Des prisonniers sont en train d’être affamés à mort au pénitencier national des Cayes

0
42
Selon un rapport publié la semaine dernière, au moins huit détenus sont morts de faim récemment dans cette prison surpeuplée aux Cayes, qui abrite actuellement 833 prisonniers.

Des images vidéo choquantes rendues publiques la semaine dernière mettent en évidence les conditions de torture et d’inhumanité auxquelles sont confrontés les détenus dans les pénitenciers et les prisons nationales d’Haïti et confirment les conclusions de rapports des Nations Unies. L’horrible vidéo diffusée la semaine dernière montre des prisonniers aux Cayes, la plus grande ville de la péninsule du sud-ouest du pays, qui est systématiquement soumis à une famine et une déshydratation forcées.

La vidéo du pénitencier des Cayes a été rendue publique dans un tweet de HaitiInfoProj et a été vue des milliers de fois en quelques heures. La caméra montre des dizaines de détenus sous-alimentés et souffrant d’extrême malnutrition qui sont entassés à l’extérieur de l’établissement pénitentiaire, sous le regard des autorités pénitentiaires qui passent leur chemin.

Ces images intenses de prisonniers, dont la majorité n’a jamais été jugée pour les crimes présumés dont ils sont accusés, contraints de souffrir de la faim, témoignent de la répression et de la criminalité de la classe dirigeante haïtienne et du régime fantoche dirigé par le président Ariel Henry, qui se plient aux exigences des puissances impérialistes opérant en Haïti.

La plupart des corps des personnes filmées ont une apparence squelettique, alors que la caméra fait un plan panoramique sur des dizaines de prisonniers dépérissant manifestement à cause de la privation de nourriture. Au début de l’extrait de deux minutes, on voit un détenu presque inconscient sur le sol et à peine capable de bouger, tandis que deux autres prisonniers s’efforcent de l’aider à rester debout.

Selon un rapport publié la semaine dernière, au moins huit détenus sont morts de faim récemment dans cette prison surpeuplée, qui abrite actuellement 833 prisonniers.

Selon Ronald Richemond, commissaire du gouvernement de la ville, la faim et la chaleur accablante ont contribué à la mort des détenus aux Cayes. Ces décès sont dus au fait que la prison a manqué de nourriture il y a deux mois, et viennent s’ajouter aux dizaines de décès similaires survenus cette année dans le système carcéral délabré et en piteux état du pays. La crise alimentaire est le résultat d’une inflation galopante qui a fait monter en flèche l’insécurité alimentaire dans tout le pays.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a publié la semaine dernière un rapport faisant état de 54 décès de prisonniers liés à la malnutrition en Haïti, entre janvier et avril de cette année seulement.

Selon la loi, les prisons haïtiennes sont tenues de fournir aux détenus de l’eau et deux repas par jour, qui consistent eux-mêmes en une quantité insuffisante de bouillie et un bol de riz avec du poisson ou un type de viande. Ces derniers mois, cependant, les détenus ont été contraints de compter uniquement sur leurs amis ou leur famille pour obtenir de la nourriture et de l’eau. Souvent, les prisonniers ne peuvent recevoir de visiteurs en raison de la violence liée aux gangs dans les grandes villes.

Le taux d’occupation des cellules en Haïti atteint le chiffre stupéfiant de 280% de leur capacité, et 83% des détenus sont placés en détention provisoire qui, dans certains cas, s’étend sur plus de dix ans avant qu’une première comparution devant le tribunal ne soit prévue. De nombreux prisonniers sont contraints de dormir à tour de rôle sur le sol tandis que d’autres se tiennent debout ou tentent de fabriquer des hamacs et de les attacher aux fenêtres des cellules, en payant quelqu’un pour garder leur place.

En outre, Les Cayes et d’autres villes du sud d’Haïti sont touchées par la flambée de violence des gangs qui bloquent les principales routes menant à la capitale, rendant presque impossible la distribution de nourriture et d’autres provisions au reste du pays, selon Pierre Espérance, directeur général du Réseau national de défense des droits de l’homme d’Haïti.

Les images poignantes des Cayes rappellent celles des survivants sauvés des camps d’extermination nazis à la fin de la Deuxième Guerre mondiale, alors que les rations alimentaires avaient été délibérément réduites au cours des quatre années précédentes, mettant une vague de morts par famine en marche. En fait, le réseau carcéral d’Haïti est documenté depuis des années comme un bastion de réaction politique et de brutalité exercée sur les plus vulnérables et les plus démunis du pays.

Dans un rapport publié en 2021 par le Bureau intégré des Nations Unies en Haïti (BINUH) et le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, les témoignages de plus de 800 prisonniers dans douze centres de détention ont permis de documenter les conditions infernales auxquelles sont confrontés les détenus dans les prisons haïtiennes. De janvier à mars 2021, des entretiens avec des prisonniers et des observations de première main ont montré comment la plupart des détenus vivent dans des cellules surpeuplées et mal éclairées, sans ventilation adéquate, sans eau potable ni installations sanitaires. Les prisonniers sont contraints d’uriner et de déféquer dans des seaux qui ne sont pas régulièrement vidés et ne reçoivent qu’une ration quotidienne de nourriture tout en ayant un accès limité, voire inexistant, aux soins de santé.

Sous la pression et l’indignation croissantes qui ont suivi la diffusion de la vidéo, le BINUH s’est senti obligé de faire une déclaration superficielle sur Twitter, feignant de s’inquiéter pour les prisonniers non nourris et tentant d’échapper aux critiques concernant sa propre complicité dans la famine de masse. Le compte du BINUH a déclaré que l’organisation est «très préoccupée» par «l’augmentation du nombre de décès dans les prisons haïtiennes ces derniers mois, en particulier dans la prison des Cayes où des détenus sont morts de faim, de soif et de suffocation».

Le BINUH, contrôlé par les États-Unis, a été créé le 25 juin 2019 par le Conseil de sécurité de l’ONU. Dans une résolution élaborée lors de la réunion du conseil, le BINUH s’est vu confier un mandat avec deux propositions axées sur le fait de «conseiller le gouvernement d’Haïti dans la promotion et le renforcement de la stabilité politique et de la bonne gouvernance», ce qui inclut «la protection et la promotion des droits de l’homme» et deuxièmement, d’aider le gouvernement d’Haïti dans ses efforts de «dialogue et de réformes», d’élections, de «professionnalisme de la police» et de réduction de la violence des bandes.

Mais trois ans après l’entrée en vigueur de la résolution de l’ONU, qui promettait d’«améliorer la vie du peuple haïtien», le mandat de l’agence a été marqué par les attaques les plus effroyables contre les droits démocratiques et l’effondrement du système judiciaire haïtien, aggravés par l’assassinat du président Jovenel Moïse à l’été 2020, qui a semé le désordre dans le pays.

Les mécanismes visant à protéger les prisonniers de ces conditions horribles ont été presque entièrement abandonnés ou n’ont tout simplement jamais été mis en place. Bien qu’ils soient chargés de surveiller les prisons haïtiennes, les fonctionnaires de l’administration pénitentiaire haïtienne se sont avérés incapables de visiter régulièrement les prisons en raison du manque de ressources. Un soi-disant «bureau spécial» ouvert en 2018 et chargé d’inspecter les prisons n’a effectué aucune visite. En outre, il n’existe aucun mécanisme formel permettant aux détenus de signaler des abus à l’Inspection générale de la police nationale.

En mars 2021, le Conseil de sécurité de l’ONU a appelé les autorités haïtiennes à mettre fin à la pratique de la détention provisoire prolongée, mais aucune des résolutions creuses de l’ONU n’a été prise au sérieux, tandis que les milliards de dollars d’investissements qui ont afflué dans le pays de la part de l’agence internationale n’ont pas servi à réformer le «système judiciaire» d’Haïti ou à fournir de la nourriture et de l’eau aux détenus dans les prisons surpeuplées, mais à renforcer l’appareil policier violent et affilié à des gangs.

Un nouveau code pénal et de procédure, adopté par un décret présidentiel en 2020 et qui devait entrer en vigueur au plus tard en juin 2022, a été présenté comme un mécanisme permettant de mettre en œuvre de nouvelles pratiques de détention provisoire et d’établir que la détention des enfants est une mesure de dernier recours. Mais ce code de procédure n’est toujours pas appliqué, tandis que les infrastructures juridiques ou judiciaires nécessaires à son application restent absentes en raison de l’effondrement total du parlement haïtien dû à l’expiration des mandats des législateurs.

Les conditions abyssales affligeant les prisonniers haïtiens sont antérieures à la pandémie de la COVID-19 et violent de manière flagrante la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants décrite dans sa charte des droits de l’homme. En prenant pour bouc émissaire la police nationale haïtienne corrompue et les agences de régulation désordonnées, les fonctionnaires de l’ONU cherchent à dissimuler le fait que toutes les institutions responsables de la transformation des prisons haïtiennes en véritables camps de concentration sont sous la supervision de l’ONU.

En contradiction avec l’affirmation du BINUH selon laquelle il a adopté une «stratégie nationale pour réduire la violence des gangs et des communautés», des montagnes de preuves ont émergé, liant les mêmes fonctionnaires et autorités de la police nationale haïtienne supervisés par l’ONU aux gangs en guerre. En mai 2021, un rapport de la Harvard Law School et d’un observatoire haïtien de la criminalité a confirmé les allégations selon lesquelles des fonctionnaires de l’État et de la police participent aux attaques de gangs qui ont fait des centaines de morts, révélant ainsi comment le gouvernement a contribué à déchaîner la violence criminelle sur la classe ouvrière et les pauvres du pays.

WSWS 5 juillet 2022

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here