Le seul avenir possible

0
471

Monter un nouveau gouvernement sous la coupe de l’actuel exécutif haïtien, tel est la priorité des partisans du régime en place pour assurer la continuité de la corruption et renforcer le pouvoir phtkiste. Dans la même veine, une poignée de sénateurs de l’opposition jouant le rôle de mauvais larrons ne demandent pas plus que le cabinet ministériel soit au moins constitutionnel. Comme ils sont exigeants ces « constitutionnalistes » ! Comme ils croient prendre les gens honnêtes pour des canards sauvages ! Allons, un peu de décence, messieurs les sénateurs !.

Démarche qui laisse comprendre que ce qu’ils disent à haute voix ne sont pas tout à fait ce qu’ils veulent réellement. N’ont-t-ils pas d’autres intérêts qui les orientent, mais par manque de courage, ils ne peuvent les dévoiler ouvertement ?  Sont-ils plutôt gênés de se montrer en lice avec les nantis qui jouent un rôle imminent dans l’appauvrissement des masses laborieuses tout en permettant à cette minorité de la classe moyenne de s’enrichir par la politique et de gaspiller les ressources du pays !

Ces dirigeants qu’ils soient de l’opposition ou du pouvoir ne sont que des agents patentés, des fantoches au service du système d’exploitation, le capitalisme.  Ainsi, ils ne peuvent en aucune circonstance avoir un quelconque souci du devenir du pays. Cette race de politiciens de droite pourris, valets des puissances impérialistes ne font qu’inventer des manœuvres en coulisse pour étouffer toute possibilité de résistance populaire et barrer la route à un vrai changement.

Il est évident de dénoncer tout ce qui se passe dans le pays, de faire comprendre aux masses que cette catastrophe sociale est due à la débandade capitaliste.  La montée de l’insécurité qui se fait maintenant accompagnée du viol en cascade  n’est pas un phénomène surprenant. C’est le propre de ce système de terroriser davantage ses victimes. Ce système en déclin a provoqué et permis qu’une petite minorité d’affairiste s’enrichisse et gaspille ouvertement alors que la majorité populaire s’enfonce dans la pauvreté et la misère.

En ce sens, il ne peut y avoir aucune forme de dialogue avec l’ennemi de classe. Il n’y a aucune possibilité de dialogue entre les masses défavorisées de la classe ouvrière, la paysannerie méprisée et les dirigeants de la classe politique, compte tenu de la position de classe de ces derniers et du rôle qu’ils jouent dans le processus de déstabilisation systématique du pays. On ne dialogue pas avec les vendeurs de patrie qui exécutent les désirs de leurs patrons. On ne dialogue pas avec ceux qui sont totalement et complètement confortables avec l’occupation du pays. On ne dialogue pas avec l’ennemi déclaré qui fait feu de tout bois tout simplement pour vous détruire.

La situation du pays ne changera guère aussi longtemps que la domination impériale demeure pour saboter systématiquement le projet d’unité nationale au sein des forces réelles pour le changement. Il nous faut reconnaitre que cela fait partie intégrante d’une offensive présentement généralisée de l’administration américaine de Donald Trump à laquelle coûte que coûte tous les peuples en lutte pour leur libération ont immanquablement  à faire face.

Le seul avenir possible dans cet état délabré est de faire échec aux déstabilisateurs. Cela est possible justement par la construction d’un parti de classe qui n’est qu’une nécessité historique pour unifier les actions des masses défavorisées, effacer les bêtises de cette bourgeoisie parasite et redresser les torts.

Le seul avenir possible réside dans la force organisée des masses appelée à se transformer en une marée de forte intensité capable de déferler ses vagues de changement sur le pays tout en emportant tous les responsables de sa ruine.

Cela implique l’urgente nécessité pour le peuple de prendre en main sa destinée afin de mener à bien la tâche historique et gigantesque qui l’attend. Le peuple haïtien se trouve face à un choix décisif : entériner le fait accompli caractérisé par une situation économique précaire qui de plus en plus se détériore par une très grande instabilité politique ou exercer ses facultés créatrices et militantes de lutte.

Il est de notre devoir de ne pas laisser passer cette occasion qui se présente. Jamais un tel choix n’est apparu aussi opportun, nécessaire, indispensable et urgent qu’à l’heure actuelle, il augure du seul avenir possible.

 

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY