Feu vert du Conseil de sécurité à l’invasion d’Haïti

Le Conseil de sécurité de l’ONU a fourni enfin une feuille de vigne à une autre invasion d’Haïti parrainée par les États-Unis

1
631
Le 2 octobre 2023, le Conseil de sécurité de l'ONU adopte la résolution 2699 autorisant une mission multinationale parrainée par les États-Unis pour le soutien à la sécurité en Haïti.

(English)

Il a fallu un an à l’organisme pour le faire, mais le Conseil de sécurité des Nations Unies a finalement voté le 2 octobre 2023 une force militaire non-onusienne déployée par Washington et chargé d’intervenir à nouveau en Haïti pour la troisième fois en trois décennies.

Après sept révisions, 13 des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont voté pour la résolution 2699 rédigée par les États-Unis et l’Équateur pour « autoriser » pour un an la mission dite « multinationale de soutien à la sécurité » (MSS), un ensemble de 13 nations pour la plupart de petite taille qui seront dirigées par un contingent de 1 000 policiers kenyans.

La Russie et la Chine se sont abstenues lors du vote en raison de leur méfiance à l’égard des véritables objectifs de la mission.

L’ ambassadeur Vassily Nebenzia de la Fédération Russe

Cette invasion proposée est donc différente de celles de 1994 et 2004, qui impliquaient de véritables « casques bleus » de l’ONU, sous le contrôle et la surveillance du Conseil de sécurité lui-même. La formule sans précédent du MSS serait théoriquement supervisée par le Kenya, mais en réalité par les États-Unis.

Washington voulait que la mission, que le gouvernement du Premier ministre Ariel Henry a demandée au Conseil de sécurité de l’ONU le 6 octobre 2022, ait la couverture de la bénédiction de l’ONU, ce que le Washington Post et le New York Times ont consciencieusement noté n’était pas « nécessaire ».

En effet, le déploiement est triplement illégal : 1) en vertu de la constitution du Kenya, selon l’ancien juge en chef kenyan, le Dr Willy Mutunga, 2) en vertu de la Constitution haïtienne de 1987, dans laquelle l’article 263-1 interdit explicitement les troupes étrangères sur le sol haïtien, et 3) même en vertu de l’article 43 du chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, qui autorise uniquement le déploiement de troupes « pour maintenir ou restaurer la paix et la sécurité internationales », c’est-à-dire les conflits armés entre États, et non les conflits internes.

L’ambassadeur de la Chine Zhang Jun

La dernière fois que Washington a pu utiliser l’ONU de cette manière pour sanctifier ses desseins, c’était comme une charge pour la guerre de Corée, il y a 73 ans, lorsque l’Union soviétique boycottait temporairement le Conseil de sécurité de l’ONU et que le Taiwan de Chiang Kai-shek détenait le siège permanent appartenant au Parti populaire de la République de Chine.

L’ambassadeur américain Jeffrey DiLaurentis s’est dit satisfait du vote en expliquant que Washington avait réussi « à créer une nouvelle manière de préserver la paix et la sécurité mondiales » qui pourrait mettre fin à la réalité multipolaire moderne du droit de veto de la Chine et de la Russie sur le « maintien de la paix » de l’ONU au conseil.

« Les demandes justifiées de la Russie concernant des détails sur le concept de cette opération, les modalités de recours à la force et les stratégies de retrait des contingents sont restées sans réponse », a déploré son ambassadeur Vassily Nebenzia dans sa déclaration post-vote. « En outre, nous avons eu l’impression que cette mission non onusienne allait obtenir une légitimité de niveau onusien grâce à une décision mal préparée et insuffisamment réfléchie du Conseil. »

« La Russie ne peut pas accepter d’invoquer le chapitre 7 presque aveuglément », a poursuivi Nebenzia. « L’histoire d’Haïti a suffisamment d’expérience en matière d’ingérence étrangère irresponsable, et c’est exactement ce qui a déclenché une spirale de dégradation que le peuple haïtien est incapable de surmonter depuis des années. Il serait imprudent de notre part d’autoriser un nouveau recours à la force en Haïti sans être pleinement conscients des paramètres de la mission. En outre, le concept de l’opération devrait être soumis au Conseil pour approbation plutôt que d’être étudié comme un fait accompli ».

« Partant des principes de respect de la souveraineté et de non-ingérence dans les affaires intérieures, la Chine a toujours adopté une approche prudente et responsable concernant l’invocation par le Conseil du chapitre 7 sur l’autorisation du recours à la force », a déclaré l’ambassadeur chinois Zhang Jun en expliquant l’abstention de sa nation. Auparavant, « il y a eu des précédents d’abus de l’autorisation du chapitre 7… Sans un gouvernement légitime, efficace et responsable en place, tout soutien extérieur ne peut guère avoir d’effets durables ».

La police kenyane à Nairobi brutalise un manifestant en mars 2023.
Photo AP/Brian Ingang

Mais malgré l’objectif déclaré de la mission consistant simplement à fournir « une assistance technique pour soutenir la Police nationale haïtienne », le Kenya, et par extension Washington, dirigera Haïti lorsque la force arrivera puisque « les règles d’engagement et toutes les directives sur l’usage de la force sont à être élaborées par les dirigeants de la mission multinationale de soutien à la sécurité », qui n’a besoin que de « consulter » « Haïti et les autres États membres participant au MSS », indique la résolution.

En effet, un ancien aviateur du Commandement des opérations spéciales de l’Air Force, qui est en contact constant avec les forces spéciales américaines déployées en Haïti il y a plus d’un mois, s’est moqué de l’idée selon laquelle les troupes de Washington ou le MSS « aidaient » simplement Haïti.

« Aidez-vous le gouvernement haïtien ? Oui. Contrôlez-vous qui fait partie du gouvernement haïtien ? Oui. Influencez-vous qui fait partie de ce gouvernement ? Oui », a déclaré Jean-Pierre Alfred au correspondant de Redacted Dan Cohen. « Donc, essentiellement, vous avez dépassé les limites de la simple assistance. Maintenant, vous contrôlez, faites et décidez.

Le ministre haïtien des Affaires étrangères Jean Généus lors de la réunion du Conseil de sécurité de l’ONU du 2 octobre 2023.
Photo ONU/Evan Schneider

En ce sens, l’ambassadeur de Russie avait raison de déclarer dans son explication d’abstention : « Toute ingérence de forces extérieures dans le processus politique interne est inadmissible ».

Alfred a également souligné que le vote de l’ONU était en réalité plus une question d’apparence qu’autre chose. « Si la résolution n’est pas adoptée, cela n’a pas d’importance », a-t-il déclaré avant le vote. « Tout cela signifie qu’au lieu d’une action ouverte, vous avez maintenant une action secrète, et l’action secrète a eu lieu sans résolution. Comme je l’ai dit, les Bérets verts [américains] sont sur le terrain depuis au moins 45 jours ».

Le ministre haïtien des Affaires étrangères, Jean Victor Généus, a qualifié le vote de « expression de solidarité avec une population en détresse ».

La police kenyane est connue pour sa brutalité et sa corruption. Il a même dirigé des escadrons de la mort et a été invité à dissimuler le meurtre de manifestants, selon plusieurs groupes de défense des droits humains et Associated Press.

Puisqu’il ne s’agit pas d’une force de l’ONU, le MSS ne reçoit pas de fonds de l’ONU et doit compter sur les contributions volontaires d’autres pays. Washington a promis 200 millions de dollars pour le MSS, mais la livraison de cette somme est loin d’être garantie. Aucun autre État n’a encore pris d’engagement.

Les autres pays qui ont accepté de rejoindre le MSS sont la Jamaïque, les Bahamas, Antigua-et-Barbuda, l’Italie, l’Espagne, la Mongolie, le Sénégal, le Belize, le Suriname, le Guatemala, le Pérou et la Barbade.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here