Joseph Jouthe : Premier ministre de facto

0
913
Le titulaire démissionnaire au ministère de l’environnement et celui de l’économie et des finances par intérim, Joseph Jouthe

Jovenel Moïse, vient de nommer son troisième chef de gouvernement après la révocation en mars 2019 dernier, du Premier ministre Jean-Henry Céant. Il s’agit du titulaire démissionnaire au ministère de l’environnement et celui de l’économie et des finances par intérim, Jouthe Joseph comme son nouveau Premier Ministre soi-disant pour sortir le pays de la crise.

Comme il est de coutume maintenant, c’est sur son compte tweeter  que le président inculpé dans plusieurs dossiers de corruption a justement annoncé le lundi 2 mars la nouvelle en ces termes  « Suite aux consultations que j’ai entreprises avec différents secteurs du pays, j’ai fait choix du citoyen Joseph Jouthe comme nouveau Premier ministre. Ce dernier est appelé à former, dans les meilleurs délais, un gouvernement d’ouverture et de consensus, capable de répondre aux urgences de l’heure ».

Jean Michel Lapin et Joseph Jouthe

Dans un second tweet, à l’endroit de l’actuel Premier ministre démissionnaire, il écrit « Je veux remercier l’ancien Premier ministre Jean Michel Lapin et son gouvernement pour les services rendus à la nation. Je tiens surtout à féliciter Monsieur Lapin pour son engagement, sa loyauté, son patriotisme et son esprit de sacrifice après un an passé à la Primature ».

Dans la foulée, ce même lundi dans l’après-midi, le journal officiel haïtien Le Moniteur a légitimé le choix en publiant l’arrêté présidentiel le nommant.

Fritz William Michel

Entre-temps, Fritz William Michel, le PM nommé et ratifié le 3 septembre 2019 par la chambre des députés et qui n’a jamais eu l’opportunité de se présenter par devant le sénat a peu de temps après l’annonce du président remis sans bruit sans compte sa démission à Jovenel Moïse.  « Convaincu aujourd’hui, Excellence, de la nécessité de développer une nouvelle dynamique politique pour notre chère Patrie, je vous présente ma démission. Je saisis cette opportunité pour vous remercier de la confiance que vous avez bien voulu placer dans chacun des membres de mon gouvernement ».

L’opposition elle-même n’a pas manqué de réagir, le député d’Aquin Jean Robert Bossé, lui aussi dans un tweet a fait savoir « Pour la énième fois, Jovenel Moïse, en nommant l’un de ses fanatiques au poste de premier ministre de facto, a roulé dans la farine les partis de l’opposition dits modérés. Une victoire, à coup sûr, pour celles et ceux, qui croient dur comme fer qu’aucun accord politique n’est possible avec Moïse ».

André Michel, porte-parole du Secteur Démocratique a pour sa part déclaré  « La présence de Jovenel Moïse au Palais National représente un véritable danger pour l’alternance démocratique en Haïti. La transition est définitivement devenue inévitable. Nous demandons à la communauté internationale, notamment l’ambassade américaine et les nations unies, de comprendre enfin que la seule option qui s’impose c’est d’accompagner les forces politiques et celles de la société civile pour la mise en place d’une transition de rupture qui permettra de faire émerger un nouveau projet national dans l’intérêt de tous. Le combat continu ».

André Michel, porte-parole du Secteur Démocratique

Signalons que Jovenel Moise n’a pas tenu compte du dialogue qu’il prônait et selon le dirigeant d’Inifos Paul Denis dans une déclaration à AlterPresse, il s’est montré indigné « Le dialogue était un outil politique, utilisé par Jovenel Moïse, sous la dictée de la communauté internationale, pour faire semblant de discuter avec tous les protagonistes, dans l’idée de trouver une solution à la crise ».

En réalité, en choisissant Jouthe en dehors des négociations politiques, Jovenel a mis fin aux prétextes de dialogue, aux différents rapports soit de Marriott, de Kinam II ou des pourpalers à la Nonciature apostolique.

Evans Paul, un franc allié du PHTK, ancien Premier ministre de facto du premier régime corrompu du PHTK avec Michel Martelly comme président, a bien sur cautionné la décision « il faut se demander si les négociations allaient jamais aboutir. Il faut admettre qu’il n’y avait pas vraiment une volonté de trouver un accord ; peut-être des deux côtés, chacun jouait le temps… » a-t-il laissé comprendre ».

Jovenel a donné un véritable coup bas aux différentes opportunistes de l’opposition.

Par cette manœuvre, Jovenel a donné un véritable coup bas aux différentes opportunistes de l’opposition,  qu’elles soient de l’opposition radicale ou  modérée, tout le monde a perdu sauf lui.

L’opposition n’a rien,  ni la Présidence, ni la Primature, n’est-ce pas dans l’esprit d’ironiser les acteurs de l’opposition,  Liné Balthazar du PHTK qui a défendu du bec et des ongles à ce que Jovenel reste au pouvoir au détriment de la volonté populaire a pu déclarer au Nouvelliste « Le président a fait des consultations, nous avons été informés directement ou indirectement de la décision » ? Sans dire qui et quel secteur, Jovenel avait vraiement consulté, peut-être les bandits légaux au sein du PHTK, il conclut  « Nous n’avons pas d’objection à ce que le président nomme une personnalité pour constituer un gouvernement d’ouverture ».

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY