Haïti en crise, la presse des grandes entreprises américaines appelle à l’intervention

0
211
Une grève générale des chauffeurs de camions-citernes et des travailleurs a eu lieu en Haïti la dernière semaine d'octobre. Ici, des tracts appelant à la grève sont collés sur une fresque de la résistance.

L’économie haïtienne manque de carburant dont elle a besoin pour fonctionner. Parce que le réseau électrique d’Haïti n’est pas fiable, les hôpitaux, les usines, les banques, les tours de téléphonie cellulaire, les écoles, les taxis et les camionnettes « tap-tap» qui fournissent les transports publics sont en train de réduire ou de fermer.

Digicel, la société qui gère le plus grand service de téléphonie numérique en Haïti, a annoncé fin octobre qu’elle avait environ 25% de ses sites cellulaires hors d’antenne en raison du manque de carburant, ce qui met quelques centaines de milliers de clients sans service.

Les hôpitaux dépendent de générateurs pour faire fonctionner leur équipement, et ils doivent s’arrêter lorsque leurs générateurs sont à court de carburant. Le personnel – médecins, infirmières et personnel de soutien – a du mal à se rendre au travail, car les taxis et les petits bus privés appelés « tap taps » sont rares.

Les difficultés de transport ont fait grimper le prix des denrées alimentaires. Sur les 11 millions d’habitants d’Haïti, 4,4 millions ont besoin d’une aide alimentaire, selon les Nations Unies.

Le Washington Post, le New York Times ainsi que Le Monde et le Miami Herald ont tous imputé cette pénurie de carburant à des soi-disant « gangs » qui exigent des paiements pour permettre aux camions-citernes de traverser le territoire qu’ils contrôlent. On les trouve principalement à Port-au-Prince, pourtant la pénurie de carburant affecte tout le pays, ce qui fait douter de leur responsabilité dans la crise du carburant.

Ces groupes ont l’habitude d’être payés, armés et dirigés par le gouvernement, des politiciens de toutes sortes et des entreprises. Mais maintenant, sous la pression des événements, les gangs commencent à s’organiser et à agir d’une manière qui n’est plus totalement au service de leurs anciens maîtres.

Frantz Duval, rédacteur en chef du quotidien Le Nouvelliste, a déclaré ce week-end à Radio France Internationale que la raison de la pénurie de carburant est que le pays n’a pas commandé suffisamment de carburant pour ses besoins connus.

Le Miami Herald et le Washington Post ont tous deux appelé à une « intervention étrangère » en Haïti, affirmant que la situation était si grave qu’on ne pouvait s’attendre à ce que les Haïtiens la résolvent seuls.

Il y a deux propositions concurrentes pour les élections et la reprise économique en cours de discussion. Le département d’État américain et la Maison Blanche soutiennent publiquement les deux plans. Les analystes haïtiens pensent que les États-Unis préfèrent en privé les propositions faites par le Premier ministre par intérim Ariel Henry, un homme politique sans grand soutien populaire.

Lorsqu’un procureur envisageait de l’inculper pour complicité dans l’assassinat de Jovenel Moïse, Henry a répondu en limogeant le procureur.

Une histoire d’intervention malveillante des États-Unis

Les États-Unis interviennent en Haïti depuis 1804, lorsque le président Thomas Jefferson a appliqué les premières sanctions de ce pays contre le pays d’Haïti, qui venait de se déclarer libre et d’abolir l’esclavage à l’intérieur de ses frontières. La première aide étrangère que George Washington a donnée aux esclavagistes français pour réprimer la révolution haïtienne avait échoué.

Du milieu des années 1950 à 1986, les États-Unis ont agi pour soutenir les régimes brutaux des Duvalier comme rempart contre la révolution cubaine. Le soutien des États-Unis s’est poursuivi même après que l’US Air Force a transporté le président déchu d’Haïti, Jean-Claude « Baby Doc » Duvalier, dans le sud de la France en 1986.

Plus tard, Washington a soutenu les deux coups d’État contre le président haïtien Jean Bertrand Aristide. Plus tard encore, les États-Unis ont déployé leur force politique en faisant en sorte que Michel Martelly du Parti haïtien Tèt Kale (PHTK) devienne président en 2011, bien que Martelly ait eu peu de soutien populaire.

Au cours d’un processus qui a duré plus d’un an, Jovenel Moïse a accédé à la présidence en 2017 avec le ferme soutien des États-Unis. Il a ignoré les exigences d’organisation des élections législatives et locales et a refusé de se retirer à l’expiration de son mandat au mois de fevrier 2021.

Lorsque Moïse a été assassiné en juillet, lui et 10 sénateurs étaient les seuls élus de tout le pays, qu’il gouvernait par décret depuis des mois. Le département d’État américain avait légèrement réprimandé Moïse pour ne pas avoir organisé d’élections, mais n’avait exercé aucune pression significative.

Il y a eu une grève générale des chauffeurs de camions-citernes et des travailleurs associés la dernière semaine d’octobre contre les conditions dangereuses que le manque de sécurité actuel impose aux chauffeurs. Il n’y avait aucun mouvement sur les demandes de rançon de 17 missionnaires nord-américains kidnappés.

Ce dont Haïti a vraiment besoin de la part des travailleurs américains, c’est de la compréhension, de la solidarité et d’un engagement à empêcher une nouvelle intervention américaine.

Workers World  5 novembre 2021

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY