Le mal passe par Malpasse !

0
277
Le samedi 24 novembre dernier, dans la zone frontalière de Malpasse, la contrebande a fait des victimes. Le bilan rapporté est de 8 victimes: quatre agents douaniers, deux chauffeurs et deux autres personnes

Le samedi 24 novembre dernier, dans la zone frontalière de Malpasse, la contrebande a fait des victimes.  En effet, c’est arrivé au cours d’une vérification douanière de deux chauffeurs transportant des marchandises venant de la République voisine en Haïti par un agent douanier nommé Philippe Accilaire.

Selon des informations rapportées par Jean Bridkens Aristil, un responsable de communication de la Mairie de Ganthier, il semblerait que l’agent Philippe Accilaire après avoir terminé l’inspection des marchandises de l’un des chauffeurs, aurait été requis par ce dernier, pour une raison ou une autre, de laisser franchir l’autre chauffeur sans quelque vérification que ce soit.

Quatre agents douaniers de Malpasse ont été brûlés par la population en colère

S’il faut se référer au jargon de la corruption, il semblerait que le premier chauffeur sollicitait du douanier un certain ajustement des droits de douane, soit payer pour une seule série de marchandises au lieu des deux.  Sachant que les articles transportés par le deuxième chauffeur – des vêtements en réalité –  n’étaient pas de valeur égale aux siens, il voulait éviter qu’ils ne soient saisis, voire même qu’ils  représentent une infraction à la loi  Ce que l’agent douanier aurait refusé tout net, et de là une dispute a éclaté. Éventuellement, l’agent douanier aurait dégainé son revolver et  ouvert le feu sur les deux hommes qui sont morts sur le champ.

Peu importe les causes de la dispute entre les trois individus, il n’y avait aucune raison pour que mort d’hommes s’ensuive. Le douanier avait-il un superviseur,  ou un chef de service dans la douane  qu’il aurait pu appeler pour décider à sa place sur les propositions des chauffeurs? Ce qui eût été administrativement correct dans toute institution fonctionnant selon les normes. On n’en a aucune information. Le douanier lui même n’avait aucun droit de se faire justice, s’il pensait être dans l’exercice normal de ses fonctions, d’autant que sa vie n’avait pas été mise en danger par les deux chauffeurs.

Des agents douaniers haïtiens

La réaction de l’agent douanier n’a pas été appréciée par la population. Celle-ci a perçu le grave incident comme un acte arbitraire, brutal et injuste et instinctivement a vengé les deux victimes en pillant la douane avant de l’incendier. L’agent impliqué a été immolé par le supplice du feu ainsi que trois autres de ses collègues. Les deux camions ont-ils été pillés ? On ne le sait pas.

Selon le responsable de Communication à la mairie de Ganthier, Jean Bridgens Aristil, le cadavre d’un autre agent qui avait pris la fuite en se jetant dans le lac Azuei,  a été retrouvé et serait identifié comme Rony Pierre.

Dans une note de presse datée du dimanche 25 novembre 2018, l’association des douaniers haïtiens (ADH), a pour sa part, réclamé une enquête sur l’assassinat de ses agents à Malpasse. Selon elle,  « les agents douaniers ont été lâchement assassinés, puis brûlés vifs par des individus mal intentionnés sous le regard passif des agents de la Police nationale d’Haïti (PNH) »

Le Commissariat de Police de Malpasse

L’Adh recommande la formation d’une commission d’enquête composée d’un représentant du ministère de l’économie et des finances, de l’Administration générale des douanes (AGD), de la société civile et de l’organisme de défense des droits humains pour assurer le suivi sur ce dossier. Une autre investigation du genre l’enquête-se-poursuit- en-queue-de-poisson.

Le bilan partiel rapporté est de 6 à 8 victimes. Il s’agit des 4 agents douaniers, des deux chauffeurs et de deux autres jeunes usagers originaires de Fonds-Parisien, Jean Balzac et Wambert Laguerre, qui ont été eux-mêmes tués par balles sur la frontière.

Les funérailles de ces 4 agents de douane  en l’occurrence Philippe Accilaire, Rony Pierre, Yvon Sagesse et Louis Jean Elroy auront lieu le mercredi 28 novembre au Parc du Souvenir. Le malheur qui a eu lieu à Malpasse est le résultat du climat délétère de corruption, celle-ci entretenant et alimentant la contrebande. Un cas qui n’est pas isolé dans la réalité quotidienne du pays et cela à tous les niveaux de l’administration haïtienne.

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY