Deux nouveaux livres populaires au COVID-19

«Planète Malade» et «Capitalism on a Ventilator»

0
22

 COVID-19 est une catastrophe en évolution pour la classe ouvrière mondiale. Vous pourriez penser que vous avez lu tout ce qui pouvait être dit sur COVID-19 et vous ne pouvez pas supporter de lire une autre chose à ce sujet, même si vous le faites tous les jours. Ensuite, vous serez surpris d’apprendre qu’il y en a plus, beaucoup plus. Ces deux livres « Planète Malade » et « Capitalism on a Ventilator » contiennent des informations et des analyses qui manquent à une grande partie des médias des grandes entreprises, en anglais et en français.

« Planète Malade » est en français, pas encore traduit. Son auteur est Michel Collon, membre du Parti des travailleurs belges (PTB), qui a interviewé plus de 50 infirmières, médecins, scientifiques, économistes, écologistes et journalistes, de 16 pays différents, et a produit un livre de 800 pages, divisé en deux tomes, publié le 1er septembre 2020. Il a plus de 50 entretiens dans le tome 2. 

«Capitalism on a Ventilator» est en anglais, pas encore traduit, une anthologie de plus de 50 auteurs différents, tels que Vijay Prajad (Tricontinental), Max Blumenthal (Greyzone), Margaret Kimberley (Black Agenda Reports), Margaret Flowers (Green Party) et Mumia Abu-Jamal. Il a été édité par Sara Founders, directrice du Centre d’action international, et Lee Siu Hin, directeur du Réseau de solidarité Chine-États-Unis.

Bien que ces livres proviennent de traditions politiques différentes, ce qui est frappant, c’est à quel point ils sont d’accord. « Planète Malade » fait partie des mouvements anticapitalistes et socialistes d’Europe occidentale – la France, l’Allemagne et la Belgique étant les plus importants. Cette livre commence essentiellement par des questions : « Avec une autre stratégie, nous aurions pu sauver la plupart des victimes du Covid, diminuer considérablement l’angoisse générale et relancer bien plus vite nos économies. Pourquoi certains pays ont-ils réussi et nous pas ? Comment aurions-nous pu éviter cet immense gâchis ? Et surtout comment éviter qu’il se reproduise puisque d’autres virus nous menacent ? »

les États-Unis étaient engagés dans une confrontation économique et diplomatique mondiale avec la Chine

Collon se concentre sur ces sept questions de base pour faire son investigation … Comment certains pays s’en sont-ils mieux sortis ? Qui a affaibli nos soins de santé ? Le Big Pharma nous protège-t-il ? Quarante années de néolibéralisme : quel bilan ? Quelle économie, quelle écologie nous faut-il ? Se faire la guerre ou coopérer ? Avons-nous été bien informés ? 

Capitalism on a Ventilator

L’introduction que Sara Flounders a écrit à « Capitalism on a ventilateur » commence : « Les États-Unis sont sous le choc d’une triple crise: la pandémie de Covid-19 qui a infligé plus de 4,4 millions de cas confirmés … la plupart de tous les pays du monde; au-delà de cette douleur, de cette souffrance et de cette mort, plus d’un million de travailleurs par semaine se sont déclarés chômeurs depuis avril; … des millions de personnes dans tout le pays … ont manifesté et protesté contre le racisme et l’abus systématique du pouvoir de la police. »

Mise à jour des statistiques citées par Flounders fin août, au 8 février, il y avait maintenant 27,6 millions de cas de COVID-19 et 475000 décès aux États-Unis (Worldometer) De nombreux épidémiologistes disent que même ces chiffres sont des sous-dénombrements importants. 

Elle poursuit en disant que les politiciens américains des deux partis, républicains et démocrates, avaient besoin de quelqu’un à blâmer. Et comme la Chine a été le premier pays à identifier le COVID-19 et comme les États-Unis étaient engagés dans une confrontation économique et diplomatique mondiale avec la Chine, la responsabilité du COVID-19 a été attribuée à la Chine. Un thème récurrent dans les articles de cette anthologie est la confrontation à cette rhétorique anti-Chine largement répandue et le plaidoyer pour une approche scientifique. 

 Les articles discutent de l’environnement politique entourant la pandémie et examinent comment la cupidité, l’hypocrisie et l’incompétence alimentées par le racisme ont infecté la réponse terriblement inadéquate et horrible des États-Unis.

D’autres articles de l’anthologie expliquent comment le racisme systémique aux États-Unis se mêle à la pandémie. Les communautés noires, latines et autochtones ont souffert de manière disproportionnée de maladies et de décès. Un article d’Abu-Jamal décrit ce désastre en spirale.

Des essais expliquent comment la Chine a mis en garde le monde contre le virus alors même que les habitants de Wuhan sont tombés malades pour la première fois. Il a partagé des données scientifiques et aidé de nombreux pays avec des fournitures médicales dont le besoin était désespéré. Ensuite, Trump et les grands médias ont vicieusement blâmé la Chine pour la pandémie. Les gouvernements européens considéraient la réponse rapide et efficace de la Chine avec dédain. 

L’article de Lee Siu Hin, intitulé « Vol d’entreprise de COVID $$ », décrit le programme de protection des chèques de paie COVID-19 de la Small Business Administration. Le programme de prêts visait prétendument à apporter une aide pour préserver les petites entreprises et leurs emplois. Mais le PPP a fourni « un paiement pour les riches et connectés avec seulement de l’argent pourboire pour une petite entreprise. »

Cet article répertorie des pages de paiements: au beau-père d’Ivanka Trump, Charles Kushner, aux généraux, aux avocats, aux milliardaires et aux grands médias, aux archidiocèses catholiques, aux entreprises appartenant à la famille de la secrétaire aux Transports Elaine Chao et à d’autres appartenant à Paul Pelosi, épouse de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et à une foule d’autres politiciens et personnes fortunées. Les prêts PPP, qui devaient pour la plupart être pardonnés, n’étaient qu’un autre moyen pour les obscènes riches de profiter davantage de la crise du COVID.

 Planète Malade

L’auteur Michel Collon, membre du Parti des travailleurs belges, a interviewé plus de 50 infirmières, médecins, scientifiques, économistes, écologistes et journalistes de 16 pays différents pour produire deux tomes de 400 pages, publiés le 1er septembre 2020, intitulés « Planète Malade. » Le tome deux contient plus de 40 entretiens.

Dans un entretien avec Le Drapeau Rouge, une publication du PTB, Collon souligne ce point de manière très nette : « l’Europe et les USA, soit environ 700 millions d’habitants, déplorent plus de 700.000 décès à ce jour (davantage en fait, les statistiques US sont manifestement sous-estimées). De l’autre côté, cinq pays (pour un total de 1,52 milliard d’habitants) comptent seulement 7.000 morts. » Il continue ces pays sont « Chine … Mais aussi le Vietnam, l’État indien du Kerala (dirigé par un gouvernement communiste), Cuba, le Venezuela. Tous ont remarquablement limité les pertes… »

Collon a interviewé Aziz Salmone Fall, un universitaire et activiste à Montréal. Fall décrit une Afrique post-coloniale où les habitants de nombreux pays souffrent de conditions de santé endémiques, notamment le paludisme, le sida, Ebola, en raison de la faim, de la mauvaise qualité de l’eau et de l’appauvrissement.

Pendant des décennies, le Fonds monétaire international et la Banque mondiale ont impitoyablement contraint les économies africaines à l’austérité. Cela s’est traduit par des systèmes de santé publique vides et des gouvernements incapables d’offrir à leur population un soutien économique d’urgence pendant la pandémie. La lutte contre le COVID pèsera sur l’avenir, entravant le développement et même leur réponse aux besoins ordinaires de santé publique.

Pourquoi une réponse rapide est nécessaire

 Collon a interrogé l’éminent mathématicien français Laurent Lafforgue sur les mathématiques de la réplication des coronavirus. Son entretien apparaît au début de «Planète Malade» et fournit un outil essentiel pour expliquer pourquoi les réponses de la plupart des pays étaient vouées à l’échec, alors que quelques pays ont très bien réussi à tenir la pandémie à distance. 

Lafforgue dit que si une personne qui a été testée positive n’infect que deux autres personnes en une semaine, pendant la deuxième semaine, chacune de ces deux personnes infectera au moins deux personnes supplémentaires. À la fin de la dixième semaine, au moins 1 024 personnes seraient infectées parmi les deux premières personnes. Sans mise en quarantaine ni méthode d’interruption de la chaîne de transmission, cette progression est inévitable et immuable car ce coronavirus se propage par voie aérienne.

L’explication de Lafforgue est importante à saisir. Bien que ce ne soit pas une nouvelle pour les mathématiciens et les épidémiologistes, il a apparemment été ignoré par la plupart des dirigeants politiques qui ont pris ou n’ont pas pris des décisions politiques vitales en réponse au COVID.

Cela signifie en pratique que la rapidité avec laquelle les gouvernements agissent pour contrôler la propagation du SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19, détermine le résultat. Plusieurs mesures peuvent être mises en œuvre immédiatement pour interrompre la transmission: port de masques, distanciation sociale, tests et traçabilité. Mais la variable la plus significative est la rapidité avec laquelle les gouvernements agissent pour imposer des contrôles pour briser la chaîne des contacts humains et de la transmission.

Une fois que l’existence d’une maladie contagieuse dangereuse était connue, les représentants du gouvernement devaient agir immédiatement. Ils auraient dû être en mesure de mettre en œuvre une stratégie d’urgence, mais n’ont rien fait et ont cherché des boucs émissaires.

Les retards ont entraîné une augmentation exponentielle du nombre d’infections et de décès. Les pays américains et européens hésitaient, se chamaillaient et pointaient du doigt. Des semaines ont passé – et l’inexorable pandémie décrite dans le modèle de Lafforgue a fait un terrible bilan humain. 

La Chine sur un «pied de guerre»

 Mais ce n’était pas la réponse partout. La Chine a pris des mesures de quarantaine globales spectaculaires et efficaces. Le gouvernement a mis le pays sur un pied de guerre pour lutter contre la pandémie. Les usines se sont intensifiées pour augmenter l’approvisionnement en fournitures nécessaires. Les laboratoires scientifiques ont immédiatement commencé à étudier le virus. Les installations d’urgence ont été construites en un temps record.

La première épidémie de COVID-19 s’était produite à Wuhan, la capitale de la province du Hubei et un important centre de transport. Des dizaines de milliers d’agents de santé ont aidé les habitants de Wuhan et de la province du Hubei. Le gouvernement chinois a imposé un verrouillage de 76 jours à Wuhan, à compter du 23 janvier 2020, qui bénéficiait d’un soutien populaire essentiel. Cette action a réussi à interrompre la transmission du virus.

Il y a eu 4636 décès par COVID en Chine depuis le début de la pandémie, principalement dans la province du Hubei, qui compte 59 millions d’habitants. La France, avec un peu plus de 65 millions d’habitants, a jusqu’à présent enregistré plus de 79 000 décès.

D’autres pays d’Asie, d’Océanie et d’ailleurs ont immédiatement pris acte des mesures de la Chine. Le Vietnam, la Corée du Sud, l’État du Kerala en Inde, Cuba, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont agi rapidement et de manière décisive, à leur avantage considérable.

Quelques semaines seulement après que le virus a été bien établi, les pays européens et certains pays d’Amérique du Nord ont adopté à contrecœur certaines des mesures mises en œuvre par la Chine au début de la pandémie. Mais pour de nombreux pays, et certainement pour les États-Unis, il était déjà trop tard pour maîtriser la propagation galopante du virus. Les mesures qu’ils ont mises en œuvre ont été trop peu nombreuses, trop tardives et trop intermittentes pour avoir un impact décisif.

pour les États-Unis, il était déjà trop tard pour maîtriser la propagation galopante du virus.

Le résultat est le terrible nombre de morts et de bouleversements économiques qui ont eu lieu en Europe et aux États-Unis, ce qui n’est en aucun cas terminé. Dans les pays qui ont agi rapidement et se sont concentrés sur la satisfaction des besoins de leur population, le bilan ultime a été bien moindre. Cela suit la loi mathématique si bien expliquée dans «Planète Malade». Les pays capitalistes comme la Nouvelle-Zélande ont évité les décès majeurs en utilisant une combinaison d’isolement forcé, de quarantaines, de recherche et de dépistage des contacts et de verrouillage.

Les pays socialistes comme la Chine, le Vietnam et Cuba, dont les gouvernements ne sont pas obligés de préserver et de protéger les profits des capitalistes, n’ont eu aucun obstacle politique et ont agi rapidement. Outre les mesures de santé publique que tous les pays auraient pu adopter, les pays socialistes disposaient également d’importantes organisations de base qui pouvaient mobiliser le soutien populaire pour fournir une aide afin d’atténuer les effets de la pandémie sur la vie des gens.

__________________________________

Comment obtenir les livres 

Les deux livres ont des versions imprimées. En obtenir un prend beaucoup de temps. Les versions de l’ebook sont disponibles en quelques minutes. 
«Planète malade» de Michel Collon. Deux volumes dans un seul eBook. Tome 1: L’Enquête (1-431) et Tome 2: Entretiens (1-395). Chaque tome contient des notes de bas de page, des ressources bibliographiques et un index. Éditeur: InvestigAction.net. 10,99 $ pour l’ebook à partir du 1er février 2021. Voir tinyurl.com/1xh61qgg
«Le capitalisme sur un ventilateur: l’impact du COVID-19 en Chine et aux États-Unis» Edité par Sara Flounders et Lee Siu Hin. Un projet de l’International Action Center et du China US Solidarity Network. Commandez un livre broché pour 16 $ (plus les frais d’expédition) sur tinyurl.com/CapVent-print ou commandez un livre électronique auprès de Kobo pour 12,99 $ sur tinyurl.com/CapVent-ebook

NO COMMENTS

LEAVE A REPLY