuple haïtien.

Cette manœuvre spectaculaire combinée de Martelly et de Pamela White n’est pas une manifestation de vouloir régler la crise, mais relève plutôt d’un machiavélisme sadique qu’il faut dénoncer. De tout cela ressort une chose essentielle : consolider les forces populaires. Le peuple en a assez. Nous n’avons aucune leçon de patriotisme, ni de politique à recevoir des chancelleries impériales. Et c’est la raison pour laquelle des militants de KOD, de Moleghaf, de Mechan et autres organisations populaires, étudiantes, anti-impérialistes ont manifesté à Christ-Roi au local de la Fusion, lieu de la rencontre, contre les forces occupantes et l’ingérence ouverte des Etats-Unis dans la politique interne d’Haiti.

Face à cette nouvelle stratégie de l’impérialisme international aux abois, face à ce danger permanent qui menace la paix et la sécurité du pays, il est indispensable que toutes les organisations populaires, progressistes conséquentes s’unissent et se constituent en un vaste front de lutte anti-impérialiste pour briser toute velléité de reconquête coloniale de l’impérialisme. Jamais les conditions objectives et subjectives n’ont été aussi favorables pour que le mouvement des masses populaires puisse réaliser une percée décisive qui lui permettra de s’imposer sur la scène politique pour jouer à plein un rôle militant, révolutionnaire et dynamique.

Pas de solution à demi. Pas de négociation, ni de médiation, d’arbitrage entre le criminel et sa victime. C’est une évidence, une vérité élémentaire ; vu que l’impérialisme ennemi traditionnel des peuples du monde a toujours soutenu activement l’agresseur face à l’attaqué, le fort face au faible. Mais, ce qu’il oublie c’est que la roue de la révolution, elle, ne s’arrêtera pas. Elle avancera jusqu’à nous emmener aux portes de la victoire !

Il nous faut intensifier les mobilisations contre les fossoyeurs de la liberté pour arracher nos droits à l’autodétermination et à la dignité humaine. C’est sur la détermination inébranlable et la conviction profonde des masses populaires qu’il faut compter pour arriver au port contre le mercenariat téléguidé par l’impérialisme qui poursuit sa tâche ignoble. Ainsi, nous disons Halte à l’oncle Sam ! Puisqu’il fait partie de la crise, il ne peut guère s’ériger en arbitre capable d’apporter quelque solution que ce soit!

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY