La grève des douaniers est levée!

0
632
Le Comité exécutif de l’Association des douaniers haïtiens (ADH) a décidé, le mardi 13 mars de mettre un terme à la grève ; puisqu’un quelconque accord aurait été trouvé avec le gouvernement

Les douaniers haïtiens qui depuis le lundi 5 mars dernier sont en grève ne sont autres que des travailleurs au service de l’Etat haïtien. Pour entamer leur deuxième semaine de grève, un sit-in a été organisé le lundi 12 mars sur la cour de l’Administration générale des douanes (ADG), à Port-au-Prince où les ouvriers demandent, parmi leurs revendications de meilleures conditions de travail, entre autres choses.

Le Ministre de l’Economie et des Finances Jude Alix Patrick Salomon

Il y a un laps de temps depuis qu’un banditisme d’Etat règne au sein du pouvoir en Haïti. Le bandit est celui qui ne respecte rien même pas sa signature. Il agit par la force. Et seule une autre force peut le pousser à se soumettre ou à faire autrement. Ainsi, comme tout patron, l’Etat haïtien ne veut pas respecter les promesses faites à ses employés. La question à se poser avant toute chose est : pourquoi l’Etat refuse t-il de publier dans le Moniteur le protocole d’accord du 21 octobre 2017 signé entre le gouvernement et ses employés des principales douanes?

Si l’on prend au sérieux les déclarations de Guichard Doré, à savoir « la publication dans Le Moniteur du statut particulier que réclament les douaniers est une dérogation à la loi. Il y a le décret de 2005 sur le statut de la fonction publique. Tout statut particulier est une dérogation par rapport à la loi ». Ainsi, peut-on se demander si vraiment, il y avait un protocole signé par le gouvernement et les douaniers ?

De gauche à droite : Emmanuel Noisy, Jean Mesoius Tisma et Michelson Nelson, porte-parole des douaniers

Si les ouvriers sont en grève maintenant, qui en est responsable ? Qui n’a pas respecté ses engagements ? N’est-ce pas l’Etat haïtien qui montre son vrai visage, parce que étant irresponsable, il  ne se fait aucun souci pour les masses populaires.

« Nous n’abandonnerons jamais, car nous avons déjà négocié et obtenu un statut particulier qui aurait dû déjà être publié dans le Moniteur », ont martelé les protestataires. Alors, n’ont-ils pas raison ? Connaissant la réalité du pays, ils savent qu’ils ne recevront rien de leurs revendications, s’ils restent passifs et ne passent pas à l’action.

Deux douaniers Haïtiens

Selon le gouvernement, le Trésor public accuse un déficit de 150 millions de gourdes pour chaque journée de grève des employés. Mais, qu’est-ce qui l’avait poussé à signer un protocole d’accord avec ses employés, promesse qu’il ne pouvait pas tenir ?  Ainsi, avant de condamner les douaniers grévistes, les accusant de perturber fortement les activités économiques du pays,, le gouvernement devrait reconnaître que le vrai perturbateur est le ministre de l’économie et des finances Jude Alix Patrick Salomon. C’est lui qui avait signé avec les ouvriers en tant que représentant du pouvoir ; donc il devrait respecter le mot d’honneur  des autorités en place. Le gouvernement ne peut pas s’attendre à ce que le peuple le respecte et lui fasse confiance, quand il ne se respecte pas lui-même.

La grève des douaniers aurait contraint à la fermeture de six entreprises dans la sous-traitance, à cause d’un manque de matières premières ; ainsi annonce-t-on que l’usine Caracol serait sur la même lancée de fermer temporairement ses portes.

Au lieu de rectifier le tir, le gouvernement a préféré agir en bandit. Ainsi, dans une note de presse, les agents douaniers ont dénoncé le fait que : « les responsables ont fait appel à des bandes armées à la solde de certains hommes forts du pays pour procéder au débarquements de navires très tard dans la soirée du samedi 10 mars 2018 au port de Port-au-Prince, sans considération des normes sécuritaires de l’ISPS et du contrôle douanier ».

Gérald Remplais, porte-parole adjoint de l’ADH

Par manque d’arguments légitimes, le gouvernement est passé à la confrontation  en ordonnant que « Les agents douaniers grévistes n’auront plus accès à leurs armes. Cette décision a été prise en vue d’éviter toute utilisation de ces armes dans ce mouvement, ce qui pourrait déboucher sur des scènes regrettables ». C’est ce qu’a déclaré dans une note le Ministre de l’Economie et des Finances Jude Alix Patrick Salomon. Qui pis est, il a ajouté : « Des agents de la Police nationale seront cantonnés, dès ce lundi, devant les locaux de la douane pour faire respecter cette décision »

Déclaration renforcée par le conseilleur de Jovenel Moise en la personne de Guichard Doré, qui a déclaré: «  le gouvernement a révoqué les permis de port d’arme à feu des douaniers »  a t-il indiqué

Michelson Nelson, porte-parole des douaniers, pour sa part, lui a rendu, ainsi qu’au ministre Salomon, en bonne et due forme, la monnaie de leur pièce. Il leur a fait la leçon en leur faisant apprendre une fois pour toutes que « les douaniers n’ont pas de permis de port d’armes. Au niveau de la douane, nous avons un corps armé qui a été créé en vertu du décret de 1995 dont la mission est de veiller au bon fonctionnement de cette institution. De ce fait, le port d’arme est obligatoire »….. «  si le ministre veut se passer de ce principe, il doit d’abord abroger le décret de 1995 » ajouta-t-il.

Dans une interview à Magic FM, reproduit au quotidien Le Nouvelliste, le ministre a bel et bien admis que les statuts particuliers des douaniers seraient appliqués le 1er octobre 2018. Pourquoi une année plus tard Monsieur le ministre? Il devait être publié depuis le mois d’Octobre 2017. Et c’est là la cause de tout le mal, M. Le ministre.

Vous n’avez pas honte cher Ministre de déclarer à la presse : « Je respecterai ce que j’ai signé. Les statuts particuliers vont s’appliquer non seulement pour les douaniers, mais aussi pour les inspecteurs fiscaux, les comptables publics, l’ensemble des fonctionnaires qui constituent le corps des agents du Trésor »

« Il n’a été mentionné nulle part que l’Etat doit publier sous chantage un statut particulier qui serait inapplicable dans les circonstances actuelles ». S’il en est ainsi, mais  pourquoi l’avez vous signé ? C’est clair M. le ministre : si les douaniers n’avaient pas fait ce coup de force de protestation, ce protocole sans aucun doute aurait été renvoyé aux calendres grecques. Et sachez que revendications, règlements ne signifient point chantage.

Que les autres employés rejoignent la lutte des douaniers, c’est le seul moyen de sauver le pays de cette mafia PHTKiste qui a pris le pays en ôtage.

Malheureusement, le Comité exécutif de l’Association des douaniers haïtiens (ADH) a décidé, le mardi 13 mars de mettre un terme à la grève ; puisqu’un quelconque accord aurait été trouvé avec le gouvernement concernant la principale revendication des douaniers qui réclamaient la publication dans le journal officiel « Le Moniteur » de leur statut particulier et une grille salariale plus appropriée à leur fonction » a indiqué le porte-parole de ce syndicat, Michelson Nelson.

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY