Dix ans après le jugement 168-13 : l’apartheid progresse en République dominicaine

0
815
Manifestation du Mouvement reconnu et d'autres organisations 9 ans après la loi 169-14, devant le Congrès de la République Dominicaine

Depuis le début du XXe siècle, le régime bourgeois dominicain comportait déjà de forts éléments de ségrégation territoriale, d’oppression et de semi-esclavage contre la communauté d’origine haïtienne, colonne vertébrale de la classe ouvrière dans l’industrie sucrière. Mais avec la décision 168-13, les éléments de l’apartheid ont été renforcés, en refusant aux descendants des travailleurs de la canne à sucre et aux autres immigrants haïtiens tous les droits politiques, sociaux et économiques. Plus de deux cent mille personnes ont été dépouillées de leur nationalité dominicaine par une décision inconstitutionnelle qui imposait essentiellement un conditionnement racial pour la citoyenneté dominicaine. Un pas dangereux a été franchi vers la formation d’un ethno-État et d’un régime d’oppression et de ségrégation raciale systématique, avançant vers un apartheid similaire à celui qui a prévalu en Afrique du Sud entre 1948 et 1991 ou à celui actuellement appliqué par l’État d’Israël contre le peuple palestinien ou l’État de Birmanie contre le peuple rohingya.

Les discours des politiciens du régime tels que Leonel, Danilo, Abel et Abinader reflètent ce projet d’apartheid, chaque fois qu’ils affirment -à la suite de Trujillo et Balaguer- que les Dominicains et les Haïtiens constituent des “races” différentes ou que l’immigration haïtienne est une “menace démographique” » pour la « conservation raciale » de l’État dominicain. Cette notion raciste est la base idéologique du projet d’apartheid dominicain et c’est pourquoi l’attaque contre la communauté immigrée ou dominicaine d’origine haïtienne est souvent présentée comme une « défense de la souveraineté » ou « défense de la dominicaine »

Des mesures telles que la dénationalisation des Dominicains d’origine haïtienne, le travail forcé dans l’industrie sucrière et la construction, la répression meurtrière contre les manifestations de travailleurs immigrés, la politique de déportation massive et d’extorsion généralisée contre les Noirs, et les détentions arbitraires de femmes enceintes et d’enfants séparés de leurs familles, cherchent à maintenir les Haïtiens et leurs descendants dans une situation d’oppression et de dépossession permanente, marginalisés et avec un accès limité à la santé publique, sans possibilité d’avoir des emplois formels, des biens, des études universitaires ou la sécurité sociale.

La loi 169-14 n’a pas résolu le problème de l’apatridie mais l’a plutôt consolidé. Elle n’a rendu la nationalité qu’à quelque 28 000 personnes sur les quelque 61 000 qui étaient classées dans le « groupe A », celles qui avaient déjà des documents dominicains au moment de la condamnation. Mais il l’a fait en créant un registre civil à ségrégation raciale, créant une vulnérabilité juridique. C’est pourquoi de nombreuses personnes continuent à se battre légalement à ce jour, défendant la validité de leur enregistrement d’origine. 8 000 autres personnes se sont inscrites dans un plan de régularisation et ont été classées dans le «groupe B», pour ne pas avoir eu de documents au moment de la condamnation, et on leur a promis un processus spécial de naturalisation. Cependant, une fois que la pression nationale et internationale s’est apaisée, les naturalisations n’ont pas été accordées. Danilo Medina n’a décrété que 750 naturalisations et Abinader le chiffre encore plus ridicule de 50. Cependant, l’État lui-même n’a pas respecté ces décrets, ce qui signifie que ces personnes n’ont toujours pas leur carte d’identité dominicaine. Les 8 000 personnes du « groupe B » ont leurs papiers périmés et sont harcelées par la police, l’armée et les agents de l’immigration. Beaucoup plus de personnes n’ont pas profité de la loi 169-14, pour de multiples raisons, notamment les exigences bureaucratiques, les délais courts et les coûts élevés, se retrouvant également apatrides.

De nombreux militants qui ont accompagné la lutte contre l’apatridie à ses débuts, ont rejoint en 2020 le gouvernement raciste d’Abinader. Abinader lui-même en décembre 2013 avait participé à l’acte de soutien aux personnes touchées par la peine 168-13 dans l’UASD, appelé “Solidarity Embrace”, où il a déclaré que la peine était “injuste” et “non civilisée”. Aujourd’hui, il est le porte-parole de l’anti-haïtien. D’autres organisations, bien qu’elles se disent progressistes, démocratiques et même de gauche, n’élèvent actuellement pas la voix contre l’apatridie.

Nous appelons toutes les organisations qui se disent démocratiques à reconnaître et à dénoncer l’avancée de l’apartheid en République dominicaine. Dix ans après l’arrêt 168-13 et neuf ans après la loi 169-14, la situation politique, sociale et judiciaire s’est dégradée. Les campagnes d’agitation raciste et la persécution de la communauté immigrée et contre les Dominicains d’origine haïtienne exacerbent l’oppression à des niveaux insupportables. Il n’y a aucune possibilité de progrès démocratique pour le peuple dominicain tant que l’apartheid continue de se consolider. Nous devons renforcer la mobilisation unie de tous les secteurs et forger des alliances internationales avec d’autres peuples qui luttent contre l’oppression raciste, pour plier le bras du gouvernement et le forcer à prendre des mesures en vue de la restitution de la nationalité de toutes les personnes touchées par la condamnation 168-13.

 

Mouvement socialiste des travailleurs de la République dominicaine 6 juillet 2023

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here