La résistance est moins coûteuse que la capitulation !

0
153

Il ne suffit pas de se vanter d’être dans le camp des masses prolétariennes comme une simple fantaisie politique sans pour autant le démontrer ouvertement en mettant toujours toute situation dans le contexte de la lutte des peuples pour leur libération nationale face aux nantis du pays.

Comment alors se montrer fier de la lutte des peuples quand on se garde, pour des raisons insignifiantes, d’aiguiser les contradictions de classe face au monde des riches quand il nous menace sous n’importe quel prétexte pour semer la confusion et la peur dans nos esprits ?  

Quelles qu’en soient les circonstances, nous ne devrons avoir rien à cacher au peuple, encore moins la vérité. En tout temps et à tout moment, il faut tout expliquer au peuple allant même jusqu’à l’autocritique  s’il le faut. En d’autres termes, les principes de la lutte sont la vie même, nous ne devons jamais les trahir ni, par-dessus le marché, agir en dehors des masses, si vraiment nous voulons les accompagner dans le combat de classe contre ses assassins.

Haïti Liberté est et doit rester quelque soit l’épreuve un journal de combat et de  résistance non pas de capitulation surtout quand il a affaire avec des affairistes de la bourgeoisie compradore, agents et laquais des impérialistes qui se font riches en exploitant les masses ouvrières et paysannes et en pillant les ressources du pays.

Nous ne modifierons d’un iota notre position et notre engagement politique pour faciliter les trafiquants de grand chemin ou leur plaire. Les attitudes de capitulation quelles qu’en soient les circonstances doivent être constamment et vaillamment dénoncées et combattues au sein du journal.

Le sens de notre travail n’est pas de foncer tête baissée dans le déshonneur ou la décadence, mais de marcher la tête altière dans la mesure où nous prenons comme boussole de nos combats, la lutte des classes, le moteur de l’histoire des peuples en lutte. Tant que les classes exploitées du pays néo-colonisé ne prendront pas en main leurs destinées, tant qu’elles ne renverseront pas les bourgeoisies faussement nationalistes, Haïti Liberté ne cessera de dénoncer cette bourgeoisie patripoche qui se rapproche du camp de l’Opposition contre Jovenel comme quoi, elle combat également Jovenel Moise, le pouvoir qu’elle avait mis en place.

C’est comme le voleur qu’on court après, et qui sans gêne, pour créer la confusion, crie également « au voleur ».

Ce qui apparait particulièrement grave c’est le dessein sinistre poursuivi par les auteurs d’atrocités, de violence, de misère contre le peuple. Quelles sont en réalité les revendications de ces dirigeants regroupés au sein du Forum Economique ? Leurs revendications, sont-elles identiques à celles des masses affamées, asservies, déshumanisées ? Alors, qu’on fasse attention ! Si la lutte pour la révolution est permanente, celle de la contre-révolution l’est aussi d’autant que cette classe possède un allié puissant et fort : l’impérialisme américain.

Non à la capitulation mais à l’émergence d’une alternative populaire solide et conséquente. C’est la seule ligne qui puisse sauver le pays des périls et de la décomposition réformiste en ravivant l’espoir et l’enthousiasme des travailleurs et de la jeunesse pour le progrès. C’est en effet, cette même ligne qui peut faire reculer l’impérialisme dans ses diverses tractations dans le pays surtout à travers le Core Group.

Mais il ne faut pas se dissimuler puisque cette ligne sera toujours menacée et cela en permanence par des tentatives de déviation pour essayer de la faire rimer avec affairisme, capitalisme et impérialisme

Voilà pourquoi, au sein du journal, nous voulons être des militants avant-gardistes pour le socialisme mais pas des capitulards. Il n’est peut être pas sans intérêt fondamental que le président syrien Bachar al-Assad ait déclaré dans un discours le dimanche 20 août 2017 à Damas « que le prix à payer lorsqu’on résiste est bien moindre que le prix à payer quand on cède ».

 

 

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY