Haïti : Être immigré en République Dominicaine

0
331
Les conditions dans lesquelles vivent des haïtiens de la République dominicaine expulsés à Anse à Pitres dans le dénuement le plus total

L’arrivée de milliers d’immigrants haïtiens déportés en masse des États-Unis a accru les tensions entre Haïti et la République dominicaine.

Il existe une expression créole largement utilisée par la population haïtienne qui dit « Kouri pou lapli, tonbe nan larivyè », littéralement « fuir la pluie pour tomber dans la rivière ». Une citation qui définit la situation maudite que le pays le plus pauvre du monde traîne depuis des décennies en raison des catastrophes naturelles, des tensions politiques et du manque de ressources. Un gouffre d’injustice qui oblige des millions d’Haïtiens à quitter leur pays pour chercher une vie meilleure dans d’autres pays, avec les États-Unis en tête de liste. Cependant, les rêves de nombreux Haïtiens sont entravés par leur expulsion vers leur pays d’origine pour être plongés dans une vie incertaine.

La situation migratoire en Haïti s’est aggravée en 2021, notamment après le coup d’État survenu après l’assassinat du Président haïtien Jovenel Moïse en juillet dernier et un séisme de magnitude 3,8 survenu en août. À l’horizon, la cible d’arrivée est les États-Unis, un pays où des milliers d’Haïtiens sont arrivés à ses frontières en provenance d’autres pays d’Amérique latine comme l’Argentine, le Chili, le Brésil ou le Mexique, trouvant une terre promise qui leur crache dessus sous la forme de déportations massives vers leur pays d’origine. Le principal effet collatéral de cette situation oblige des milliers d’Haïtiens à entrer en République dominicaine, un pays avec lequel Haïti partage une partie de l’île d’Hispaniola.

La coexistence entre les deux pays, déjà tendue au cours de la dernière décennie en raison de l’arrivée massive d’Haïtiens, s’est intensifiée au cours de ces semaines.

Cela fonctionne toujours ainsi : sans rien demander, sans savoir s’ils ont laissé ou non leurs enfants à la maison, le camion de migration les emmène à la frontière, sans même avoir le temps d’avertir leurs proches.

« Parfois, je me souviens quand ma mère nous a dit que cette fois elle n’allait pas nous quitter », raconte Milianie, une jeune fille de 16 ans qui a été déportée en 2015 avec sa mère et ses trois autres sœurs. Fany, sa mère, n’avait aucun papier et vivait depuis plus de 10 ans en terre dominicaine, où elle vendait des bonbons à la noix de coco dans la rue. A deux reprises, elle sortit pour vendre et ne revint que cinq jours plus tard. Peu de temps après, ses filles ont appris qu’elle avait été expulsée. Cela fonctionne toujours ainsi : sans rien demander, sans savoir s’ils ont laissé ou non leurs enfants à la maison, le camion de migration les emmène à la frontière, sans même avoir le temps d’avertir leurs proches.

Comme la mère de Milianie, beaucoup d’autres haïtiens cherchent un moyen de pouvoir à nouveau rentrer pour retrouver leurs enfants et récupérer tous leurs biens. C’est la vie d’immigrants haïtiens, d’un pays qui parcourt tout le continent américain évoquant un exode qui rappelle celui des Égyptiens fuyant les sept fléaux.

Les familles ont construit à Pak Cadeau 1, Anse à Pitres, de fragiles abris qui ne les protègent ni de la pluie ou du soleil, ni surtout de la poussière, omniprésente.

Milianie raconte que sa mère Fany, célibataire, a été expulsée jusqu’à quatre fois avant que cela n’arrive également à elle et à ses sœurs. Cette fois, les « guagua » (ndlr. camion, bus) ont traversé le quartier pour ramasser les Haïtiens et ils ne comprenaient pas pourquoi ils les emmenaient ailleurs. Ils se sont mis à pleurer. L’expulsion des mineurs commence déjà dans l’école même, où ils parlent espagnol, puisque les Haïtiens qui grandissent en République dominicaine sont victimes de discrimination et pour s’en échapper ils parlent espagnol et prétendent ne pas être haïtiens. Beaucoup d’entre eux sont expulsés le matin et l’après-midi ils cherchent un moyen de rentrer. La migration à la frontière dominicaine-haïtienne est une pure affaire et, pour rentrer, la personne vend tout ce qu’elle a pour gagner de l’argent afin de reprendre son voyage de retour. Tout cela sans obtenir de garanties de pouvoir rester.

Mais l’histoire de Milianie recueillie par Manos Unidas n’est qu’une parmi tant d’autres qui englobent la diaspora haïtienne. Selon l’ONU, 4,4 millions d’Haïtiens souffrent d’insécurité alimentaire et plus de deux millions de personnes, soit un cinquième de sa population, ont été contraintes d’émigrer vers d’autres pays.

 « Le terreau de la crise migratoire haïtienne est dans le fondement même de la nation. Dès sa naissance en tant que peuple, Haïti a commencé son histoire sous l’instabilité politique qui générait une chaîne de violence qui engendre la pauvreté. (1) À travers l’histoire, la nation n’a jamais eu de plan de développement durable qui aide les Haïtiens à trouver un minimum de bien-être dans leur terre. », a déclaré à El Salto le père Freddy Elie, directeur du foyer Niños de Esperanza et surtout liée à la situation tendue entre la République dominicaine et Haïti. « Le rêve de la plupart des Haïtiens est de voyager aux États-Unis avant tout. Et ils cherchent un moyen de quitter le pays. Les Haïtiens grandissent en pensant que leur bonheur est ailleurs et ils doivent aller le chercher ».

Des milliers de personnes quittent leur pays chaque année pour des destinations en Amérique latine et aux États-Unis, bien que le passage de la frontière avec la République dominicaine soit le moyen le plus courant. Dans son pays voisin, plus d’un million d’Haïtiens survivent, selon Manos Unidas. Dans la plupart des cas, ils travaillent dans des conditions épouvantables dans les secteurs de l’agriculture ou de la construction et subissent le déni de leurs droits les plus élémentaires.

« Chaque jour, cinq camions transportant des migrants haïtiens n’arrivent qu’à l’accès frontalier d’Elías Piña. C’est du pur business : les Haïtiens sont déportés le matin et l’après-midi ils essaient déjà de rentrer », poursuit le Père Freddy, qui trouve une relation particulière entre la déportation massive des États-Unis et la situation actuelle en République dominicaine. « La déportation des Haïtiens en République dominicaine est toujours liée à des enjeux politiques. La déportation massive des États-Unis renforce la pratique des Dominicains. Si le pays le plus grand et le plus débrouillard a déporté comme ça, pourquoi pas eux. Dans certains quartiers, des Dominicains attaquent même les migrants en incendiant leurs maisons.»

Les femmes haïtiennes, particulièrement menacées

Fin septembre, le gouvernement de la République dominicaine a annoncé qu’il interdirait l’entrée des femmes enceintes de plus de six mois afin d’éviter que les hôpitaux ne soient surchargés. Le nombre de naissances mises au compte des femmes haïtiennes en République dominicaine a triplé en dix ans, atteignant 30 322 naissances en 2020, selon l’agence EFE. Mais ce n’est que la pointe de l’iceberg d’une oppression des femmes qui atteint toutes les tranches d’âge.

Le père Freddy Elie, directeur du foyer Niños de Esperanza

« C’est surprenant qu’actuellement en déportation un accent particulier soit mis sur les femmes enceintes”, poursuit le père Freddy, qui assure que ce n’est qu’une des nombreuses dimensions du problème. « Si on parle des femmes migrantes haïtiennes, on ne peut pas mettre de côté les abus, notamment les abus sexuels. Beaucoup doivent négocier le voyage clandestin car elles n’ont pas un bon travail à leur arrivée. Le plus simple est de se transformer en « marchandise » en vendant son corps pour survivre. Un autre aspect est qu’elles n’ont pas une formation ou des connaissances adéquates sur la procréation ou le contrôle des naissances, de sorte qu’elles tombent facilement enceintes. De ce phénomène, il y a beaucoup de femmes, surtout des jeunes, que l’on compte parmi les migrants. »

Guilaine Jean Luis est une mère célibataire haïtienne qui, avec sa fille, a laissé derrière elle tous ses biens, son éducation et son avenir après avoir été déportée : « Nous vivons une situation très difficile maintenant car nous vivons la déportation tous les jours et nous ne pouvons plus.  La fille a été expulsée de l’école et nous ne pouvons pas traverser car nous laissons tout derrière, les choses à la maison, nous ne pouvons pas acheter car ils vous envoient en Haïti sans savoir où vous allez. J’étudie aussi et je ne peux pas y aller non plus. Tout est très difficile et nous devons travailler pour pouvoir manger », nous raconte-t-elle à travers une note audio.

Haïti a besoin d’un changement radical et cette transformation doit commencer de l’intérieur : « Les Haïtiens doivent prendre conscience de leur situation et travailler pour aller de l’avant », insiste le Père Freddy. En Haïti, le « Kouri pou lapli, tonbe nan larivyè » continue d’être chanté et des milliers de migrants continuent de fuir la pluie. Le problème, c’est que la rivière dans laquelle ils tombent déborde.

Résumé latino-américain 16 décembre 2021

            Ndlr. Ce n’est pas « la violence [en soi] qui engendre la pauvreté » mais bien la cruauté des rapports de classe, l’exclusion organisée des plus faibles par les classes possédantes de connivence avec les néocolonialistes et impérialistes qui créent et entretiennent la pauvreté.

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here