Les champions du cynisme!

0
585

Comment interpréter autrement les derniers assassinats qui ont bouleversé l’opinion publique haïtienne et provoqué une situation toute nouvelle face à laquelle chaque citoyen  devrait se situer et assumer ses responsabilités contre l’insécurité en cours. Quoiqu’il en soit, les choses évoluent dans une voie qui indique sans doute qu’on essaye d’exécuter un calendrier de crimes bien planifiés qui aurait pour taches essentielles la mise en panne ou l’ajournement du processus électoral annoncé.

Cet ajournement permettrait non seulement d’augmenter la tension et de donner raison aux forces obscures internationales de sorte qu’elles reprennent leur refrain habituel de toujours, que les Haïtiens ne peuvent rien faire, sans eux ; mais allant même jusqu’à vouloir continuer la politique de l’ancien régime auquel tient encore farouchement l’administration américaine qui en ce moment se montre très hostiles aux actuels dirigeants. Il ne fait aucun doute que  l’impérialisme peut recourir à tous les moyens, utilisant des manœuvres souterraines, toutes les armes possibles ou imaginables pour déjouer et détruire tout espoir, toute perspective pouvant nous permettre de nous envoler de nos propres ailes, puisqu’il nous considère comme sa chasse gardée.

Les revanchards ressuscitent leurs vieux démons à quelques nuances près, dues à une différente conjoncture ; mais ce sont les mêmes techniques, les mêmes méthodes, le même scenario qui renaissent de leurs cendres.

Aujourd’hui comme hier, il utilisera les voies et les moyens les plus ignobles pour retarder toute marche vers le changement. Qui ne se souvient de cette époque, quand des fossoyeurs haïtiens, tueurs à gage,  principaux chefs du sinistre escadron de la mort qu’on appelait FRAPH que dirigeaient Emmanuel Toto Constant et Louis Jodel Chamblain étaient en 1991 payés par la Centrale d’Intelligence Américaine (CIA).  En 2003, encore une équipe d’assassins à gages bien équipés, recrutés au sein d’anciens militaires, cette fois sous la direction de Guy Philippe assisté de Louis Jodel Chamblain n’avait-elle pas semé la terreur jusqu’à l’aboutissement de leur objectif ?  Ce que nous vivons présentement n’est que la pointe de l’iceberg. Ce sont des menaces qu’il ne faut pas prendre à la légère, puisqu’elles justifient la ferme prise de position des réactionnaires internationaux qui ont exprimé leur entière solidarité avec le régime antérieur. Dès lors, il y a vraiment de quoi sonner la cloche d’alarme pour savoir quel sera leur prochain acte ?

Ce qui ne nous étonne pas en la circonstance est l’insouciance délibérément affichée des champions du cynisme qui veulent transformer leur sabotage de la stabilité du pays en une quelconque victoire politique. Ils favorisent dans le pays un climat d’extrême misère et d’incertitude ; alors que les masses populaires doivent recourir toujours davantage au système de «la débrouille» juste pour joindre les deux bouts sous les humiliations et le mépris des classes dominantes sécurisées par les forces d’occupation de la Minustah.

La paix à laquelle rêve le peuple est illusoire. Il n’y aura pas de paix réelle et durable dans notre pays aussi longtemps que des troupes étrangères l’occuperont. Aussi longtemps que les puissances internationales s’ingéreront encore  dans nos affaires intérieures, le mensonge, l’intoxication, l’intimidation, les menaces et le chantage se manifesteraient avec plus de cynisme et de brutalité.

C’est dans ce panorama combien dramatique, que le journal Haïti Liberté entame cette semaine sa dixième année de publication où la presse écrite est dans une situation intenable. Il  n’est un secret pour personne que les journaux  ne se portent pas bien, voire que l’on est une presse engagée dans une lutte anticapitaliste et anti-impérialiste.

Tout en poursuivant sa marche vers l’édification socialiste, Haïti Liberté continuera à imprimer et à identifier sa marque au mouvement de libération nationale des peuples en lutte défendant leurs pays appauvris. Notre vœu, notre sacerdoce est de combattre jusqu’à la victoire finale  l’impérialisme, car il est impitoyable !

Dans la mesure que nous pouvons, nous continuerons à dénoncer les mesures de replâtrage de ce système pourri et corrompu qui nous est imposé, puisqu’il ne pourra jamais réussir.  La nature de cet appareil d’État ne récoltera que des déboires aux conséquences désastreuses et néfastes  quelles que soient les promesses qu’on a pu lui faire et  les assurances qu’il a pu recevoir. Il constitue un obstacle à supprimer de sorte que les masses opprimées du pays jouissent de leur pleine liberté et de leurs aspirations. Seule la volonté populaire et la solidarité agissante manifestée par des peuples frères du monde peuvent nous sortir de ce carcan.

Que notre combat libérateur s’intensifie de sorte qu’il aboutisse à notre deuxième indépendance  nationale !

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY