Haïti : L’occupation sanctionnée par l’ONU est un fait accompli

0
1047
L’affiche : "A bas l'occupation américaine !" Port-au-Prince, 2023. Photo : Moleghaf

Le gouvernement américain a finalement trouvé un pays du Sud disposé à mener une intervention approuvée par l’ONU “pour aider la police haïtienne à rétablir la sécurité”. Le secrétaire d’État Antony Blinken a confirmé le 1er août sur X (anciennement Twitter) : « Nous félicitons le gouvernement du Kenya d’avoir répondu à l’appel d’Haïti ».

Depuis que le président kenyan William Ruto a rencontré le président Joe Biden lors d’une visite d’État officielle début mars, il a fallu plus de cinq mois pour résoudre l’accord.

Les organisations populaires haïtiennes ont rapidement exprimé leur opposition à la nouvelle intervention.

En tant que président du Conseil de sécurité de l’ONU pour le mois d’août, les États-Unis ont l’intention de tenir un vote autorisant le Kenya à envoyer 1 000 policiers en Haïti vers la fin août et à diriger une force multilatérale en cours de formation.

Ces policiers kenyans ne seront pas sous le commandement de l’ONU. L’ONU n’a aucun soutien populaire en Haïti ; il a introduit le choléra en Haïti à deux reprises et ses troupes ont la réputation de traiter brutalement les manifestants haïtiens.

Le coût des opérations de l’ONU en Haïti de juin 2004 à octobre 2017 a été estimé à 7 milliards de dollars, et Haïti est toujours le pays le plus sous-développé de l’hémisphère occidental.

Seulement 43% de la population rurale d’Haïti a accès à l’eau potable. (Banque mondiale) Quelque 24% ont accès à l’assainissement en milieu urbain et 10% en milieu rural. (Bibliothèque nationale de médecine des États-Unis) Chaque statistique reflétant les conditions de vie du peuple haïtien – des soins de santé à l’éducation en passant par les salaires et les conditions de travail – indique que la vie des gens est horrible.

C’est cette misère, cette privation presque totale des ressources vitales pour vivre qui sous-tend toute l’instabilité politique et sociale et toute la violence et les conflits qui sont si évidents en Haïti.

Justification impérialiste de cette occupation

Au cours des 30 dernières années, les États-Unis ont été impliqués dans au moins 10 interventions militaires en Haïti, dont aucune n’a aidé le peuple haïtien.

Personne dans le gouvernement haïtien actuel n’a été élu ; cela fait des années qu’il n’y a pas eu d’élections. Ariel Henry a occupé le poste de Premier ministre parce qu’il est un leader du PHTK (Parti haïtien Tèt Kale). Le PHTK a été mis au pouvoir lors des élections de 2010 grâce à l’intervention personnelle d’Hillary Clinton, alors secrétaire d’État américaine.

Étant donné que le Core Group, dont les principaux membres sont les États-Unis, le Canada et la France, le soutient toujours, Henry peut agir en tant que premier ministre de facto d’Haïti.

À partir de janvier 2023, Henry a commencé à appeler à l’aide internationale pour sa police assiégée, qui était dépassée par les armes et combattue par les groupes armés qui ont commencé à s’emparer de quartiers entiers de Port-au-Prince comme bases pour des enlèvements et des extorsions à grande échelle. Ces gangs comptaient sur les armes, en particulier les fusils de sniper et les mitrailleuses alimentées par ceinture, qu’ils ont pu faire passer en contrebande en Haïti depuis la Floride malgré l’embargo américain sur les armes plutôt poreux.

Le secrétaire général de l’ONU, António Guterres, a soutenu l’appel d’Henry, en particulier après que les groupes armés ont commencé à harceler les agences de l’ONU comme le Programme alimentaire mondial et l’UNICEF.

Cette intervention militaire transnationale du Kenya, si fermement soutenue par les États-Unis, donne un visage africain à un complot impérialiste. Les grandes entreprises basées sur la richesse minérale d’Haïti, mais les capitalistes doivent contrôler le peuple haïtien. Les haïtiens commencent à descendre dans la rue dans le mouvement Bwa Kale pour affronter les gangs et exiger une transition vers une véritable démocratie.

Réactions opposées à cette intervention militaire

Depuis que le Premier ministre haïtien Henry a appelé à l’aide étrangère, des politiciens comme Justin Trudeau du Canada ou le secrétaire d’État Blinken peuvent prétendre que leur intervention est une réponse noble à l’appel à l’aide d’Haïti. Le New York Times a publié des articles d’opinion dans le même sens. Face aux situations tumultueuses en Haïti, les grandes sources bourgeoises se montrent prudentes.

L’Alliance noire pour la paix, qui entretient des relations de travail étroites avec le groupe anti-impérialiste progressiste Moleghaf (Mouvement national pour la liberté et l’égalité des Haïtiens pour la fraternité), a publié une déclaration ferme en avril, qui dit : « Comme nous l’avons continuellement déclaré, la « crise » en Haïti est une crise de l’impérialisme, une crise initiée en 2004 par les États-Unis, la France et le Canada, et consacrée par les Nations Unies. Aucune décision concernant Haïti ne devrait être prise par ceux qui non seulement ne représentent pas le peuple, mais qui lui ont aussi constamment nui.

« Une fois de plus, nous exigeons la dissolution du Core Group, le retrait du bureau du BINUH [Bureau intégré des Nations Unies en Haïti] d’Haïti, le respect des droits souverains du peuple haïtien et plus aucune ingérence étrangère en Haïti ! »

Le 3 août, l’organisation a renforcé sa position en déclarant : « L’Alliance noire pour la paix condamne dans les termes les plus forts possibles la proposition du Kenya de diriger ce qui équivaut à une intervention armée étrangère en Haïti ».

Le Comité d’action d’Haïti a publié sa déclaration fin juillet juste avant l’annonce officielle des flics/soldats kenyans, mais alors qu’elle était certainement en attente : « Restez avec le peuple haïtien ! Opposez-vous à l’intervention étrangère en Haïti ! »

L’éditorial du 3 août de l’hebdomadaire Haïti-Liberté concluait : « Personne ne devrait confier le pays aux puissances impérialistes. Seules les masses populaires organisées pourront enrayer ce cycle, cette hémorragie dans laquelle la classe politique… a plongé le pays. Les masses populaires haïtiennes dans leur ensemble doivent dire NON à ce marché de dupes conclu entre les États-Unis et le président du Kenya William Ruto ». (haitiliberte.com)

Le 2 août, WNYC, la filiale de la National Public Radio dans la région de New York, a interviewé deux membres de la communauté : Ricot Dupuy, le co-fondateur de Radio Soleil, une station de radio haïtienne à Brooklyn, et Maryse Cadet, la présidente de l’Association des Enfants de Régnier, Haïti.

Dupuy a déclaré : « Les États-Unis sont entrés en Haïti en 1915, et ils y sont restés pendant 19 ans. Et puis vous avez une série d’interventions des Nations Unies. C’était censé nous donner une Haïti sans gangs, sans persécutions politiques, et les choses se sont intensifiées, les choses ont empiré. L’intervention étrangère n’a donc jamais été bonne pour nous. En fait, l’intervention étrangère est, dans une large mesure, la raison pour laquelle nous sommes là où nous sommes. »

Cadet a déclaré à WNYC : « Fondamentalement, tout le monde qui est en Haïti, point final, a peur pour sa vie. C’est comme s’ils allaient dormir la nuit, ils ne savent pas s’ils seront en vie demain. »

Workers World
le 18 août 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here